Allez au contenu, Allez à la navigation

Désertification médicale

13e législature

Question écrite n° 18665 de M. Marcel Rainaud (Aude - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 26/05/2011 - page 1363

M. Marcel Rainaud attire l'attention de M. le ministre du travail, de l'emploi et de la santé sur la question de la désertification médicale et de l'accès à la santé dans notre pays.

En effet, alors que de 2005 à 2010 les sommes consacrées aux remboursements des honoraires médicaux ont augmenté de 2 363 millions d'euros, 75 % de cette somme ont été affectés aux médecins spécialistes et à peine 25% aux médecins généralistes.

Il s'agit de deux poids, deux mesures, car la volonté de l'assurance maladie d'intervenir de façon préférentielle amènera à terme un risque pour le maintien de la médecine générale. C'est aussi remettre en question une répartition quantifiable des médecins généralistes.

Or les besoins d'accès aux soins de proximité sont une évidence sur l'ensemble du territoire et en particulier dans le département de l'Aude où la difficulté du maintien des médecins généralistes est grande. Il s'agirait donc de mettre des moyens en place pour rapidement sortir l'hôpital de sa surcharge chronique et coûteuse, pour assurer la présence du médecin dont nous savons l'importance de ses missions et de son rôle. Il s'agirait aussi de réorienter les financements pour garantir son existence.

C'est pourquoi, il souhaite connaître la volonté du Gouvernement et les mesures envisagées afin de mettre fin à ce déséquilibre dans la réponse aux besoins de santé des Français.

Transmise au Ministère des affaires sociales et de la santé



La question est caduque