Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2012 : Culture : création, cinéma, spectacle vivant, arts visuels

17 novembre 2011 : Budget 2012 - Culture : création, cinéma, spectacle vivant, arts visuels ( avis - première lecture )
c) Un plan modeste en faveur du spectacle vivant

Le ministre de la culture a annoncé, le 8 juillet 2011, à Avignon, un « plan d'action en faveur du spectacle vivant » pour un montant de 12 millions d'euros de crédits nouveaux sur 3 ans, dont 3,5 millions pour 2012 : 1,5 million en crédits centraux et 2 millions sur crédits déconcentrés.

L'objectif est de renforcer le soutien de l'État à l'émergence des talents, améliorer la présence des artistes dans les réseaux et labels soutenus par l'État permettant ainsi une meilleure structuration de l'emploi, et affermir son aide au rayonnement international des artistes français.

L'encadré ci-après présente les mesures de ce plan.

PRÉSENTATION SYNTHÉTIQUE DU PLAN D'ACTION
POUR LE SPECTACLE VIVANT

4 objectifs :

1 - Renforcer la place de l'art et des artistes

2 - Poursuivre la structuration de l'emploi artistique

3 - Accroître l'irrigation des territoires et l'élargissement des publics

4 - Consolider la présence européenne et internationale

10 mesures :

1 - Soutenir les ensembles musicaux et les compagnies chorégraphiques

2 - Créer un Fonds de soutien à l'émergence et à l'innovation

3 - Soutenir les écritures du spectacle vivant

4 - Soutenir les projets de troupes dans les Centres dramatiques et chorégraphiques nationaux

5 - Conforter le monde du cirque et des arts de la rue

6 - Accompagner le réseau de la danse

7 - Diffuser la musique au coeur des territoires et auprès de tous les publics

8 - Renforcer les Scènes nationales et leur réseau

9 - Étendre le réseau des Bureaux spécialisés

10 - Encourager la constitution de Pôles européens de production et de diffusion

Votre rapporteure ne peut que partager les objectifs et thématiques de ce plan, mais les crédits nouveaux qu'il est prévu de leur consacrer lui semblent bien modestes, même si elle a conscience des contraintes budgétaires actuelles.

Dans ces conditions, ce plan a déçu bien des professionnels. En effet, nombre des interlocuteurs rencontrés par notre groupe de travail nous ont alertés sur leurs difficultés. Les contraintes budgétaires pèsent sur les marges artistiques des lieux de spectacles dont les charges fixes sont difficilement compressibles.

Précisons néanmoins que ces crédits doivent permettre notamment de renforcer les bureaux spécialisés à l'étranger, de créer un fonds de soutien à l'émergence (0,4 million) et de renforcer de la façon suivante les actions déconcentrées en région :

. 0,9 million d'euros en AE=CP pour revaloriser à hauteur de 500 000 euros le montant minimum des subventions de fonctionnement des scènes nationales ;

. 0,2 million d'euros en AE=CP dédiés aux pôles nationaux des arts du cirque et aux centres nationaux des arts de la rue pour leur garantir un niveau minimal de dotation ;

. 0,7 million d'euros en AE=CP en vue de poursuivre le plan de soutien aux musiques actuelles, annoncé en avril 2011 par le ministre de la culture ;

. 0,2 million d'euros en AE=CP pour le soutien au réseau de la danse en région.

Outre ces petits moyens supplémentaires, le soutien direct aux artistes et compagnies est reconduit. Il nous faut souligner la dissolution en avril dernier du Conseil de la création artistique, après deux ans d'existence.