Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 1997 : aviation civile et transport aérien

 

B. LA SITUATION CONTRASTÉE DES AUTRES COMPAGNIES

1. Le second pôle aérien en France sera..... britannique

En 1995. la plupart des transporteurs privés d'envergure nationale ont poursuivi l'exploitation de lignes régulières, en se positionnant sur les marchés précédemment dévolus à Air France, ou en étendant leur réseau international (comme Corsair).

Les guerres tarifaires pratiquées sur les liaisons à plus fort trafic a fragilisé la situation financière de certains d'entre eux.

La situation d'AOM est délicate.

L'avatar d'Air Liberté laisse un goût d'amertume et le second pôle aérien en France sera en définitive britannique. Il se constituera sous l'égide de British Airways qui, avec TAT et Air Liberté, disposera de 23 % des créneaux horaires de l'aéroport d'Orly. Le groupe Air France sera donc confronté à la concurrence encore plus vive d'une compagnie en pleine santé.

2. Les transporteurs régionaux

Les compagnies régionales, dites de troisième niveau, ont vu leur chiffre d'affaires progresser de 15.2 % en 1995, à environ 4,1 milliards de francs.

Si l'on cumule leurs résultats en 1995, on constate qu'elles ont enregistré une perte d'exploitation de - 193 millions de francs, contre -241 millions en 1994, et un résultat net de -335 millions de francs (-611 millions en 1994).

Certaines de ces compagnies régionales sont florissantes, lorsqu'elles ont pu trouver une « niche » sur le marché. On peut citer, par exemple, le succès de la stratégie de Régional Airlines.