Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2003 : Secrétariat général de la défense nationale

 

CHAPITRE III

LE CENTRE DE TRANSMISSIONS GOUVERNEMENTAL

1. Fonctionnement

Le Secrétariat général de la défense nationale organise les moyens de commandement et de liaisons, nécessaires à l'État en matière de défense, et en fait assurer le fonctionnement. Sous l'autorité du SGDN, le Centre de Transmissions Gouvernemental (CTG) a ainsi pour mission d'assurer la permanence des liaisons gouvernementales et, plus particulièrement, celles du président de la République et du Premier ministre, lors de leurs voyages officiels, ainsi que ceux du Gouvernement.

Après la réforme du SGDN, le centre a pris le statut d'organisme en participation externe du ministère de la défense. Il forme corps et est dirigé par un officier supérieur, qui relève organiquement du ministère de la défense, mais reste sous l'autorité d'emploi du Secrétaire général de la défense nationale à l'instar de tout le personnel du CTG.

Autour du centre principal d'exploitation, sous les Invalides, diverses antennes sont installées à l'Elysée, à Matignon et à Taverny. Son personnel, civil et militaire, des trois armées représente un effectif de 180 personnes, en gestion au ministère de la Défense, dont une partie est détachée dans 26 ambassades, situées dans des zones sensibles, pour armer le réseau des stations radioélectriques des attachés de défense.

2. Activités

Il a participé à 35 voyages officiels présidentiels et 46 voyages du Premier ministre, dont 5 à l'étranger.

Pour ce qui concerne les liaisons entre les chefs d'État, le centre a réalisé une liaison entre Paris et Pékin et poursuivi les essais d'amélioration de la liaison Paris-Moscou

Il a procédé à la mise en place d'un nouvel autocommutateur pour l'Antenne spéciale de l'Élysée et a poursuivi l'analyse de la passerelle de chiffrement/déchiffrement analogique au profit du Président de la république, lors de ses déplacements, et dans les avions à usage gouvernemental.

Dans le domaine des réseaux sécurisés, RIMBAUD (réseau interministériel de base uniformément durci) a été ajusté. En effet la restructuration de France Télécom et d'EDF s'est traduite en 2001 par le retrait de 300 équipements. Après les attentats du 11 septembre 2001, 40 postes supplémentaires ont été installés. Ainsi, un peu plus de 750 postes chiffrants sont actuellement opérationnels.

Par ailleurs, deux actions majeures de valorisation sont programmées :

- l'une, relative à l'amélioration des serveurs du centre de sécurité (CDS) pour une meilleure qualité de service aux usagers de RIMBAUD (2000-2002) ;

- L'autre, concernant la modification des terminaux RIMBAUD pour permettre l'utilisation des cartes à mémoire (CAM) de nouvelle génération (2002-2003). 

En ce qui concerne les messageries interministérielles, 52 terminaux ont été déployés pour les hautes autorités utilisant la messagerie autonome gouvernementale de défense et d'autorité (MAGDA) et l'intégration du traitement des messages protégés à destination du ministère de l'intérieur est en cours de réalisation.

De plus la modernisation du réseau HF et le déploiement des terminaux sécurisés multiservices au profit des attachés de défense s'est poursuivi.

En 2001, la production d'éléments sécurisés (mise en oeuvre de la messagerie sécurisée interministérielle) est restée stable avec 16 800 documents classifiés gérés annuellement. Enfin, le centre a traité 1 700 000 messages au profit des différents ministères, ce qui représente une augmentation de trafic de 1,3 % par rapport à la période précédente.