Allez au contenu, Allez à la navigation



Avis sur le projet de décret approuvant les schémas de services collectifs prévus à l'article 10 de la loi n° 95-115 du 4 février 1995 d'orientation pour l'aménagement et le développement durable du territoire

 

C. UNE TENDANCE REGRETTABLE À LA SIMPLIFICATION

 Cette simplification a d'abord concerné les représentations cartographiques, même si sur ce point, les appréciations des régions et de leurs conseils économiques et sociaux sont nuancées.

Certaines ont considéré qu'elles restituaient bien leurs caractéristiques. D'autres ont été moins satisfaites, à l'instar du Limousin, qui estime incertain son positionnement dans l'espace national, puisqu'il est associé à un grand espace Sud-Ouest dont l'unité n'est pas démontrée, alors que ses liens avec le Massif central et les régions atlantiques sont ignorées.

La plupart des régions ont regretté que les contributions cartographiques régionales aient été fondues en une synthèse nationale, par définition réductrice. Ce choix d'une restitution nationale, joint à une échelle inappropriée, conduit en effet à des cartes imprécises, illisibles et de ce fait inexploitables.

Une traduction des objectifs généraux du schéma sur des cartes régionalisées aurait été bienvenue.

Enfin, la pertinence et l'exactitude de certaines cartes ont été particulièrement mises en cause. C'est le cas de la carte des zones humides remarquables, qui dans la première version du schéma, reposait sur des données non actualisées.

Des réserves du même ordre peuvent être faites à l'encontre des cartes contenues dans le document élaboré par la DATAR, intitulé « Aménager la France de 2020, dessinée par les neuf schémas de services collectifs ».

Identifiant quatre scénarios d'évolution pour le territoire national, la DATAR en privilégie un, intitulé le « polycentrisme maillé ». Le développement « est structuré par un réseau urbain dont le polycentrisme s'affirme à deux échelles territoriales : celle des ensembles inter-régionaux, cadres de coopération entre les systèmes urbains, et celle des agglomérations et pays, nouvelles mailles de gestion des projets locaux ». Ce scénario identifie six grands bassins, le Grand Est, le grand Sud-Est, le Grand Sud Ouest, l'Ouest Atlantique, le Nord et le Bassin parisien.

Force est de constater -pour le dénoncer vigoureusement- que cette projection ignore totalement l'unité et la cohérence de développement économique du Massif Central.