Logo : Sénat rapport d'activité 2004"
Lien : Edito Lien : Le nouveau sénat Lien  : Les groupes parlementaires Lien  : 2004 en chiffres
Lien : Décentralisation Lien  : Une France plus solidaire Lien  : Moderniser la gestion de l'état
Lien  : Faire vivre la République Lien  : Contrôle au quotidien Lien : Une justice plus efficace
Lien : Préparer l'avenir Lien : Environnement Lien : Le sénat et la société Lien : Europe
Lien : Le sénat et les sénateurs Lien : Relations internationales du sénat
Illustration : Edito   Titre : Edito


Le Sénat a tout lieu d'être satisfait du résultat du premier renouvellement triennal intervenu après la réforme dont il avait pris l'initiative : avec 3 présidents de conseils régionaux, 33 présidents de conseils généraux et 128 maires, son assise territoriale est confortée. Grâce à une moyenne de 55 ans parmi les nouveaux sénateurs, sa moyenne d'âge est à nouveau abaissée et est très proche de celle des députés. Il s'honore d'avoir une nouvelle benjamine de 36 ans. C'est la féminisation de sa composition qui constitue cependant le phénomène le plus notable. Ses 56 sénatrices représentent désormais 17% de ses membres, soit le plus fort taux de fé;minisation jamais rencontré dans une assembée parlementaire française.
Ce triple résultat conforte son identité et l'encourage à entreprendre une action à moyen terme encore plus déterminée et audacieuse.
Les chantiers ouverts en 2004 sont autant d'invitations à porter sur la société; française un regard original et volontaire.
Confirmer la reconstruction d'un Etat qui admet enfin la diversité des territoires qui le composent, accepter d'évoluer pour pouvoir mieux répondre aux défis de l'avenir et de la concurrence internationale, préserver la sécurité des Françaises et des Français, briser les cloisons entre le monde politique et les différentes sphères de la société, rendre la loi plus lisible.
Le Sénat doit aider la France à faire confiance aux Français et les Français à croire en eux.

2005 sera une année républicaine et une année européenne.
Républicaine, à travers la recherche d'une rénovation de notre contrat social. Pour cela, le Sénat entend s'appuyer sur un électorat désormais plus féminisé, donc plus concret, tenace et attentif aux aspects sociaux et psychologiques des questions.
De même q'il avait donné rendez-vous, le 14 juillet 2000, aux maires de France, c'est avec les femmes maires q'il célèbrera, cette année, la journée internationale de la femme, le 7 mars prochain.
Le Sénat attachera également une importance toute particulière à l'actualité et à la modernité de la laïcité. Après avoir accueilli les auditions et réflexions de la Commission Stasi, adopté la loi sur le port des insignes religieux à l'école, le Sénat consacrera l'un de ses trois nouveaux "rendez-vous citoyens" aux différentes manières de concevoir les rapports entre l'Etat et la religion en Europe.
C'est ce thème de l'Europe, surtout, qui marquera les travaux parlementaires et l'actualité française en général. Je souhaite que le Sénat prenne toute sa part et toute sa place dans la révision constitutionnelle qui lui sera soumise et qui aura pour objet de renforcer les droits du Parlement, mais aussi de chaque chambre, dans l'orientation de la construction européenne.
Il convient de souligner que cette Europe, que l'on s'accorde à dire trop peu démocratique, fournira cette fois un levier pour contribuer au renforcement indispensable de la place du Parlement dans nos institutions.
Quelles que soient les opinions individuelles de mes collègues sénatrices et sénateurs, je suis sûr que le débat devant le pays sera digne. Je ferai tout, pour ma part, pour que notre Assemblée participe, dans le cadre d'une diplomatie parlementaire active, à dissiper les malentendus et l'incompréhension qui pourraient intervenir entre les 25.
Tel est le prix de la construction de l'Europe comme espace de paix pour nos enfants. Ce sera la meilleure façon de conclure l'année de célébration, voulue par le Bureau du Sénat, de la libération de la France, mais aussi de la reconstruction de ses institutions et de son retour à la démocratie.


Christian Poncelet
Président du Sénat

Retour en haut de page