Composition du Sénat
  Durée du mandat et renouvellement
  Modes de scrutin
  Le collège électoral sénatorial
  Conditions d’éligibilité
Les élections
  Le contentieux des élections sénatoriales
  Annexes

 


  ANNEXES, principales dispositions du code électoral relatives aux élections sénatoriales
 
Nombre de sénateurs représentant les départements après septembre 2004
Nombre de sénateurs représentant les départements après septembre 2007
Nombre de sénateurs représentant les départements après septembre 2010
Composition du Sénat et durée du mandat des sénateurs
Composition du collège électoral
Désignation des délégués des conseils municipaux
Désignation des délégués de l’Assemblée de Corse
Modes de scrutin
Conditions d’éligibilité et inéligibilités
Incompatibilités
Déclarations de candidatures
Propagande
Convocation des électeurs
Opérations de vote
Remplacement des sénateurs
Contentieux
Dispositions pénales
Dispositions particulières à la collectivité territoriale de Saint-Pierre-et-Miquelon
Dispositions applicables à l’élection des sénateurs de Mayotte
Dispositions applicables à l’élection des sénateurs en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et dans les iles Wallis-et-Futuna
Dispositions relatives à l’élection des sénateurs représentant les Français établis hors de France
Conditions d'éligibilité, inéligibilités et incompatibilités
Contentieux des élections

Tableau 1 annexé à l’article premier : Répartition des sièges des membres élus du Conseil supérieur des Français de l’étranger entre les séries
Tableau 2 annexé à l’article 3 : Délimitation des circonscriptions électorales, de leurs chefs-lieux et du nombre de sièges à pourvoir dans chacune d’elles pour l’élection des membres du Conseil supérieur des Français de l’étranger

  Nombre de sénateurs représentant les départements après septembre 2004

  Départements   Nombre de sénateurs   Départements   Nombre de sénateurs
  Ain   2   Maine-et-Loire   3
  Aisne   3   Manche   3
  Allier   2   Marne   3
  Alpes-de-Haute-Provence   1   Marne (Haute-)   2
  Alpes (Hautes-)   1   Mayenne   2
  Alpes-Maritimes   4   Meurthe-et-Moselle   4
  Ardèche   2   Meuse   2
  Ardennes   2   Morbihan   3
  Ariège   1   Moselle   5
  Aube   2   Nièvre   2
  Aude   2   Nord   11
  Aveyron   2   Oise   3
  Belfort (Territoire de)   1   Orne   2
  Bouches-du-Rhône   7   Pas-de-Calais   7
  Calvados   3   Puy-de-Dôme   3
  Cantal   2   Pyrénées-Atlantiques   3
  Charente   2   Pyrénées (Hautes-)   2
  Charente-Maritime   3   Pyrénées-Orientales   2
  Cher   2   Rhin (Bas-)   5
  Corrèze   2   Rhin (Haut-)   4
  Corse-du-Sud   1   Rhône   7
  Corse (Haute-)   1   Saône (Haute-)   2
  Côte-d’Or   3   Saône-et-Loire   3
  Côtes-d’Armor   3   Sarthe   3
  Creuse   2   Savoie   2
  Dordogne   2   Savoie (Haute-)   3
  Doubs   3   Seine-Maritime   6
  Drôme   2   Seine-et-Marne   6
  Eure   3   Sèvres (Deux-)   2
  Eure-et-Loir   2   Somme   3
  Finistère   4   Tarn   2
  Gard   3   Tarn-et-Garonne   2
  Garonne (Haute-)   4   Var   4
  Gers   2   Vaucluse   3
  Gironde   5   Vendée   3
  Hérault   3   Vienne   2
  Ille-et-Vilaine   4   Vienne (Haute-)   2
  Indre   2   Vosges   2
  Indre-et-Loire   3   Yonne   2
  Isère   4   Guadeloupe   3
  Jura   2   Guyane   1
  Landes   2   Martinique   2
  Loir-et-Cher   2   La Réunion   3
  Loire   4   Essonne   5
  Loire (Haute-)   2   Paris   12
  Loire-Atlantique   5   Hauts-de-Seine   7
  Loiret   3   Seine-Saint-Denis   6
  Lot   2   Val-de-Marne   6
  Lot-et-Garonne   2   Val-d’Oise   5
  Lozère   1   Yvelines   6
           
        Total (départements)   313
           
  Polynésie française   1   Mayotte   2
  Iles Wallis et Futuna   1   Saint-Pierre-et-Miquelon   1
  Nouvelle-Calédonie   1   Français établis hors de France   12
             
          Total   331
 
.

Haut de page

  Nombre de sénateurs représentant les départements après septembre 2007

  Départements   Nombre de sénateurs   Départements   Nombre de sénateurs
  Ain  
3
  Maine-et-Loire  
3
  Aisne  
3
  Manche  
3
  Allier  
2
  Marne  
3
  Alpes-de-Haute-Provence  
1
  Marne (Haute-)  
2
  Alpes (Hautes-)  
1
  Mayenne  
2
  Alpes-Maritimes  
5
  Meurthe-et-Moselle  
4
  Ardèche  
2
  Meuse  
2
  Ardennes  
2
  Morbihan  
3
  Ariège  
1
  Moselle  
5
  Aube  
2
  Nièvre  
2
  Aude  
2
  Nord  
11
  Aveyron  
2
  Oise  
3
  Belfort (Territoire de)  
1
  Orne  
2
  Bouches-du-Rhône  
8
  Pas-de-Calais  
7
  Calvados  
3
  Puy-de-Dôme  
3
  Cantal  
2
  Pyrénées-Atlantiques  
3
  Charente  
2
  Pyrénées (Hautes-)  
2
  Charente-Maritime  
3
  Pyrénées-Orientales  
2
  Cher  
2
  Rhin (Bas-)  
5
  Corrèze  
2
  Rhin (Haut-)  
4
  Corse-du-Sud  
1
  Rhône  
7
  Corse (Haute-)  
1
  Saône (Haute-)  
2
  Côte-d’Or  
3
  Saône-et-Loire  
3
  Côtes-d’Armor  
3
  Sarthe  
3
  Creuse  
2
  Savoie  
2
  Dordogne  
2
  Savoie (Haute-)  
3
  Doubs  
3
  Seine-Maritime  
6
  Drôme  
3
  Seine-et-Marne  
6
  Eure  
3
  Sèvres (Deux-)  
2
  Eure-et-Loir  
3
  Somme  
3
  Finistère  
4
  Tarn  
2
  Gard  
3
  Tarn-et-Garonne  
2
  Garonne (Haute-)  
5
  Var  
4
  Gers  
2
  Vaucluse  
3
  Gironde  
6
  Vendée  
3
  Hérault  
4
  Vienne  
2
  Ille-et-Vilaine  
4
  Vienne (Haute-)  
2
  Indre  
2
  Vosges  
2
  Indre-et-Loire  
3
  Yonne  
2
  Isère  
4
  Guadeloupe  
3
  Jura  
2
  Guyane  
2
  Landes  
2
  Martinique  
2
  Loir-et-Cher  
2
  La Réunion  
3
  Loire  
4
  Essonne  
5
  Loire (Haute-)  
2
  Paris  
12
  Loire-Atlantique  
5
  Hauts-de-Seine  
7
  Loiret  
3
  Seine-Saint-Denis  
6
  Lot  
2
  Val-de-Marne  
6
  Lot-et-Garonne  
2
  Val-d’Oise  
5
  Lozère  
1
  Yvelines  
6
   
   
   
  Total (départements)  
322
   
   
  Polynésie française  
2
  Mayotte  
2
  Iles Wallis et Futuna  
1
  Saint-Pierre-et-Miquelon  
1
  Nouvelle-Calédonie  
1
  Français établis hors de France  
12
     
   
     
  Total  
341
 
.

Haut de page

  Nombre de sénateurs représentant les départements après septembre 2010

  Départements   Nombre de sénateurs   Départements   Nombre de sénateurs
  Ain  
3
  Maine-et-Loire  
4
  Aisne  
3
  Manche  
3
  Allier  
2
  Marne  
3
  Alpes-de-Haute-Provence  
1
  Marne (Haute-)  
2
  Alpes (Hautes-)  
1
  Mayenne  
2
  Alpes-Maritimes  
5
  Meurthe-et-Moselle  
4
  Ardèche  
2
  Meuse  
2
  Ardennes  
2
  Morbihan  
3
  Ariège  
1
  Moselle  
5
  Aube  
2
  Nièvre  
2
  Aude  
2
  Nord  
11
  Aveyron  
2
  Oise  
4
  Belfort (Territoire de)  
1
  Orne  
2
  Bouches-du-Rhône  
8
  Pas-de-Calais  
7
  Calvados  
3
  Puy-de-Dôme  
3
  Cantal  
2
  Pyrénées-Atlantiques  
3
  Charente  
2
  Pyrénées (Hautes-)  
2
  Charente-Maritime  
3
  Pyrénées-Orientales  
2
  Cher  
2
  Rhin (Bas-)  
5
  Corrèze  
2
  Rhin (Haut-)  
4
  Corse-du-Sud  
1
  Rhône  
7
  Corse (Haute-)  
1
  Saône (Haute-)  
2
  Côte-d’Or  
3
  Saône-et-Loire  
3
  Côtes-d’Armor  
3
  Sarthe  
3
  Creuse  
2
  Savoie  
2
  Dordogne  
2
  Savoie (Haute-)  
3
  Doubs  
3
  Seine-Maritime  
6
  Drôme  
3
  Seine-et-Marne  
6
  Eure  
3
  Sèvres (Deux-)  
2
  Eure-et-Loir  
3
  Somme  
3
  Finistère  
4
  Tarn  
2
  Gard  
3
  Tarn-et-Garonne  
2
  Garonne (Haute-)  
5
  Var  
4
  Gers  
2
  Vaucluse  
3
  Gironde  
6
  Vendée  
3
  Hérault  
4
  Vienne  
2
  Ille-et-Vilaine  
4
  Vienne (Haute-)  
2
  Indre  
2
  Vosges  
2
  Indre-et-Loire  
3
  Yonne  
2
  Isère  
5
  Guadeloupe  
3
  Jura  
2
  Guyane  
2
  Landes  
2
  Martinique  
2
  Loir-et-Cher  
2
  La Réunion  
4
  Loire  
4
  Essonne  
5
  Loire (Haute-)  
2
  Paris  
12
  Loire-Atlantique  
5
  Hauts-de-Seine  
7
  Loiret  
3
  Seine-Saint-Denis  
6
  Lot  
2
  Val-de-Marne  
6
  Lot-et-Garonne  
2
  Val-d’Oise  
5
  Lozère  
1
  Yvelines  
6
   
   
   
  Total (départements)  
326
   
   
  Polynésie française  
2
  Mayotte  
2
  Iles Wallis et Futuna  
1
  Saint-Pierre-et-Miquelon  
1
  Nouvelle-Calédonie  
2
  Français établis hors de France  
12
     
   
     
  Total  
346
 
.

Haut de page

  Composition du Sénat et durée du mandat des sénateurs

  Livre II - Titre premier

Article L.O. 274
Le nombre des sénateurs élus dans les départements est de 326.
NOTA : Loi 2003-696 du 30 juillet 2003 art. 5 II : A titre transitoire, le nombre des sénateurs élus dans les départements sera de 313 en 2004, de 322 en 2007.

Article L.O. 275
Les sénateurs sont élus pour six ans.
NOTA : Loi 2003-696 du 30 juillet 2003 : A titre transitoire, les sénateurs de la série C rattachés par le tirage au sort à la série 2 sont élus pour neuf ans en 2004.

Article L.O. 276
Le Sénat est renouvelable par tiers. A cet effet, les sénateurs sont répartis en trois séries A, B et C, (d'importance approximativement égale, suivant le tableau n° 5 annexé au présent code.)

(Loi n° 2003-696 du 30 juillet 2003 art. 2 I Journal Officiel du 31 juillet 2003)

Le Sénat est renouvelable par moitié. A cet effet, les sénateurs sont répartis en deux séries 1 et 2, d'importance approximativement égale, suivant le tableau n° 5 annexé au présent code.
NOTA : Loi 2003-696 du 30 juillet 2003 art. 2 III : Ces dispositions entreront en vigueur à compter du renouvellement partiel de 2010.

Article L.O. 277
Dans chaque série, le mandat des sénateurs commence à l'ouverture de la session ordinaire qui suit leur élection, date à laquelle expire le mandat des sénateurs antérieurement en fonctions.

Article L.O. 278
L'élection des sénateurs a lieu dans les soixante jours qui précèdent la date du début de leur mandat.

Haut de page

  Composition du collège électoral

  Livre II - Titre II

Article L. 279
Les sièges des sénateurs représentant les départements sont répartis conformément au tableau n° 6 annexé au présent code.

Article L. 280
Les sénateurs sont élus dans chaque département par un collège électoral composé :
1° Des députés ;
2° Des conseillers régionaux de la section départementale correspondant au département et des conseillers de l'Assemblée de Corse désignés dans les conditions prévues par le titre III bis du présent livre ;
3° Des conseillers généraux ;
4° Des délégués des conseils municipaux ou des suppléants de ces délégués.

Article L. 281
Les députés, les conseillers régionaux, les conseillers à l'Assemblée de Corse et les conseillers généraux qui ont été proclamés par les commissions de recensement sont inscrits sur la liste des électeurs sénatoriaux et prennent part au vote même si leur élection est contestée. En cas d’empêchement majeur, ils peuvent exercer, sur leur demande écrite, leur droit de vote par procuration. Le mandataire doit être membre du collège électoral sénatorial et ne peut disposer de plus d’une procuration (dispositions introduites par la loi n° 2004-404 du 10 mai 2004).

Article L. 282
Dans le cas où un conseiller général est député, conseiller régional ou conseiller à l'Assemblée de Corse, un remplaçant lui est désigné, sur sa présentation, par le président du conseil général.
Dans le cas où un conseiller régional ou un conseiller à l'Assemblée de Corse est député, un remplaçant lui est désigné, sur sa présentation, par le président du conseil régional ou celui de l'Assemblée de Corse.

Dispositions réglementaires

Article R. 130-1
Les personnes appelées à remplacer les députés, les conseillers régionaux, les conseillers à l'Assemblée de Corse et les conseillers généraux dans les conditions prévues par l'article L.282 doivent être désignées préalablement à l'élection des délégués des conseils municipaux et de leurs suppléants.
Le président du conseil général, le président du conseil régional ou le président de l'Assemblée de Corse en accuse réception aux députés, aux conseillers régionaux, aux conseillers à l'Assemblée de Corse ou aux conseillers généraux remplacés et les notifie au préfet dans les vingt-quatre heures.
Les désignations faites en vertu du présent article sont de droit.

Haut de page

  Désignation des délégués des conseils municipaux

  Livre II - Titre III

Article L. 283
Le décret convoquant les électeurs sénatoriaux fixe le jour auquel doivent être désignés les délégués des conseils municipaux et leurs suppléants. Un intervalle de six semaines au moins doit séparer cette élection de celle des sénateurs. (Le délai a été porté de trois à six semaines par la loi n° 2004-404 du 10 mai 2004.)

Article L. 284
Les conseils municipaux élisent parmi leurs membres (disposition introduite par la loi n° 2004-404 du 10 mai 2004) dans les communes de moins de 9000 habitants :
un délégué pour les conseils municipaux de neuf et onze membres ;
trois délégués pour les conseils municipaux de quinze membres ;
cinq délégués pour les conseils municipaux de dix-neuf membres ;
sept délégués pour les conseils municipaux de vingt-trois membres ;
quinze délégués pour les conseils municipaux de vingt-sept et vingt-neuf membres.
Dans le cas où le conseil municipal est constitué par application des articles L. 2113-6 et L. 2113-7 du code général des collectivités territoriales, relatifs aux fusions de communes, le nombre de délégués est égal à celui auquel les anciennes communes auraient eu droit avant la fusion.

Article L. 285
Dans les communes de 9 000 habitants et plus, tous les conseillers municipaux sont délégués de droit.
En outre, dans les communes de plus de 30 000 habitants, les conseils municipaux élisent des délégués supplémentaires à raison de 1 pour 1000 habitants en sus de 30 000.

Article L. 286
Le nombre des suppléants est de trois quand le nombre des titulaires est égal ou inférieur à cinq. Il est augmenté de un par cinq titulaires ou fraction de cinq. Dans les communes visées au chapitre II du titre IV du livre Ier du présent code, les suppléants sont élus au sein du conseil municipal. Toutefois, lorsque le nombre de délégués du conseil municipal et de leurs suppléants est supérieur au nombre des conseillers municipaux, les suppléants peuvent être élus parmi les électeurs inscrits sur les listes électorales de la commune (disposition introduite par la loi n° 2004-404 du 10 mai 2004).

Article L.0. 286-1
Les conseillers municipaux et les membres du conseil de Paris qui n'ont pas la nationalité française ne peuvent ni être membres à un titre quelconque du collège électoral sénatorial ni participer à l'élection à ce collège de délégués, de délégués supplémentaires et de suppléants.

Article L.O. 286-2
Dans les communes dont tous les conseillers municipaux sont délégués de droit, les conseillers municipaux qui n'ont pas la nationalité française sont remplacés au collège électoral des sénateurs et lors de la désignation des délégués supplémentaires et suppléants par les candidats français venant immédiatement après le dernier candidat élu de la liste sur laquelle ils se sont présentés à l'élection municipale.

Article L. 287

Les députés, les conseillers régionaux, les conseillers à l'Assemblée de Corse et les conseillers généraux ne peuvent être désignés délégués, élus ou de droit, par les conseils municipaux dans lesquels ils siègent.
Au cas où un député, un conseiller régional, un conseiller à l'Assemblée de Corse ou un conseiller général serait délégué de droit comme conseiller municipal ou comme membre du conseil consultatif d’une commune associée (disposition introduite par la loi n° 2004-404 du 10 mai 2004), un remplaçant lui est désigné par le maire sur sa présentation.

Article L. 288
Dans les communes visées au chapitre II du titre IV du livre Ier du présent code, l'élection des délégués et celle des suppléants se déroulent séparément dans les conditions suivantes. Le vote a lieu au scrutin secret majoritaire à deux tours. Nul n'est élu délégué ou suppléant au premier tour s'il n'a réuni la majorité absolue des suffrages exprimés. Au second tour, la majorité relative suffit. En cas d'égalité des suffrages, le candidat le plus âgé est élu.
Les candidats peuvent se présenter soit isolément, soit sur une liste qui peut ne pas être complète. Les adjonctions et les suppressions de noms sont autorisées.
Un conseiller municipal empêché d'assister à la séance au cours de laquelle sont élus les délégués et les suppléants peut donner à un autre conseiller municipal de son choix pouvoir écrit de voter en son nom. Un même conseiller ne peut être porteur que d'un seul pouvoir qui est toujours révocable.
L'ordre des suppléants est déterminé par le nombre de voix obtenues. En cas d'égalité de suffrages, la préséance appartient au plus âgé.

Article L. 289
Dans les communes visées aux chapitres III et IV du titre IV du livre Ier du présent code, l’élection des délégués et des suppléants a lieu sur la même liste suivant le système de la représentation proportionnelle avec application de la règle de la plus forte moyenne, sans panachage ni vote préférentiel. Les listes peuvent comprendre un nombre de noms inférieurs au nombre de sièges de délégués et de suppléants à pourvoir.
Chaque conseiller municipal ou groupe de conseillers municipaux peut présenter une liste de candidats aux fonctions de délégués et de suppléants.
L’ordre des suppléants résulte de leur rang de présentation.
En cas de refus ou d’empêchement d’un délégué, c’est le suppléant de la même liste venant immédiatement après le dernier délégué élu de la liste qui est appelé à le remplacer.
Un conseiller municipal empêché d'assister à la séance au cours de laquelle sont élus les délégués et les suppléants peut donner à un autre conseiller municipal de son choix pouvoir écrit de voter en son nom. Un même conseiller municipal ne peut être porteur que d'un seul pouvoir qui est toujours révocable.

Article L. 290
Dans les communes où les fonctions du conseil municipal sont remplies par une délégation spéciale instituée en vertu des articles L. 2121-35 et L. 2121-36 du code général des collectivités territoriales, les délégués et suppléants sont élus par l'ancien conseil convoqué à cet effet par le président de la délégation spéciale.

Article L. 290-1

Les communes associées, créées en application des dispositions de l'article L. 2113-11 du code général des collectivités territoriales, conservent un nombre de délégués égal à celui auquel elles auraient eu droit en l'absence de fusion. Ces délégués sont désignés par le conseil municipal de la commune issue de la fusion parmi les conseillers municipaux élus dans la section électorale correspondante ou parmi les électeurs de cette section dans les conditions fixées au présent titre. Néanmoins lorsqu'il existe un conseil consultatif, les délégués de la commune associée sont désignés en son sein. Lorsque le nombre de délégués de la commune associée est supérieur à l'effectif du conseil consultatif, les membres de ce conseil sont délégués de droit, les autres délégués étant élus parmi les électeurs de la commune associée.

Article L. 291
Au cas où le refus des délégués et des suppléants épuiserait la liste des délégués, le représentant de l’Etat dans le département prend un arrêté fixant la date de nouvelles élections.

Article L. 292
Des recours contre le tableau des électeurs sénatoriaux établi par le représentant de l’Etat dans le département peuvent être présentés par tout membre du collège électoral sénatorial du département. Ces recours sont présentés au tribunal administratif. La décision de celui-ci ne peut être contestée que devant le Conseil constitutionnel saisi de l'élection.
Dans les mêmes conditions, la régularité de l'élection des délégués et suppléants d'une commune peut être contestée par le représentant de l’Etat dans le département ou par les électeurs de cette commune.

Article L. 293
En cas d'annulation de l'élection d'un délégué ou d'un suppléant, il est fait appel au suivant de liste des suppléants élus. Si la liste des délégués reste néanmoins incomplète, le représentant de l’Etat dans le département prend un arrêté fixant de nouvelles élections pour la compléter.

Dispositions réglementaires.

Article R. 131
Les conseils municipaux sont convoqués par arrêté préfectoral trois jours francs au moins avant l'élection des délégués.
L'arrêté préfectoral indique pour chaque commune le mode de scrutin ainsi que le nombre des délégués et suppléants à élire et le jour de la réunion.
Cet arrêté est affiché à la porte de la mairie et notifié par écrit à tous les membres du conseil municipal par les soins du maire, qui précise le lieu de la réunion ainsi que son heure, si elle n'a pas été fixée par l'arrêté susvisé.

Article R. 132

Nul ne peut être nommé délégué, suppléant ou remplaçant s'il ne jouit de ses droits civiques et politiques.
Seuls peuvent être élus délégués ou suppléants d’un conseil municipal les conseillers municipaux et les électeurs inscrits sur la liste électorale de la commune intéressée. Toutefois, dans les communes de moins de 3 500 habitants, seuls les conseillers municipaux peuvent être élus suppléants.

Article R. 133
L'élection se fait sans débat au scrutin secret.
Les deux membres présents les plus âgés et les deux membres présents les plus jeunes du conseil municipal forment le bureau électoral. La présidence appartient au maire et, à défaut du maire, aux adjoints et aux conseillers dans l'ordre du tableau.

Article R. 134
Les personnes appelées à remplacer les députés, les conseillers régionaux, les conseillers à l'Assemblée de Corse ou les conseillers généraux dans les conditions prévues par l'article L. 287 doivent être désignées préalablement à l'élection de délégués ou de leurs suppléants.
Le maire désigne les remplaçants présentés par les députés, les conseillers régionaux, les conseillers à l'Assemblée de Corse ou les conseillers généraux en tant que délégués de droit du conseil municipal. Ces remplaçants doivent être inscrits sur la liste électorale de la commune intéressée.
Les désignations faites en vertu du présent article sont de droit. Le maire en accuse réception aux députés, aux conseillers régionaux, aux conseillers à l'Assemblée de Corse ou aux conseillers généraux remplacés et les notifie au préfet dans les vingt-quatre heures.

Articles R. 135 et R. 136
Abrogés par l’article 16 du décret n° 2001-284 du 2 avril 2001.

Article R. 137
Dans les communes de 3 500 habitants et plus, les listes de candidats doivent être déposées auprès du bureau électoral prévu à l'article R. 133 avant l'ouverture du scrutin en vue de l'élection des délégués et des suppléants.
Les listes de candidats ainsi déposées doivent indiquer :
1° le titre de la liste présentée ;
2° les nom, prénoms, domicile, date et lieu de naissance ainsi que l'ordre de présentation des candidats.

Article R. 138
Dans les mêmes communes, l'élection des délégués et celle des suppléants ont lieu simultanément sur une même liste.
Les conseillers ne peuvent voter que pour une seule liste sans adjonction ni radiation de noms et sans modification de l'ordre de présentation des candidats.
Lorsque le nombre de candidats délégués ou suppléants sur une même liste est supérieur à deux cents, la liste complète des candidats de la liste est affichée dans la salle de vote et les bulletins ne comportent que le nom de la liste et du candidat tête de liste.
La méconnaissance des dispositions ci-dessus entraîne la nullité des bulletins de la liste en cause.

Article R. 139
Abrogé par l’article 16 du décret n° 2001-284 du 2 avril 2001.

Article R. 140
Dans les mêmes communes, le bureau attribue successivement les mandats de délégués et de suppléants conformément aux dispositions des articles R.141 et R.142 et procède à la proclamation des candidats élus.

Article R. 141
Le bureau détermine le quotient électoral, successivement pour les délégués et les suppléants, en divisant le nombre des suffrages exprimés dans la commune par le nombre des mandats de délégués, puis par le nombre des mandats de suppléants.
Il est attribué à chaque liste autant de mandats de délégués et de suppléants que le nombre de suffrages de la liste contient de fois le quotient électoral correspondant.
Les mandats de délégués et de suppléants non répartis par application des dispositions de l'alinéa précédent sont conférés successivement à celle des listes pour laquelle la division du nombre de suffrages recueillis par le nombre de mandats qui lui ont déjà été attribués, plus un, donne le plus fort résultat.
Au cas où il ne reste qu'un seul mandat à attribuer et si deux listes ont la même moyenne, le mandat revient à la liste qui a obtenu le plus grand nombre de suffrages.
Si les deux listes en cause ont également recueilli le même nombre de suffrages, le mandat de délégué ou de suppléant est attribué au plus âgé des deux candidats susceptibles d'être proclamés élus.

Article R. 142
Les candidats appartenant aux listes auxquelles des mandats de délégués et de suppléants ont été attribués par application de l'article R.141 sont proclamés élus dans l'ordre de présentation, les premiers, délégués, les suivants, suppléants.

Article R. 143
Dans les communes où la désignation des délégués a lieu à la représentation proportionnelle, le procès-verbal doit indiquer la liste au titre de laquelle les délégués et suppléants ont été élus.
Le procès-verbal mentionne l'acceptation ou le refus des délégués et suppléants présents, ainsi que les protestations qui auraient été élevées contre la régularité de l'élection par un ou plusieurs membres du conseil municipal.

Article R. 144
Dans chaque commune, les résultats du scrutin sont rendus publics dès l'achèvement du dépouillement.
Les procès-verbaux sont arrêtés et signés et un exemplaire en est affiché à la porte de la mairie. Un exemplaire en est immédiatement transmis au préfet par le maire.

Article R. 145
Les délégués ou suppléants qui n'étaient pas présents sont avisés de leur élection dans les vingt-quatre heures par les soins du maire. S'ils refusent ces fonctions, ils doivent en avertir le préfet dans le délai d'un jour franc à dater de la notification.
Ils doivent, dans le même délai, informer de leur refus le maire qui porte d'office sur la liste des délégués de la commune le suivant des suppléants élus à qui cette décision est notifiée immédiatement.

Article R. 146
Le tableau des électeurs sénatoriaux est établi par le préfet et rendu public dans les quatre jours suivant l'élection des délégués et de leurs suppléants.

Article R. 147
Les recours visés à l'article L. 292 doivent être présentés au tribunal administratif dans les trois jours de la publication du tableau. Le président de ce tribunal notifie sans délai les réclamations dont il est saisi aux délégués élus et les invite en même temps soit à déposer leurs observations écrites au greffe du tribunal avant la date de l'audience, soit à présenter à l'audience leurs observations orales.
La date et l'heure de l'audience doivent être indiquées sur la convocation.
Le tribunal administratif rend sa décision dans les trois jours à compter de l'enregistrement de la réclamation et la fait notifier aux parties intéressées et au préfet.

Article R. 148
En cas d'annulation de l'élection d'un délégué, il est pourvu à son remplacement dans les communes où l'élection a lieu à la représentation proportionnelle par appel au premier suppléant de la même liste, et dans les communes où l'élection a lieu au scrutin majoritaire par appel au premier suppléant. Dans ces dernières communes, il n'est pas pourvu au remplacement des suppléants dont l'élection serait annulée.
En cas d'annulation des élections dans leur ensemble ou au cas où, le tableau des suppléants se trouvant épuisé, la liste des délégués demeure incomplète, il est procédé à une nouvelle élection au jour fixé par arrêté préfectoral. La publication de cet arrêté, qui doit intervenir trois jours francs avant la date du scrutin, tient lieu de convocation du conseil municipal. Il est toutefois affiché à la porte de la mairie et notifié par écrit à tous les membres du conseil municipal par les soins du maire, qui précise le lieu de la réunion ainsi que son heure, si elle n'a pas été fixée par l'arrêté préfectoral.

Haut de page

  Désignation des délégués de l’Assemblée de Corse

  Livre II - Titre III bis

Article L. 293-1
Dans le mois qui suit son élection, l'Assemblée de Corse procède à la répartition de ses membres entre les collèges chargés de l'élection des sénateurs dans les départements de Corse-du-Sud et de Haute-Corse.
Le nombre de membres de l'Assemblée de Corse à désigner pour faire partie des collèges électoraux sénatoriaux de la Corse-du-Sud et de la Haute-Corse est respectivement de 24 et de 27.

Article L. 293-2
L'Assemblée de Corse désigne d'abord ses membres appelés à représenter la collectivité territoriale au sein du collège électoral du département de Corse-du-Sud.
Chaque conseiller ou groupe de conseillers peut présenter avec l'accord des intéressés une liste de candidats en nombre au plus égal à celui des sièges à pourvoir.
L'élection a lieu au scrutin de liste sans rature ni panachage. Les sièges sont répartis à la représentation proportionnelle selon la règle de la plus forte moyenne.
Lorsque les opérations prévues aux alinéas précédents ont été achevées, les conseillers non encore désignés font de droit partie du collège électoral sénatorial du département de Haute-Corse.
Celui qui devient membre de l'Assemblée de Corse entre deux renouvellements est réputé être désigné pour faire partie du collège électoral sénatorial du même département que le conseiller qu'il remplace.

Article L. 293-3
Le représentant de l'Etat dans la collectivité territoriale de Corse notifie au représentant de l'Etat dans chaque département de la collectivité territoriale les noms des conseillers désignés pour son département en vue de l'établissement du tableau des électeurs sénatoriaux mentionné à l'article L.292.

Dispositions réglementaires.

Article R. 148-1
Les élections prévues aux articles L.293-1 et L.293-2 du code électoral ont lieu sans débat et au scrutin secret.

Article R. 148-3
Les sièges sont attribués aux candidats d'après l'ordre de présentation sur chaque liste. Si plusieurs listes ont obtenu la même moyenne pour l'attribution du dernier siège, celui-ci revient à la liste qui a obtenu le plus grand nombre de suffrages. En cas d'égalité de suffrages, le siège est attribué au plus âgé des candidats susceptibles d'être proclamés élus.
Si le nombre de candidats figurant sur une liste est inférieur au nombre de sièges qui lui reviennent, le ou les sièges non pourvus sont attribués à la ou aux plus fortes moyennes suivantes.

Haut de page

  Modes de scrutin

  Livre II - Titre IV – Chapitre premier

Article L. 294
Dans les départements où sont élus trois sénateurs ou moins, l'élection a lieu au scrutin majoritaire à deux tours.
Nul n'est élu sénateur au premier tour de scrutin s'il n'a réuni :
1° La majorité absolue des suffrages exprimés ;
2° Un nombre de voix égal au quart des électeurs inscrits.
Au second tour de scrutin, la majorité relative suffit. En cas d'égalité des suffrages, le plus âgé des candidats est élu.

Article L. 295
Dans les départements où sont élus quatre sénateurs ou plus, l'élection a lieu à la représentation proportionnelle suivant la règle de la plus forte moyenne, sans panachage ni vote préférentiel.
Sur chaque liste, les sièges sont attribués aux candidats d'après l'ordre de présentation.

Haut de page

  Conditions d’éligibilité et inéligibilités

  Livre II - Titre IV - Chapitre II

Article L.O. 296
Nul ne peut être élu au Sénat s'il n'est âgé de trente ans révolus.
Les autres conditions d'éligibilité et les inéligibilités sont les mêmes que pour l'élection à l'Assemblée nationale.(En ce qui concerne les sénateurs représentant les Français établis hors de France, voir les conditions particulières d’inéligibilité.)
Toutefois, pour l'application de l'alinéa précédent, n'est pas réputée faire acte de candidature contre un sénateur devenu membre du Gouvernement la personne qui a été appelée à le remplacer dans les conditions prévues à l'article L.O. 319, lorsqu'elle se présente sur la même liste que lui.

Livre premier (rappel) - Titre II - Chapitre III

Conditions d’éligibilité et inéligibilités.

Article L. 44
Tout Français et toute Française ayant la qualité d'électeur peut faire acte de candidature et être élu, sous réserve des cas d'incapacité ou d'inéligibilité prévus par la loi.

Article L. 45
Nul ne peut être élu s'il ne justifie avoir satisfait aux obligations de la loi sur le recrutement de l’armée.

Article L.O. 127
Tout citoyen qui a vingt trois ans révolus et la qualité d'électeur peut être élu à l'Assemblée nationale dans les conditions et sous les réserves énoncées aux articles suivants.

Article L.O. 128
Est inéligible pendant un an celui qui n'a pas déposé l'une des déclarations prévues à l'article LO. 135-1.
Est également inéligible pendant un an celui qui n'a pas déposé son compte de campagne dans les conditions et le délai prescrits par l'article L. 52-12 et celui dont le compte de campagne a été rejeté à bon droit. Peut également être déclaré inéligible, pour la même durée, celui qui a dépassé le plafond des dépenses électorales tel qu'il résulte de l'article L. 52-11.(Le compte de campagne n’est pas exigible pour les sénateurs.)

Article L.O. 129
Sont inéligibles les individus condamnés lorsque la condamnation empêche d'une manière définitive leur inscription sur une liste électorale

Article L.O. 130
Les individus dont la condamnation empêche temporairement l'inscription sur une liste électorale sont inéligibles pendant une période double de celle durant laquelle ils ne peuvent être inscrits sur la liste électorale.
Sont en outre inéligibles :
1° Les individus privés par décision judiciaire de leur droit d'éligibilité, en application des lois qui autorisent cette privation ;
2° Les personnes pourvues d'un conseil judiciaire.

Article L.O. 130-1
Le médiateur est inéligible dans toutes les circonscriptions.

Article L.O. 131
Les inspecteurs généraux de l'administration en mission extraordinaire (l’ancienne fonction des inspecteurs généraux de l’administration en mission extraordinaire correspond pratiquement à celle des actuels préfets de région) et les préfets ne peuvent être élus dans toute circonscription comprise dans le ressort dans lequel ils exercent ou dans lequel ils ont exercé leurs fonctions depuis moins de trois ans .
Les sous-préfets et secrétaires généraux de préfecture sont inéligibles dans toutes les circonscriptions du département dans lesquelles ils exercent ou ont exercé leurs fonctions depuis moins d'un an.

Article L.O. 132
(Abrogé par l’article 6 de la loi organique n° 85-688 du 10 juillet 1985).

Article L.O. 133
Ne peuvent être élus dans toute circonscription comprise dans le ressort dans lequel ils exercent ou dans lequel ils ont exercé leurs fonctions depuis moins de six mois :
1° Les inspecteurs généraux de l'économie nationale, les ingénieurs généraux des ponts et chaussées, les ingénieurs généraux des eaux et forêts, du génie rural et de l'agriculture, les contrôleurs généraux des services vétérinaires, chargés de circonscription ;
2° Les magistrats des cours d'appel ;
3° Les membres des tribunaux administratifs ;
4° Les magistrats des tribunaux ;
5° Les officiers des armées de terre, de mer et de l'air exerçant un commandement territorial ;
6° Les recteurs et inspecteurs d'académie ;
7° Les inspecteurs régionaux et départementaux de la jeunesse et des sports, les inspecteurs de l'enseignement primaire, les inspecteurs de l'enseignement technique ;
8° Les trésoriers-payeurs généraux, les receveurs particuliers des finances ;
9° Les directeurs des impôts, les directeurs des douanes et les directeurs des enquêtes économiques ;
10° Les ingénieurs en chef, ingénieurs en chef adjoints et ingénieurs des ponts et chaussées ;
11° Les ingénieurs en chef, ingénieurs principaux et ingénieurs des eaux et forêts, chargés de circonscription; les ingénieurs en chef et ingénieurs des services agricoles chargés des fonctions de directeur des services agricoles ou d'inspecteur de la protection des végétaux ; les ingénieurs en chef et ingénieurs du génie rural ; les vétérinaires inspecteurs en chef, vétérinaires inspecteurs principaux et vétérinaires inspecteurs chargés des fonctions de directeur des services vétérinaires ; les inspecteurs des lois sociales en agriculture ;
12° Les directeurs régionaux de la sécurité sociale, les inspecteurs divisionnaires du travail, les directeurs départementaux et inspecteurs du travail et de la main-d'œuvre ;
13° Les directeurs des organismes régionaux et locaux de sécurité sociale relevant du contrôle de la Cour des comptes et les directeurs des caisses régionales de crédit agricole ;
14° Les directeurs départementaux de l'action sanitaire et sociale ;
15° Les directeurs inter-départementaux des anciens combattants; les secrétaires généraux des offices départe-mentaux des combattants ;
16° Les directeurs départementaux de la construction et de l'urbanisme ;
17° Les directeurs régionaux et départementaux des postes et télécommunications ;
18° Les chefs de division de préfecture, les inspecteurs départementaux des services d'incendie ;
19° Les directeurs départementaux de la police et commissaires de police.

Article L.O. 134
Un député, un sénateur ou le remplaçant d'un membre d'une assemblée parlementaire ne peut être remplaçant d'un candidat à l'Assemblée nationale.

Article L.O. 135
Ainsi qu'il est dit à l'alinéa 2 de l'article 2 de l'ordonnance n° 58-1099 du 17 novembre 1958 portant loi organique pour l'application de l'article 23 de la Constitution, quiconque a été appelé à remplacer dans les conditions prévues à l'article L.O. 176-1 un député nommé membre du Gouvernement ne peut, lors de l'élection suivante, faire acte de candidature contre lui.

Article L.O. 135-1
(Cet article a été modifié par le paragraphe I de l’article premier de la loi organique n° 95-63 du 19 janvier 1995 relative à la déclaration de patrimoine des membres du Parlement et aux incompatibilités applicables aux membres du Parlement et à ceux du Conseil constitutionnel. Le paragraphe II précise que ces dispositions prennent effet pour les sénateurs au fur et à mesure du renouvellement des séries à compter de celui de septembre 1995.
Par ailleurs, l’article 4 de la loi n° 95-126 du 8 février 1995 relative à la déclaration du patrimoine des membres du Gouvernement et des titulaires de certaines fonctions est ainsi rédigé :
" Art. 4. - I. - Les déclarations de situation patrimoniale souscrites par les membres de l’Assemblée nationale en application des dispositions de l’article L.O.135-1 du code électoral, dans sa rédaction antérieure à la loi organique n° 95-63 du 19 janvier 1995 relative à la déclaration du patrimoine des membres du Parlement et aux incompatibilités applicables aux membres du Parlement et à ceux du Conseil constitutionnel, sont transmises à la Commission pour la transparence financière de la vie politique.
- II. - Les membres de l’Assemblée nationale et les personnes visées aux articles 1er et 2 de la présente loi qui ont souscrit une déclaration de situation patrimoniale avant l’entrée en vigueur de la présente loi ou de la loi organique n° 95-63 du 19 janvier 1995 relative à la déclaration du patrimoine des membres du Parlement et aux incompatibilités applicables aux membres du Parlement et à ceux du Conseil constitutionnel peuvent, s’ils le jugent utile, adresser une nouvelle déclaration conforme aux dispositions de l’article L.O.135-1 du code électoral, tel qu’il résulte de la loi organique.")

Dans les deux mois qui suivent son entrée en fonction, le député est tenu de déposer auprès de la Commission pour la transparence financière de la vie politique une déclaration certifiée sur l'honneur exacte et sincère de sa situation patrimoniale concernant la totalité de ses biens propres ainsi que, éventuellement, ceux de la communauté ou les biens réputés indivis en application de l'article 1538 du code civil.
Ces biens sont évalués à la date du fait générateur de la déclaration comme en matière de droit de mutation à titre gratuit.
Les députés communiquent à la Commission pour la transparence financière de la vie politique, pendant l'exercice de leur mandat, toutes les modifications substantielles de leur patrimoine, chaque fois qu'ils le jugent utile.
Une déclaration conforme aux dispositions qui précèdent est déposée auprès de la Commission pour la transparence financière de la vie politique deux mois au plus tôt et un mois au plus tard avant l'expiration du mandat de député ou, en cas de dissolution de l'Assemblée nationale ou de cessation du mandat de député pour une cause autre que de décès, dans les deux mois qui suivent la fin des fonctions. Le député peut joindre à sa déclaration ses observations sur l'évolution de son patrimoine.
Toutefois, aucune nouvelle déclaration n'est exigée du député lorsqu'il a établi depuis moins de six mois une déclaration de sa situation patrimoniale en application du présent article ou des articles 1er et 2 de la loi n° 88-227 du 11 mars 1988 relative à la transparence financière de la vie politique.

Loi n°95-63 du 19 janvier 1995 art. 1 II : Les dispositions du présent article prennent effet pour les sénateurs au fur et à mesure du renouvellement des séries à compter du prochain renouvellement triennal du Sénat.

Article L.O. 135-2
Les déclarations déposées par le député conformément aux dispositions de l'article L.O.135-1 du code électoral ainsi que, éventuellement, les observations qu'il a formulées, ne peuvent être communiquées qu'à la demande expresse du déclarant ou de ses ayants droit ou sur requête des autorités judiciaires lorsque leur communication est nécessaire à la solution du litige ou utile pour la découverte de la vérité.

Article L.O. 136
Sera déchu de plein droit de la qualité de membre de l'Assemblée nationale celui dont l'inéligibilité se révélera après la proclamation des résultats et l'expiration du délai pendant lequel elle peut être contestée ou qui, pendant la durée de son mandat, se trouvera dans l'un des cas d'inéligibilité prévus par le présent code.
La déchéance est constatée par le Conseil constitutionnel à la requête du Bureau de l'Assemblée nationale ou du garde des sceaux, ministre de la justice, ou, en outre, en cas de condamnation postérieure à l'élection, du ministère public près la juridiction qui a prononcé la condamnation.

Article L.O. 136-1
La commission instituée par l'article L.52-14 saisit le Conseil constitutionnel du cas de tout candidat susceptible de se voir opposer les dispositions du deuxième alinéa de l'article L.O.128. Le Conseil constitutionnel constate, le cas échéant, l'inéligibilité et, s'il s'agit du candidat proclamé élu, il le déclare, par la même décision, démissionnaire d'office.
La Commission pour la transparence financière de la vie politique saisit le Bureau de l'Assemblée nationale du cas de tout député susceptible de se voir opposer les dispositions du premier alinéa de l'article L.O.128. Le Conseil constitutionnel, saisi par le Bureau de l'Assemblée nationale, constate, le cas échéant, l'inéligibilité et, par la même décision, déclare le député démissionnaire d'office.

Haut de page

  Incompatibilités

 

Livre II - Titre IV - Chapitre III

Article L.O. 297
Les dispositions du chapitre IV du titre II du livre Ier du présent code sont applicables aux sénateurs.

Livre premier (Rappel) – Titre II - Chapitre IV

Article L.O. 137
Le cumul des mandats de député et de sénateur est interdit.
Tout député élu sénateur ou tout sénateur élu député cesse, de ce fait même, d'appartenir à la première assemblée dont il était membre. Toutefois, en cas de contestation, la vacance du siège n'est proclamée qu'après décision du Conseil constitutionnel confirmant l'élection.
Il ne peut en aucun cas participer aux travaux de deux assemblées.

Article L.O. 137-1
Le mandat de député est incompatible avec celui de représentant au Parlement européen.
Tout député élu membre du Parlement européen cesse de ce fait même d'exercer son mandat de parlementaire national. Toutefois, en cas de contestation, la vacance du siège n'est proclamée qu'après la décision juridictionnelle confirmant l'élection. En attendant cette décision, l'intéressé ne peut participer aux travaux de l'Assemblée nationale.

Article L.O. 138
Toute personne ayant la qualité de remplaçant d'un député ou d'un sénateur perd cette qualité si elle est élue député.

Article L.O. 139
Le mandat de député est incompatible avec la qualité de membre du Conseil économique et social.

Article L.O. 140
Ainsi qu'il est dit à l'article 9 de l'ordonnance n° 58-1270 du 22 décembre 1958 portant loi organique relative au statut de la magistrature, l'exercice des fonctions de magistrat est incompatible avec l'exercice d'un mandat à l'Assemblée nationale.
NOTA : Parlement, Parlement européen, Conseil économique et social

Article L.O. 141
Le mandat de député est incompatible avec l'exercice de plus d'un des mandats énumérés ci-après : conseiller régional, conseiller à l'assemblée de Corse, conseiller général, conseiller de Paris, conseiller municipal d'une commune d'au moins 3 500 habitants.

Article L.O. 142
L'exercice des fonctions publiques non électives est incompatible avec le mandat de député.
Sont exceptés des dispositions du présent article :
1° Les professeurs qui, à la date de leur élection, étaient titulaires de chaires données sur présentation des corps où la vacance s'est produite ou chargés de directions de recherches ;
2° Dans les départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle , les ministres des cultes et les délégués du Gouvernement dans l'administration des cultes.

Article L.O. 143
L'exercice des fonctions conférées par un Etat étranger ou une organisation internationale et rémunérées sur leurs fonds est également incompatible avec le mandat de député.

Article L.O. 144
Les personnes chargées par le gouvernement d'une mission temporaire peuvent cumuler l'exercice de cette mission avec leur mandat de député pendant une durée n'excédant pas six mois .

Article L.O. 145
Sont incompatibles avec le mandat de député les fonctions de président et de membre de conseil d'administration ainsi que celles de directeur général et de directeur général adjoint exercées dans les entreprises nationales et établissements publics nationaux ; il en est de même de toute fonction exercée de façon permanente en qualité de conseil auprès de ces entreprises ou établissements.
L'incompatibilité édictée au présent article ne s'applique pas aux députés désignés soit en cette qualité soit du fait d'un mandat électoral local comme présidents ou membres de conseils d'administration d'entreprises nationales ou d'établissements publics nationaux en application des textes organisant ces entreprises ou établissements.

Article L.O. 146
Sont incompatibles avec le mandat parlementaire les fonctions de chef d'entreprise, de président de conseil d'administration, de président et de membre de directoire, de président de conseil de surveillance, d'administrateur délégué, de directeur général, directeur général adjoint ou gérant exercées dans :
1° Les sociétés, entreprises ou établissements jouissant, sous forme de garanties d'intérêts, de subventions ou, sous forme équivalente, d'avantages assurés par l'Etat ou par une collectivité publique sauf dans le cas où ces avantages découlent de l'application automatique d'une législation générale ou d'une réglementation générale ;
2° Les sociétés ayant exclusivement un objet financier et faisant publiquement appel à l'épargne, ainsi que les sociétés civiles autorisées à faire publiquement appel à l'épargne et les organes de direction, d'administration ou de gestion de ces sociétés ;
3° Les sociétés ou entreprises dont l'activité consiste principalement dans l'exécution de travaux, la prestation de fournitures ou de services pour le compte ou sous le contrôle de l'Etat, d'une collectivité ou d'un établissement public ou d'une entreprise nationale ou d'un Etat étranger ;
4° Les sociétés ou entreprises à but lucratif dont l'objet est l'achat ou la vente de terrains destinés à des constructions, quelle que soit leur nature, ou qui exercent une activité de promotion immobilière ou, à titre habituel, de construction d'immeubles en vue de leur vente ;
5° Les sociétés dont plus de la moitié du capital est constituée par des participations de sociétés, entreprises ou établissements visés aux 1°, 2°, 3° et 4° ci-dessus.
Les dispositions du présent article sont applicables à toute personne qui, directement ou par personne interposée, exerce en fait la direction de l'un des établissements, sociétés ou entreprises ci-dessus visés.

Article L.O. 146-1
Il est interdit à tout député de commencer à exercer une fonction de conseil qui n'était pas la sienne avant le début de son mandat.
Cette interdiction n'est pas applicable aux membres des professions libérales soumises à un statut législatif ou réglementaire ou dont le titre est protégé.

Article L.O. 147
Il est interdit à tout député d'accepter, en cours de mandat, une fonction de membre du conseil d'administration ou de surveillance dans l'un des établissements, sociétés ou entreprises visés à l'article L.O. 146.

Article L.O. 148
Nonobstant les dispositions des articles L.O. 146 et L.O. 147, les députés membres d'un conseil régional, d'un conseil général ou d'un conseil municipal peuvent être désignés par ces conseils pour représenter la région, le département ou la commune dans des organismes d'intérêt régional ou local à la condition que ces organismes n'aient pas pour objet propre de faire ni de distribuer des bénéfices et que les intéressés n'y occupent pas de fonctions rémunérées.
En outre, les députés, même non membres d'un conseil régional, d'un conseil général ou d'un conseil municipal, peuvent exercer les fonctions de président du conseil d'administration, d'administrateur délégué ou de membre du conseil d'administration des sociétés d'économie mixte d'équipement régional ou local, ou des sociétés ayant un objet exclusivement social lorsque ces fonctions ne sont pas rémunérées.

Article L.O. 149
Il est interdit à tout avocat inscrit à un barreau, lorsqu'il est investi d'un mandat de député, d'accomplir directement ou indirectement par l'intermédiaire d'un associé, d'un collaborateur ou d'un secrétaire, sauf devant la Haute Cour de justice et la Cour de justice de la République, aucun acte de sa profession dans les affaires à l'occasion desquelles des poursuites pénales sont engagées devant les juridictions répressives pour crimes ou délits contre la Nation, l'Etat et la paix publique ou en matière de presse ou d'atteinte au crédit ou à l'épargne ; il lui est interdit, dans les mêmes conditions, de plaider ou de consulter pour le compte de l'une des sociétés, entreprises ou établissements visés aux articles L.O.145 et L.O.146 dont il n'était pas habituellement le conseil avant son élection, ou contre l'Etat, les sociétés nationales, les collectivités ou établissements publics, à l'exception des affaires visées par la loi n° 57-1424 du 31 décembre 1957 attribuant aux tribunaux judiciaires compétence pour statuer sur les actions en responsabilité des dommages causés par tout véhicule et dirigées contre une personne morale de droit public.

Article L.O. 150
Il est interdit à tout député de faire ou de laisser figurer son nom suivi de l'indication de sa qualité dans toute publicité relative à une entreprise financière, industrielle ou commerciale.
Seront punis d'un emprisonnement de six mois et d'une amende de 3 750 €, ou de l'une de ces deux peines seulement, les fondateurs, les directeurs ou gérants de sociétés ou d'établissements à objet commercial, industriel ou financier qui auront fait ou laissé figurer le nom d'un député avec mention de sa qualité dans toute publicité faite dans l'intérêt de l'entreprise qu'ils dirigent ou qu'ils se proposent de fonder. En cas de récidive, les peines ci-dessus prévues pourront être portées à un an d'emprisonnement et 7 500 € d'amende.

Article L.O. 151
Le député qui, lors de son élection, se trouve dans l'un des cas d'incompatibilité visés au présent code doit, dans les trente jours qui suivent son entrée en fonction ou, en cas de contestation de l'élection, la décision du Conseil constitutionnel, se démettre des fonctions ou mandats incompatibles avec son mandat parlementaire ou, s'il est titulaire d'un emploi public, demander à être placé dans la position spéciale prévue par son statut.

A l'expiration du délai prévu au premier alinéa ci-dessus, le député qui se trouve dans un des cas d'incompatibilité visés à l'article L.O. 141 est déclaré démissionnaire d'office par le Conseil constitutionnel à la requête du Bureau de l'Assemblée nationale ou du garde des sceaux, ministre de la justice.

Dans le délai prévu au premier alinéa ci-dessus, tout député est tenu de déposer sur le Bureau de l'Assemblée nationale une déclaration certifiée sur l'honneur exacte et sincère comportant la liste des activités professionnelles ou d'intérêt général, même non rémunérées, qu'il envisage de conserver ou attestant qu'il n'en exerce aucune. En cours de mandat, il doit déclarer, dans les mêmes formes, tout élément de nature à modifier sa déclaration initiale.

Le Bureau examine si les activités ainsi déclarées sont compatibles avec le mandat parlementaire. S'il y a doute sur la compatibilité des fonctions ou activités exercées ou en cas de contestation à ce sujet, le Bureau de l'Assemblée nationale, le garde des sceaux, ministre de la justice, ou le député lui-même, saisit le Conseil constitutionnel qui apprécie souverainement si le député intéressé se trouve dans un cas d'incompatibilité.

Dans l'affirmative, le député doit régulariser sa situation dans le délai de trente jours à compter de la notification qui lui est faite de la décision du Conseil constitutionnel. A défaut, le Conseil constitutionnel le déclare démissionnaire d'office de son mandat.

Le député qui n'a pas procédé à la déclaration prévue au troisième alinéa ou qui a méconnu les dispositions des articles L.O. 149 et L.O. 150 est déclaré démissionnaire d'office, sans délai, par le Conseil constitutionnel, à la requête du Bureau de l'Assemblée nationale ou du garde des sceaux, ministre de la justice.

La démission d'office est aussitôt notifiée au Président de l'Assemblée nationale. Elle n'entraîne pas d'inéligibilité.

Article L.O. 151-1
Tout député qui acquiert un mandat électoral propre à le placer dans un des cas d'incompatibilité visés à l'article L.O. 141 postérieurement à son élection à l'Assemblée nationale dispose, pour démissionner du mandat de son choix, d'un délai de trente jours à compter de la date de l'élection qui l'a mis en situation d'incompatibilité ou, en cas de contestation, de la date à laquelle le jugement confirmant cette élection est devenu définitif. A défaut d'option dans le délai imparti, le mandat acquis ou renouvelé à la date la plus récente prend fin de plein droit.
Pour l'application du présent article, lorsque les élections législatives ou sénatoriales sont organisées le même jour que d'autres élections, ces dernières sont réputées postérieures quel que soit le moment de la proclamation des résultats.

Article L.O. 152
Ainsi qu'il est dit à l'article 4 de l'ordonnance n° 58-1067 du 7 novembre 1958 portant loi organique sur le Conseil constitutionnel, les fonctions des membres du Conseil constitutionnel sont incompatibles avec celles de député*.
Les députés nommés au Conseil constitutionnel sont réputés avoir opté pour ces dernières fonctions s'ils n'ont exprimé une volonté contraire dans les huit jours suivant la publication de leur nomination.
*NOTA : de membre du Gouvernement ou du Conseil économique et social, et avec l'exercice de tout mandat électoral.

Article L.O. 153
Ainsi qu'il est dit à l'alinéa premier de l'article 1er de l'ordonnance n° 58-1099 du 17 novembre 1958 portant loi organique pour l'application de l'article 23 de la Constitution, l'incompatibilité établie par ledit article 23 entre le mandat de député et les fonctions de membre du Gouvernement prend effet à l'expiration d'un délai de un mois à compter de la nomination comme membre du Gouvernement. Pendant ce délai, le député membre du Gouvernement ne peut prendre part à aucun scrutin. L'incompatibilité ne prend pas effet si le Gouvernement est démissionnaire avant l'expiration dudit délai.


Haut de page

  Déclarations de candidatures

  Livre II - Titre IV - Chapitre IV

Article L. 298
Les candidats sont tenus de faire une déclaration revêtue de leur signature énonçant leurs nom, prénoms, sexe, date et lieu de naissance, domicile et profession.

Article L. 299
Dans les départements où les élections ont lieu au scrutin majoritaire, chaque candidat doit mentionner dans sa déclaration de candidature les nom, prénoms, sexe, date et lieu de naissance, domicile et profession de la personne appelée à le remplacer comme sénateur dans les cas prévus à l'article L.O.319. Il doit y joindre l'acceptation écrite du remplaçant, lequel doit remplir les conditions d'éligibilité exigées des candidats.
Nul ne peut figurer en qualité de remplaçant sur plusieurs déclarations de candidatures. Nul ne peut être à la fois candidat et remplaçant d'un autre candidat. Nul ne peut désigner pour le second tour de scrutin une personne autre que celle qui figurait sur sa déclaration de candidature lors du premier tour.

Loi n°2000-493 du 6 juin 2000 art. 17 : Les dispositions de cet article entreront en vigueur lors du prochain renouvellement intervenant à échéance normale des conseils et assemblées auxquels elles s'appliquent

Article L. 300
Dans les départements où les élections ont lieu à la représentation proportionnelle, chaque liste de candidats doit comporter deux noms de plus qu'il y a de sièges à pourvoir. Sur chacune des listes, l'écart entre le nombre des candidats de chaque sexe ne peut être supérieur à un. Chaque liste est composée alternativement d'un candidat de chaque sexe.
Outre les renseignements mentionnés à l'article L. 298, la déclaration doit indiquer le titre de la liste et l'ordre de présentation des candidats.
Une déclaration collective pour chaque liste est faite par un mandataire de celle-ci. Tout changement de composition d’une liste ne peut être effectué que par retrait de celle-ci et le dépôt d’une nouvelle déclaration. La déclaration de retrait doit comporter la signature de l’ensemble des candidats de la liste (la rédaction de cet alinéa a été modifiée par la loi n° 2004-404 du 10 mai 2004 Article R. 150).
Le retrait d’une liste ne peut intervenir après l’expiration du délai prévu pour le dépôt des déclarations de candidatures (la rédaction de cet alinéa a été modifiée par la loi n° 2004-404 du 10 mai 2004 Article R. 150).
En cas de décès de l'un des candidats au cours de la campagne électorale, les autres candidats de la liste auront le droit de le remplacer jusqu'à la veille de l'ouverture du scrutin par un nouveau candidat au rang qui leur conviendra.

Article L. 301
Les déclarations de candidatures doivent, pour le premier tour, être déposées en double exemplaire à la préfecture au plus tard à 18 heures le deuxième vendredi qui précède le scrutin.
Il est donné au déposant un reçu provisoire de déclaration. Un récépissé définitif est délivré dans les quatre jours du dépôt de la déclaration de candidature si celle-ci est conforme aux prescriptions des lois en vigueur.

Article L. 302
Les candidatures multiples sont interdites.
Nul ne peut être candidat dans une même circonscription sur plusieurs listes ni dans plusieurs circonscriptions.

Article L. 303
Si une déclaration ne remplit pas les conditions prévues aux articles précédents, le représentant de l’Etat dans le département saisit dans les vingt-quatre heures le tribunal administratif qui statue dans les trois jours. Son jugement ne peut être contesté que devant le Conseil constitutionnel saisi de l'élection.

Article L.O. 304
Les dispositions de l'article L.O.160 sont applicables.

Article L.O. 160 (Rappel)
Est interdit l’enregistrement de la candidature d’une personne inéligible.
S’il apparaît qu’une déclaration de candidature a été déposée par une personne inéligible, le préfet doit surseoir à l’enregistrement de la candidature et saisir, dans les vingt-quatre heures, le tribunal administratif qui statue dans les trois jours. La décision du tribunal ne peut être contestée que devant le Conseil constitutionnel saisi de l’élection.
Si les délais mentionnés à l’alinéa précédent ne sont pas respectés, la candidature doit être enregistrée.

Article L. 305

Dans les départements où s'applique le scrutin majoritaire, tout candidat en vue du second tour doit déposer à la préfecture, une demi-heure au moins avant l'heure fixée pour l'ouverture du scrutin, une déclaration conforme aux dispositions des articles L. 298 et L. 299. Il est immédiatement délivré récépissé de cette déclaration.

Dispositions réglementaires.

Article R. 149
Les déclarations de candidatures établies en double exemplaire peuvent être rédigées sur papier libre. Elles doivent comporter, outre les mentions prévues aux articles L. 298, L. 299 et L. 300, l'indication des listes électorales sur lesquelles les candidats, et leurs remplaçants lorsqu'il y a lieu, sont inscrits.

Article R. 150
Dans les départements où les élections ont lieu au scrutin majoritaire, les candidats peuvent se présenter soit isolément, soit sur une liste.
En cas de décès de l'un des candidats au cours de la campagne électorale, les autres candidats de la liste auront le droit de le remplacer jusqu'à la veille de l'ouverture du scrutin par un nouveau candidat au rang qui leur conviendra.

Article R. 151
Dans le cas où une déclaration collective est déposée par un mandataire de la liste, elle doit être signée par tous les candidats.
Si certains d'entre eux n'ont pu la signer, le mandataire est tenu de déposer ultérieurement une déclaration individuelle revêtue de leur signature.
Le récépissé définitif de déclaration de la liste n'est délivré que lorsque la préfecture est en possession de toutes les signatures.
Les déclarations de candidatures déposées entre le premier et le second tour doivent obligatoirement être signées par les candidats.

Article R. 152
La liste des candidats et, éventuellement, des remplaçants dont la déclaration de candidature a été définitivement enregistrée est arrêtée et publiée par le préfet quatre jours au plus tard avant le scrutin.

Article R. 153
Les déclarations de candidatures pour le deuxième tour doivent être déposées à la préfecture le jour du scrutin au plus tard à 15 heures et affichées dans la salle de vote avant 15 h 30.

Haut de page

  Propagande

  Livre II - Titre IV- Chapitre V

Article L. 306
Des réunions électorales pour l'élection des sénateurs peuvent être tenues au cours des six semaines qui précèdent le jour du scrutin.
Les membres du collège électoral de la circonscription et leurs suppléants, ainsi que les candidats et leurs remplaçants, peuvent seuls assister à ces réunions.

Article L. 307
Sont applicables :
- les dispositions de la loi du 30 juin 1881 sur la liberté de réunion, à l'exception de son article 5, et celles de la loi du 28 mars 1907 relative aux réunions publiques ;
- les dispositions de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. Toutefois, dans les départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle, les articles 15 et 17 de ladite loi ne sont applicables que sous réserve des dispositions de la loi locale du 10 juillet 1906.

Article L. 308
Un décret en conseil d'État fixe le nombre, les dimensions et les modalités d'envoi des circulaires et bulletins de vote que les candidats peuvent faire imprimer et envoyer aux membres du collège électoral.
L'État prend à sa charge les frais d'envoi de ces circulaires et bulletins.
En outre, il rembourse le coût du papier et les frais d'impression des circulaires et bulletins aux candidats ayant obtenu, en cas de scrutin proportionnel, au moins 5 % des suffrages exprimés ou, en cas de scrutin majoritaire, à l'un des deux tours au moins 10 % des suffrages exprimés.

Article L. 308-1
Les dispositions des deuxième et cinquième alinéas de l'article L. 52-8 s'appliquent aux candidats aux élections sénatoriales.

Article L. 52-8 (Rappel)

...Les personnes morales, à l’exception des partis ou groupements politiques, ne peuvent participer au financement de la campagne électorale d’un candidat, ni en lui consentant des dons sous quelque forme que ce soit, ni en lui fournissant des biens, services ou autres avantages directs ou indirects à des prix inférieurs à ceux qui sont habituellement pratiqués.
...Aucun candidat ne peut recevoir, directement ou indirectement, pour quelque dépense que ce soit, des contributions ou aides matérielles d’un Etat étranger ou d’une personne morale de droit étranger.

Dispositions réglementaires

Article R. 154
Pour participer aux réunions électorales, les délégués et suppléants justifient de leur qualité par un certificat du maire de la commune à laquelle ils appartiennent.
L'autorité municipale veille à ce que nulle autre personne que celles désignées à l'article L. 306 n'assiste à ces réunions.

Article R. 155
Chaque candidat ou chaque liste a droit à une circulaire et à un nombre de bulletins qui ne peut être supérieur de plus de 20 % à deux fois le nombre des membres du collège électoral. Le format des circulaires est de 210 x 297 mm; celui des bulletins de vote de 148 x 210 mm pour les listes, et de 105 x 148 mm pour les candidats isolés.
Dans les départements où les élections ont lieu au scrutin majoritaire, les bulletins doivent comporter à la suite du nom du candidat la mention " remplaçant éventuel " suivie du nom du remplaçant. Le nom du remplaçant doit être imprimé en caractères de moindres dimensions que celui du candidat. Les bulletins qui ne répondraient pas à ces conditions ne seront pas acceptés par le président de la commission de propagande.
Les bulletins de vote sont soustraits à la formalité du dépôt légal, conformément à la loi du 21 juin 1943 modifiant le régime du dépôt légal, art. 2.

Article R. 156
Les dispositions des articles R. 27 et R. 95 sont applicables.

Article R. 27 (Rappel)
Les affiches ayant un but ou un caractère électoral qui comprennent une combinaison des trois couleurs : bleu, blanc et rouge sont interdites.

Article R. 95 (Rappel)
L'imprimeur qui enfreindra les dispositions de l'article R. 27 sera puni des peines d'amende prévues pour les contraventions de la quatrième classe.

Article R. 157
Il est institué au chef-lieu du département, trois semaines au moins avant la date des élections, une commission chargée :
a) (abrogé par l’article 2 du décret n° 97-503 du 21 mai 1997) ;
b) De fournir les enveloppes nécessaires à l'expédition des circulaires et bulletins de vote et de faire préparer leur libellé ;
c) D'adresser, quatre jours au plus tard avant le scrutin, à tous les membres du collège électoral du département, titulaires ou suppléants, sous une même enveloppe fermée qui sera déposée à la poste et transportée en franchise, une circulaire accompagnée d'un bulletin de vote de chaque candidat ou de chaque liste de candidats ;
d) De mettre en place au lieu de l'élection et avant l'ouverture du scrutin les bulletins de vote de chaque candidat ou liste de candidats en nombre au moins égal au nombre des membres du collège électoral; la surveillance des bulletins est assurée par un employé désigné par la commission ;
e) Dans les départements où fonctionne le scrutin majoritaire, de mettre en place, pour le deuxième tour de scrutin, un nombre de bulletins en blanc correspondant au nombre d'électeurs inscrits et au nombre de candidats en présence.

Article R. 158
Cette commission, instituée par arrêté préfectoral, comprend :
- un magistrat désigné par le premier président de la cour d'appel, président ;
- un fonctionnaire désigné par le préfet ;
- un fonctionnaire désigné par le trésorier-payeur général ;
- un fonctionnaire désigné par le directeur des postes et télécommunications.
Chaque candidat ou liste de candidats peut désigner un mandataire qui participe aux travaux de la commission avec voix consultative.
Le secrétariat est assuré par un fonctionnaire désigné par le préfet.

Article R. 159

Chaque candidat ou chaque liste de candidats désireux de bénéficier des dispositions prévues à l'article L.308 (3e alinéa) et à l'article R.157 doit présenter sa demande au président de la commission visée aux articles précédents, accompagnée du récépissé définitif délivré par la préfecture. Le président indique aux candidats le nombre maximum de documents de chaque catégorie qu'ils sont autorisés à faire imprimer.
Les candidats doivent remettre au président de la commission les exemplaires de la circulaire et une quantité de bulletins au moins égale au double du nombre des électeurs inscrits, six jours au plus tard avant la date du scrutin.
La commission ne sera pas tenue d'assurer l'envoi des imprimés qui ne lui auraient pas été remis à la date impartie. Seuls les imprimés envoyés par la commission pourront bénéficier de tarifs postaux préférentiels.

Article R. 160
Les frais d'impression exposés par les candidats seront remboursés sur présentation des pièces justificatives aux candidats ou aux listes de candidats qui auront recueilli le nombre de voix prévu à l'article L. 308.

Article R. 161
Chaque candidat ou chaque liste de candidats qui n'aura pas manifesté l'intention de bénéficier des dispositions prévues à l'article R. 157 pourra déposer lui-même ou faire déposer par son mandataire, à l'entrée du bureau de vote et au début de chaque tour, autant de bulletins qu'il y a d'électeurs inscrits dans chaque collège. Le format de ces bulletins est celui prévu à l'article R. 155.

Haut de page

  Convocation des électeurs

  Livre II - Titre IV - Chapitre VI

Article L. 309
Les électeurs sont convoqués par décret.

Article L. 310
Le décret portant convocation des électeurs fixe les heures d'ouverture et de clôture du ou des scrutins.

Article L. 311
Les élections des sénateurs ont lieu au plus tôt le septième dimanche qui suit la publication du décret convoquant les électeurs sénatoriaux.

Dispositions réglementaires
Opérations préparatoires au scrutin


Article R. 162
Quatre jours francs au plus tard avant l'élection des sénateurs, le préfet dresse par ordre alphabétique la liste des électeurs du département.
Cette liste comprend les députés, les conseillers régionaux, les conseillers généraux et les délégués des communes ou, le cas échéant, leurs suppléants désignés dans les conditions prévues au titre III du présent livre.
La liste est communiquée à tout requérant . Elle peut être copiée et publiée.
Une carte d'un modèle spécial est adressée à chaque électeur par les soins du préfet.

Haut de page

  Opérations de vote

  Livre II - Titre IV - Chapitre VII

Article L. 312
Dans les départements, le collège électoral se réunit au chef-lieu.

Article L. 313
Le vote a lieu sous enveloppes.
Le jour du vote, celles-ci sont mises à la disposition des électeurs dans la salle de vote.
Avant l'ouverture du scrutin, le bureau doit constater que le nombre des enveloppes correspond exactement à celui des électeurs inscrits.
Si par suite d'un cas de force majeure, du délit prévu à l'article L. 113 ou pour toute autre cause, ces enveloppes réglementaires font défaut, le président du bureau est tenu de les remplacer par d'autres d'un type uniforme, et de procéder au scrutin conformément aux dispositions du présent code. Mention est faite de ce remplacement au procès-verbal et cinq des enveloppes dont il a été fait usage y sont annexées.
Dans les départements dans lesquels l’élection a lieu à la représentation proportionnelle, des machines à voter agréées dans les conditions fixées à l’article L.57-1 peuvent être utilisées. Dans ce cas, les alinéas précédents ne sont pas applicables (ce nouvel alinéa a été introduit par la loi n° 2004-404 du 10 mai 2004).

Article L. 314
A son entrée dans la salle du scrutin, l'électeur, après avoir fait constater son identité suivant les règles et usages établis ou après avoir fait la preuve de son droit de voter, prend lui-même une enveloppe. Sans quitter la salle du scrutin, il doit se rendre isolément dans la partie de la salle aménagée pour le soustraire aux regards pendant qu'il met son bulletin dans l'enveloppe; il fait ensuite constater au président qu'il n'est porteur que d'une seule enveloppe; le président le constate, sans toucher l'enveloppe, que l'électeur introduit lui-même dans l'urne.
Dans chaque section de vote il y a un isoloir par 300 électeurs inscrits ou par fraction.
Les isoloirs ne doivent pas être placés de façon à dissimuler au public les opérations électorales.
Dans les bureaux de vote dotés d’une machine à voter, l’électeur, après avoir fait constater son identité ou fait la preuve de son droit de voter, fait enregistrer son suffrage par la machine à voter (ce nouvel alinéa a été introduit par la loi n° 2004-404 du 10 mai 2004).

Article L. 314-1
Pendant toute la durée des opérations électorales, une copie de la liste des électeurs du département (disposition modifiée par la loi n° 2004-404 du 10 mai 2004), certifiée par le préfet, reste déposée sur la table du bureau de vote. Cette copie constitue la liste d'émargement.
Le vote de chaque électeur est constaté par sa signature apposée à l'encre en face de son nom sur la liste d'émargement.

Article L. 315
Les bulletins de vote doivent comporter le nom du ou des candidats et, lorsqu'il y a lieu, ceux de leurs remplaçants.

Article L. 316
Les dispositions des articles L. 43, L. 63 à L. 67, L. 69 et L.70 sont applicables.

Article L. 317
Les délégués qui ont pris part au scrutin reçoivent une indemnité de déplacement payée sur les fonds de l'État et dont le taux et les modalités de perception sont déterminés par décret en Conseil d'État .
Cette indemnité est également versée aux électeurs de droit qui ne reçoivent pas une indemnité annuelle au titre de leur mandat.

Article L. 318
Tout membre du collège électoral qui, sans cause légitime, n'aura pas pris part au scrutin, sera condamné à une amende de 100 € (disposition modifiée par la loi n° 2004-404 du 10 mai 2004) par le tribunal de grande instance du chef-lieu, sur les réquisitions du ministère public.
La même peine peut être appliquée dans les mêmes conditions au délégué suppléant qui, dûment averti en temps utile, n'aura pas pris part aux opérations de vote.

Dispositions réglementaires

Article R. 163
Le collège électoral est présidé par le président du tribunal de grande instance, assisté de deux juges audit tribunal désignés par le premier président de la cour d'appel et des deux conseillers généraux les plus âgés présents à l'ouverture du scrutin et non candidats.
En cas d'empêchement, le premier président de la cour d'appel désignera des suppléants.

Article R. 164
Le tableau des électeurs sénatoriaux, établi par ordre alphabétique, constitue la liste d'émargement mentionnée à l'article L. 314-1. Cette liste est divisée, selon le même ordre, par le préfet, au plus tard la veille du scrutin, en sections de vote comprenant au moins cent électeurs.
Dès la clôture du scrutin, la liste d'émargement est signée par tous les membres du bureau du collège électoral composé comme il est dit à l'article R. 163. Il est aussitôt procédé au dénombrement des émargements.

Article R. 165
Le bureau du collège électoral constitue le bureau de la première section. Les présidents et assesseurs des autres sections sont nommés par le bureau. Ils sont pris, ainsi que le secrétaire, parmi les électeurs de la section.
Un assesseur est chargé dans chaque section de vote de veiller à l'application des dispositions prévues au dernier alinéa de l'article L. 314-1.

Article R. 166
Le président de chaque section a la police de l'assemblée qu'il préside.
Il exerce ses pouvoirs conformément aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur, et notamment aux dispositions de l'article R. 49.
Les membres du bureau et les électeurs composant le collège électoral du département, les candidats ou leurs représentants ont seuls accès aux salles de vote.
Le bureau statue sur toutes les difficultés et contestations qui peuvent s'élever au cours de l'élection.

Article R. 167
Les enveloppes électorales sont fournies par l'administration préfectorale.
Elles sont opaques, non gommées, frappées du timbre à date des préfectures, et de type uniforme pour chaque collège électoral.
Elles sont envoyées, cinq jours au moins avant l'élection, en nombre égal à celui des électeurs inscrits.
.
Article R. 168
Dans les départements où fonctionne le scrutin majoritaire à deux tours, le premier scrutin est ouvert à huit heures trente et clos à onze heures; le second scrutin est ouvert à quinze heures trente et clos à dix-sept heures trente.
Dans les départements soumis au régime de la représentation proportionnelle, le scrutin est ouvert à neuf heures et clos à quinze heures.
Dans les deux cas, si le président du collège électoral constate que dans toutes les sections de vote tous les électeurs ont pris part au vote, il peut déclarer le scrutin clos avant les heures fixées ci-dessus.
Le dépouillement suit immédiatement la clôture du scrutin. Les résultats des scrutins de chaque section sont centralisés et recensés par le bureau prévu à l'article R.163.
Le président du collège électoral procède immédiatement à la proclamation du ou des candidats élus et indique les noms des remplaçants éventuels de ces candidats.
Dans le cas de scrutin majoritaire, le président précise s'il y a lieu à un nouveau tour de scrutin.

Article R. 169
Dans les départements où sont élus quatre sénateurs ou plus, il est fait application de la représentation proportionnelle avec répartition complémentaire suivant la règle de la plus forte moyenne, conformément aux dispositions ci-après (cet alinéa résulte de l’article 17 du décret n° 2004-30 du 9 janvier 2004).
Le bureau détermine le quotient électoral, en divisant le nombre de suffrages exprimés dans le département par le nombre des sénateurs à élire.
Il est attribué à chaque liste autant de sièges de sénateurs que le nombre des suffrages de la liste contient de fois le quotient électoral. Les sièges de sénateurs non répartis par application des dispositions précédentes sont attribués selon la règle de la plus forte moyenne.
A cet effet, les sièges sont conférés successivement à celle des listes pour laquelle la division du nombre de suffrages recueillis par le nombre de sièges qui lui ont déjà été attribués, plus un, donne le plus fort résultat.
Au cas où il ne reste qu'un seul siège à attribuer, si deux listes ont la même moyenne, le siège revient à la liste qui a obtenu le plus grand nombre de suffrages.
Si les deux listes en cause ont également recueilli le même nombre de suffrages, le siège est donné au plus âgé des deux candidats susceptibles d'être proclamés élus.

Article R. 170
Sont nuls et n'entrent pas en compte dans le résultat du dépouillement :
- les bulletins visés à l'article L.66 ;
- les bulletins ne répondant pas aux conditions de l'article R.155 ;
- les bulletins établis au nom d'un candidat ou d'une liste de candidats ne figurant pas sur la liste arrêtée par le préfet avant chaque tour de scrutin ;
- les bulletins imprimés différents de ceux produits par le candidat ou la liste de candidats ;
- les bulletins imprimés au nom d'un candidat sur lesquels le nom du candidat ou de son remplaçant aurait été rayé ainsi que les bulletins manuscrits ne comportant pas le cas échéant le nom du remplaçant désigné par le candidat ;
- dans les départements où l'élection a lieu à la représentation proportionnelle les bulletins comportant adjonction ou suppression de nom ou modification de l'ordre de présentation des candidats.
Dans les départements où l'élection a lieu au scrutin majoritaire, si sur un bulletin établi au nom de plusieurs candidats le nom d'un ou de plusieurs remplaçants a été rayé, le vote n'est pas valable à l'égard du ou des candidats qu'ils sont appelés à remplacer.

Article R. 171
Les membres du collège électoral qui auront pris part au scrutin bénéficieront, à l'occasion de leur déplacement au chef-lieu du département, d'une indemnité forfaitaire représentative de frais égale à l'indemnité forfaitaire pour frais de mission allouée aux personnels civils de l'Etat du groupe I, cette allocation ne pouvant en aucun cas être inférieure à une fois le taux de base.
Ils pourront également prétendre au remboursement, dans les mêmes conditions que les fonctionnaires de l'Etat visés à l'alinéa précédent, de leurs frais de transport : s'ils sont domiciliés dans le département, de leur domicile au chef-lieu ; s'ils n'y sont pas domiciliés, de la commune dont ils sont délégués ou du chef-lieu de canton qu'ils représentent, au chef-lieu.
Ces dispositions ne s'appliquent pas aux électeurs de droit qui reçoivent au titre de leur mandat une indemnité annuelle.

Haut de page

  Remplacement des sénateurs

  Livre II - Titre IV - Chapitre VIII

Article L.O. 319
Les sénateurs élus au scrutin majoritaire dont le siège devient vacant pour cause de décès, d'acceptation des fonctions de membre du Gouvernement ou de membre du Conseil constitutionnel ou de prolongation au-delà de six mois d'une mission temporaire conférée par le Gouvernement sont remplacés par les personnes élues en même temps qu'eux à cet effet.

Article L.O. 320
En cas d'élections à la représentation proportionnelle, les candidats venant sur une liste immédiatement après le dernier candidat élu sont appelés à remplacer les sénateurs élus sur cette liste dont le siège deviendrait vacant pour quelque cause que ce soit.

Article L.O. 321
Les dispositions de l'article L.O.177 sont applicables.

Article L.O. 177 (Rappel)
Ainsi qu’il est dit à l’alinéa 2 de l’article 1er de l’ordonnance n° 58-1099 du 17 novembre 1958 portant loi organique pour l’application de l’article 23 de la Constitution, les mesures nécessaires pour remplacer un membre du Gouvernement dans son mandat de député sont prises dans le mois qui suit l’expiration du délai prévu à l’article L.O.153.

Article L.O. 322
En cas d'annulation des opérations électorales d'une circonscription, dans les cas de vacance autres que ceux visés à l'article L.O.319 ou lorsque les dispositions des articles L.O.319 et L.O.320 ne peuvent plus être appliquées, il est procédé à des élections partielles dans un délai de trois mois.
Il n'est toutefois procédé à aucune élection partielle dans l'année qui précède un renouvellement partiel du Sénat.

Article L.O. 323
Le mandat des personnes ayant remplacé, dans les conditions prévues aux articles L.O.319, L.O.320 et L.O.322 ci-dessus, les sénateurs dont le siège était devenu vacant expire à la date où le titulaire initial aurait été lui-même soumis à renouvellement.

Article L. 324
Les élections partielles prévues à l'article L.O.322 ont lieu selon les règles fixées pour les renouvellements normaux.
Néanmoins, dans tous les cas où la vacance porte sur un seul siège, il y est pourvu par une élection au scrutin majoritaire à deux tours.

Haut de page

  Contentieux

  Livre II - Titre IV - Chapitre IX

Article L.O. 325
Les dispositions du chapitre X du titre II du livre Ier sont applicables.

Haut de page

  Dispositions pénales

  Livre II - Titre VI

Article L. 327
Les dispositions des articles L. 106 à L. 110 et L. 113 à L. 117 sont applicables.

Haut de page

  Dispositions particulières à la collectivité territoriale de Saint-Pierre-et-Miquelon

  Livre III - Titre I - chapitre V

Article L.O. 334-2
La collectivité territoriale de Saint-Pierre-et-Miquelon est représentée au Sénat par un sénateur .
Les dispositions organiques du livre II du présent code, à l'exception de l'article L.O.274, sont applicables à l'élection du sénateur de Saint-Pierre-et-Miquelon.

Article L. 334-3
Les dispositions du livre II du présent code sont applicables à l'élection du sénateur de Saint-Pierre-et-Miquelon.
Le renouvellement du mandat du sénateur de Saint-Pierre-et-Miquelon a lieu à la même date que celui du mandat des sénateurs de la série C mentionnée à l'article L.O.276 du présent code.

Article L. 334-3-1
Pour l'application à Saint-Pierre-et-Miquelon de l'article L.290, il y a lieu de lire : " de l'article L.121-5 du code des communes applicable localement " au lieu de : " des articles L.2121-35 et L.2121-36 du code général des collectivités territoriales ".
Le dernier alinéa de l'article L.284 du présent code n'est pas applicable à Saint-Pierre-et-Miquelon.

Dispositions réglementaires

Article R. 175
Les dispositions du titre III bis du livre II du présent code (partie Réglementaire) ne sont pas applicables à l’élection du sénateur de Saint-Pierre-et-Miquelon.

Haut de page

  Dispositions applicables à l’élection des sénateurs de Mayotte (*)

 

(*)intitulé modifié par la loi 2004-404 du 10 mai 2004

Livre III - Titre II - Chapitre V

Article LO. 334-14-1
Deux sénateurs sont élus à Mayotte. Les dispositions organiques du livre II du présent code sont applicables à l’élection des sénateurs de Mayotte.

Article L. 334-15
Les dispositions du livre II du présent code sont applicables à l'élection des sénateurs de Mayotte (la loi n° 2004-404 du 10 mai 2004 tire les conséquences de l’augmentation de 1 à 2 du nombre des sénateurs élus à Mayotte), à l'exclusion de l'article L.280.
Le renouvellement du mandat des sénateurs de Mayotte a lieu à la même date que celui des sénateurs de la série C (puis de la série 1, à compter de septembre 2010), prévue à l'article L.O.276 du code électoral.

Article L. 334-15-1
Abrogé par l’article 12 de la loi n° 2004-404 du 10 mai 2004.

Article L. 334-16
Les sénateurs (la loi n° 2004-404 du 10 mai 2004 tire les conséquences de l’augmentation de 1 à 2 du nombre des sénateurs élus à Mayotte) sont élus par un collège électoral composé :
1° Du député ;
2° Des conseillers généraux ;
3° Des délégués des conseils municipaux ou des suppléants de ces délégués.

Article L. 334-17
Les modalités d'application du présent titre sont fixées par décret en Conseil d'Etat.

Dispositions réglementaires

Article R. 179
Les dispositions du titre III bis du livre II du présent code (partie Réglementaire), ne sont pas applicables à l’élection du sénateur de Mayotte.

Article R. 179-1
Le bureau du collège électoral prévu à l’article R. 163 est présidé à Mayotte par un magistrat appartenant au tribunal supérieur d’appel désigné par le président de cette juridiction, assisté de deux chefs de service qu’il désigne et des deux conseillers généraux les plus âgés présents à l’ouverture du scrutin et non candidats.


Haut de page

  Dispositions applicables à l’élection des sénateurs en Nouvelle-Calédonie,
en Polynésie française et dans les iles Wallis et Futuna

 

Livre V - Titre VII

Article L.O. 438-1

Deux sénateurs sont élus en Nouvelle-Calédonie (à compter de septembre 2010).
Deux sénateurs sont élus en Polynésie française (à compter de septembre 2007).
Un sénateur est élu dans les îles Wallis et Futuna.
NOTA : Loi 2003-696 du 30 juillet 2003 art. 6 III : Ces dispositions prennent effet pour la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française à compter du prochain renouvellement de la série à laquelle elles appartiennent.

Article L.O. 438-2
Les dispositions organiques du livre II, à l'exception de l'article L.O. 274, sont applicables à l'élection des sénateurs en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et dans les îles Wallis et Futuna sous réserve des dispositions suivantes :
1° Pour la Nouvelle-Calédonie, il y a lieu de lire :
a) "Nouvelle-Calédonie" au lieu de : "département" ;
b) "haut-commissaire de la République" et "services du haut-commissaire de la République" au lieu de : "préfecture" ;
c) "commissaire délégué de la République" au lieu de : "sous-préfet".
2° Pour la Polynésie française, il y a lieu de lire :
a) "Polynésie française" au lieu de : "département" ;
b) "haut-commissaire de la République" et "services du haut-commissaire de la République" au lieu de : "préfet" et "préfecture" ;
c) "chef de subdivision administrative" au lieu de : "sous-préfet".
3° Pour les îles Wallis et Futuna, il y a lieu de lire :
a) "Wallis-et-Futuna" au lieu de : "département" ;
b) "administrateur supérieur" et "services de l'administrateur supérieur" au lieu de : "préfet" et "préfecture" ;
c) "chef de circonscription territoriale" au lieu de : "sous-préfet".
NOTA : Loi 2003-696 du 30 juillet 2003 art. 6 III : Ces dispositions prennent effet pour la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française à compter du prochain renouvellement de la série à laquelle elles appartiennent.

Article L.O. 438-3
Pour l'application des articles L.O. 131 et L.O. 133, un décret pris après avis conforme du Conseil d'Etat déterminera celles des fonctions exercées en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et dans les îles Wallis et Futuna qui sont assimilées, quelle que soit la collectivité dont elles relèvent, aux fonctions énumérées auxdits articles.
NOTA : Loi 2003-696 du 30 juillet 2003 art. 6 III : Ces dispositions prennent effet pour la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française à compter du prochain renouvellement de la série à laquelle elles appartiennent.

Article L. 439
Les dispositions du titre III, des chapitres Ier à VII du titre IV et du titre VI (disposition introduite par la loi n° 2004-404 du 10 mai 2004.) du livre II, à l'exception de l'article L. 301, ainsi que celles des articles L. 385 à L. 387, sont applicables à l'élection des sénateurs en Polynésie française, en Nouvelle-Calédonie et dans les îles Wallis et Futuna.

Article L. 439-1
Pour l'application en Polynésie française des articles L. 284 (dernier alinéa) et L. 290, il y a lieu de lire :
1°“des articles L. 112-6 et L. 112-7 du code des communes applicable localement” au lieu de : “des articles L. 2113-6 et L. 2113-7 du code général des collectivités territoriales” ;
2°“L'article L. 121-5 du code des communes applicable localement " au lieu de : " des articles L. 2121-35 et L. 2121-36 du code général des collectivités territoriales”.

Article L. 439-2
Pour l'application en Nouvelle-Calédonie des articles L. 284 (dernier alinéa) et L. 290, il y a lieu de lire :
1°“des articles L. 112-6 et L. 112-7 du code des communes de la Nouvelle-Calédonie” au lieu de : “des articles L. 2113-6 et L. 2113-7 du code général des collectivités territoriales” ;
2°“l'article L. 121-5 du code des communes de la Nouvelle-Calédonie” au lieu de : “des articles L. 2121-35 et L. 2121-36 du code général des collectivités territoriales”.

Article L. 441
Les sénateurs sont élus par un collège électoral composé :
I. - En Nouvelle-Calédonie :
1° Des députés ;
2° Des membres des assemblées de province ;
3° Des délégués des conseils municipaux ou des suppléants de ces délégués.
II. - En Polynésie française :
1° Des députés ;
2° Des membres de l'assemblée de la Polynésie française ;
3° Des délégués des conseils municipaux ou des suppléants de ces délégués.
III. - Dans les îles Wallis et Futuna :
1° Du député ;
2° Des membres de l'assemblée territoriale.

Article L. 442
Le renouvellement du sénateur (des sénateurs) de la Polynésie française et du sénateur des îles Wallis et Futuna a lieu à la même date que celui des sénateurs de la série A (série 2) prévue à l'article L.O 276 ; le renouvellement du sénateur (des sénateurs) de la Nouvelle-Calédonie a lieu à la même date que celui des sénateurs de la série B (série 1) prévue au même article.
(La loi n°2003-697 du 30 juillet 2003 dispose que les modifications apportées à cet article ;
“prennent effet à compter du prochain renouvellement de la série à laquelle la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française appartiennent”, pour celles qui sont mentionées en italiques dans le texte de l’article :
“prennent effet à compter du renouvellement partiel de 2010”, pour celles qui sont mentionnées en gras dans le texte de l’article.)


Article L. 443
Sont inscrits sur la liste des électeurs sénatoriaux et prennent part au vote, même si leur élection est contestée :
1° En Nouvelle-Calédonie : les députés et les membres des assemblées de province ;
2° En Polynésie française : les députés et les membres de l'assemblée de la Polynésie française ;
3° Dans les îles Wallis et Futuna : le député et les membres de l'assemblée territoriale.

Article L. 444
Dans le cas où un membre d'une assemblée de province de la Nouvelle-Calédonie, un membre de l'assemblée de la Polynésie française ou un membre de l'assemblée territoriale des îles Wallis et Futuna est député, un remplaçant lui est désigné sur sa présentation, en Nouvelle-Calédonie par le président de l'assemblée de province, en Polynésie française par le président de l'assemblée de la Polynésie française et dans les îles Wallis et Futuna par le président de l'assemblée territoriale.

Article L. 445
En Nouvelle-Calédonie et en Polynésie française, le choix par les conseils municipaux de leurs délégués ne peut porter ni sur un député, ni sur un membre d'une assemblée de province en Nouvelle-Calédonie, ni sur un membre de l'assemblée de la Polynésie française.

Article L. 446
Les déclarations de candidature doivent, pour le premier tour, être déposées en double exemplaire auprès des services du représentant de l'Etat au plus tard à 18 heures le deuxième vendredi qui précède le scrutin.
Il est donné au déposant un reçu provisoire de déclaration. Un récépissé définitif est délivré dans les quatre jours du dépôt de la déclaration de candidature si celle-ci est conforme aux prescriptions en vigueur.

Article L. 447
Pour l'application de l'article L. 318 en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et dans les îles Wallis et Futuna, l'amende de 100 € est fixée à 12 110 francs CFP (disposition introduite par la loi n° 2004-404 du 10 mai 2004).

Article L. 448
Les députés et les membres des assemblées de province, les membres de l'assemblée de la Polynésie française ou les membres de l'assemblée territoriale des îles Wallis et Futuna, absents respectivement de Nouvelle-Calédonie, de Polynésie française ou des îles Wallis et Futuna le jour de l'élection, peuvent, sur leur demande et à titre exceptionnel, exercer leur droit de vote par procuration. Il ne peut être établi plus de deux procurations au nom d'un même mandataire.

Dispositions réglementaires

Article R. 271
Sont applicables à l'élection des sénateurs en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie française, dans leur rédaction en vigueur à la date du décret n° 2002-105 du 25 janvier 2002, les dispositions suivantes du livre II du code électoral (partie Réglementaire) :
1° Titre III, à l'exception des articles R. 130-1, R. 150, R. 151, R. 164 et R. 169 ;
2° Chapitres Ier et IV à VII du
titre IV ;
3° Titre VI.

Article R. 272
Sont applicables à l'élection des sénateurs dans les îles Wallis et Futuna, dans leur rédaction en vigueur à la date du décret n° 2002-105 du 25 janvier 2002, les dispositions suivantes du livre II du code électoral (partie Réglementaire) :
1° Chapitres Ier et IV à VII du titre IV, à l'exception de l'article R. 154 ;
2° Titre VI.

Article R. 273
Les dispositions de l'article R. 215 sont applicables à l'élection des sénateurs en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et dans les îles Wallis et Futuna.

Article R. 274
Les personnes appelées à remplacer dans les conditions prévues à l'article L. 444 les députés et, en Nouvelle-Calédonie, les membres d'une assemblée de province ou, en Polynésie française, les membres de l'Assemblée de Polynésie française doivent être désignés préalablement à l'élection des délégués et de leurs suppléants.
Le maire désigne les remplaçants présentés par les députés et ceux désignés, en Nouvelle-Calédonie, par les membres des assemblées de province ou, en Polynésie française, par les membres de l'assemblée de la Polynésie française, en tant que délégués de droit du conseil municipal. Ces remplaçants doivent être inscrits sur la liste électorale de la commune intéressée.
Les désignations faites en vertu du présent article sont de droit. Le maire en accuse réception aux députés et en Nouvelle-Calédonie aux membres des assemblées de province ou en Polynésie française, aux membres de l'assemblée de Polynésie française remplacés, et les notifie au haut-commissaire dans les vingt-quatre heures.

Article R. 275
Les députés, les membres d'une assemblée de province de Nouvelle-Calédonie et les membres de l'Assemblée de Polynésie française peuvent voter par procuration, dans les conditions prévues pour la Nouvelle-Calédonie, par l'article L. 121-12 du code des communes de la Nouvelle-Calédonie et, pour la Polynésie française, par l'article L. 121-12 du code des communes applicable localement, soit en cas de maladie dûment constatée, soit lorsqu'ils sont retenus hors de la commune par des obligations découlant de l'exercice de leur mandat ou de missions qui leur ont été confiées par le Gouvernement de la République.

Article R. 276
Si un délégué élu décède ou est dans l'incapacité de participer à l'élection par suite de maladie ou d'empêchement grave, son mandat de délégué est attribué :
1° Dans les communes de moins de 9 000 habitants, au premier suppléant dans l'ordre de la liste ;
2° Dans les communes de 9 000 habitants et plus, au suppléant de la même liste dans l'ordre de présentation.

Article R. 277
Pour l'application en Polynésie française du c de l'article R. 157 :
1° Les circulaires et les bulletins de vote peuvent être adressés par les candidats aux membres du collège électoral par la voie du courrier électronique ou mis à leur disposition par l'intermédiaire du réseau internet lorsque les modalités d'acheminement du courrier par voie postale dans certains archipels ne permettent pas la réception de ces documents dans le délai de quatre jours ;
2° L'enveloppe fermée contenant la circulaire et les bulletins de vote peut être remise en mains propres aux membres du collège électoral avant le vote.

Article R. 278
Pour l'application de l'article R. 162, la liste des électeurs est celle qui est définie à l'article L. 441.

Article R. 279
Pour l'application de l'article R. 163 dans les îles Wallis et Futuna, le président du collège électoral est assisté de deux agents de l'administration qu'il désigne et des deux membres de l'assemblée territoriale les plus âgés présents à l'ouverture du scrutin et non candidats.

Article R. 280

Le vote a lieu au scrutin secret ; les électeurs composant le collège électoral ont seuls accès à la salle de vote. Toutefois, un représentant de chaque candidat a le droit d'assister aux opérations de vote, de dépouillement, de recensement.

Article R. 281
Si les enveloppes réglementaires prévues à l'article R. 167 font défaut, le président du collège électoral est tenu de les remplacer par d'autres d'un type uniforme. Ce remplacement doit être mentionné au procès-verbal auquel doivent être jointes cinq de ces enveloppes.

Article R. 282
Conformément à l'article L. 448, les députés, les membres des assemblées de province en Nouvelle-Calédonie, les membres de l'assemblée de la Polynésie française ou les membres de l'assemblée territoriale des îles Wallis et Futuna qui peuvent exercer leur droit de vote par procuration doivent adresser une demande revêtue de leur signature au représentant de l'Etat.
Cette demande doit préciser que l'intéressé sera, le jour de l'élection, absent du territoire.
Elle est immédiatement enregistrée par le représentant de l'Etat.
La procuration jointe à la demande est rédigée sur papier non timbré et revêtue de la signature de l'intéressé. Elle ne peut être établie qu'au profit d'un membre du collège électoral auquel appartient e mandant.
Le représentant de l'Etat avise immédiatement le ou les mandants dont la procuration n'est pas valable.
Le représentant de l'Etat transmet les demandes valables au président du bureau de vote.
Mention en est faite immédiatement au tableau des électeurs sénatoriaux.
Le mandataire n'est admis à voter que s'il présente la procuration.
La procuration est irrévocable. Cependant, dans le cas où le mandant se présente personnellement pour participer au scrutin, la procuration est révoquée de plein droit, à moins qu'elle n'ait déjà été utilisée.

Article R. 283
Pour l'application de l'article R. 171 aux électeurs mentionnés à l'article R. 278, l'indemnité forfaitaire ne peut être versée et les frais de transport ne peuvent être remboursés que pour le déplacement effectué dans les limites territoriales de la circonscription de vote.


Haut de page

  Dispositions relatives à l’élection des sénateurs représentant les Français
établis hors de France

 

Loi organique n° 83-499 du 17 juin 1983 relative à la représentation au Sénat des Français établis hors de France.

Article premier
Les Français établis hors de France sont représentés au Sénat par douze sénateurs.
A chaque renouvellement partiel du Sénat, sont élus six sénateurs représentant les Français établis hors de France.
NOTA : Cet alinéa a été introduit par l’article 3 de la loi organique n° 2003-696 du 30 juillet 2003. Ses dispositions entreront en vigueur à compter du renouvellement partiel de 2010. Le III de l’article 3 de la loi organique n° 2003-696 du 30 juillet 2003 prévoit en outre que, "à titre transitoire, la durée du mandat de deux des quatre sénateurs représentant les Français établis hors de France élus en 2004 est fixée à neuf ans. Leur désignation sera faite par voie de tirage au sort effectué par le Bureau du Sénat en séance publique dans le mois suivant leur élection".

Ordonnance n° 59-260 du 4 février 1959 complétant l’ordonnance n° 58-1098 du 15 novembre 1958 relative à l’élection des sénateurs.

Titre II


Sénateurs représentant les Français établis hors de France

Chapitre premier

Mode de scrutin

Article 13
Les sénateurs représentant les Français établis hors de France sont élus par un collège formé des membres élus du Conseil supérieur des Français de l’étranger.

Article 14
L’élection a lieu dans les conditions prévues à l’article L. 295 du code électoral.

Code électoral :
Article L. 295 (Rappel)

Dans les départements où sont élus quatre sénateurs ou plus, l’élection a lieu à la représentation proportionnelle suivant la règle de la plus forte moyenne, sans panachage ni vote préférentiel.
Sur chaque liste, les sièges sont attribués aux candidats d’après l’ordre de présentation.

Chapitre II

Déclarations de candidatures.

Article 15
Les listes de candidats sont établies dans les conditions prévues aux articles L. 298 et L. 300 du code électoral.

Article 16 (Cet article a été modifié par la loi n° 2000-641 du 10 juillet 2000.)
Les déclarations de candidatures doivent être déposées au secrétariat du Conseil supérieur des Français de l’étranger au plus tard à 18 heures le deuxième vendredi qui précède le scrutin. Il est donné au déposant un récépissé de dépôt.

Article 17
Nul ne peut être candidat sur plusieurs listes.

Article 18
Si une déclaration ne remplit pas les conditions prévues aux articles précédents, le ministre des relations extérieures saisit dans les vingt-quatre heures le tribunal administratif de Paris qui statue dans les trois jours. Son jugement ne peut être contesté que devant le Conseil constitutionnel saisi de l’élection.

Chapitre III

Opérations préparatoires au scrutin.

Article 19
Les élections ont lieu au jour fixé pour le renouvellement de la série concernée.
Les articles L.309 à L.311 du code électoral leur sont applicables.

Article 20
Les bulletins de vote sont mis à la disposition des membres du collège électoral par le secrétariat du Conseil supérieur des Français de l’étranger. Ils comprennent le titre de la liste et les noms des candidats dans l’ordre de leur présentation.

Chapitre IV

Opérations de vote.

Article 21
Le collège électoral se réunit au ministère des relations extérieures.
Le bureau de vote est présidé par un conseiller à la cour d’appel de Paris désigné par le premier président de cette juridiction.

Article 22 (Cet article a été modifié par la loi n° 2000-641 du 10 juillet 2000.)
Les dispositions des articles L.63 à L.67, L.313 et L.314 du code électoral sont applicables aux opérations de vote. Les dispositions de l’article L.314-1 du même code sont également applicables, la liste d’émargement étant constituée par la liste des membres élus du conseil mentionné à l’article 13, certifiée par le ministre chargé des affaires étrangères.

Article 23
Aussitôt après avoir proclamé les résultats du scrutin, le président du bureau de vote les communique au président du Conseil supérieur des Français de l’étranger. Il lui adresse également les listes d’émargement ainsi que les documents qui y sont annexés.

Chapitre V

Vote par procuration.

Article 24
Peuvent exercer, sur leur demande, leur droit de vote par procuration les membres du collège électoral que des obligations professionnelles ou familiales ou des raisons de santé dûment établies empêchent de participer personnellement au scrutin.

Article 25
Le mandataire doit être membre du collège électoral.

Article 26
Un mandataire ne peut disposer que d’une procuration. Si cette limite n’a pas été respectée, seule est valable la procuration dressée en premier ; la ou les autres sont nulles de plein droit.

Article 27 (Cet article a été introduit par la loi n° 2000-641 du 10 juillet 2000.)
Le vote du mandataire est constaté par l’estampillage de la procuration et par sa signature apposée à l’encre sur la liste d’émargement en face du nom du mandant.

Article 28
Les dispositions des articles L.75 à L.77 du code électoral sont applicables à ces procurations.

Décret n° 83-734 du 9 août 1983 relatif à l’élection des sénateurs représentant les Français établis hors de France.

Chapitre premier

Déclarations de candidatures.

Article premier
Les dispositions des articles R. 149 et R. 151 du code électoral sont applicables au dépôt et à l’enregistrement des déclarations de candidature au secrétariat général du Conseil supérieur des Français de l’étranger.

Article 2
La liste des candidats dont la déclaration de candidature a été définitivement enregistrée est arrêtée et publiée par le ministre des relations extérieures quatre jours au plus tard avant le scrutin.

Chapitre II

Opérations préparatoires au scrutin.

Article 3
Quatre jours francs au plus tard avant l’élection des sénateurs, le ministre des relations extérieures dresse par ordre alphabétique la liste des membres du collège électoral. Une copie de cette liste sert de liste d’émargement lors du scrutin.
La liste est communiquée à tout requérant. Elle peut être copiée et publiée.
La carte de membre élu du Conseil supérieur des Français de l’étranger, établie par les soins du ministère des relations extérieures, sert de carte électorale.

Chapitre III

Opérations de vote

Article 4
Le bureau de vote est composé, outre le conseiller à la cour d’appel de Paris, président, d’au moins quatre assesseurs ainsi que d’un secrétaire choisi par eux parmi les membres du collège électoral et qui n’a que voix consultative dans les délibérations du bureau.
Trois membres du bureau au moins doivent être présents pendant tout le cours des opérations électorales.

Article 5
Chaque liste a le droit de désigner un assesseur et un seul pris parmi les électeurs.
Si, pour une cause quelconque, le nombre des assesseurs ainsi désignés est inférieur à quatre, les assesseurs manquants sont pris, jusqu’à concurrence de ce chiffre, parmi les électeurs présents selon l’ordre de priorité suivant : l’électeur le plus âgé s’il manque un assesseur, le plus âgé et le plus jeune s’il en manque deux, les deux plus âgés et le plus jeune s’il en manque trois, les deux plus âgés et les deux plus jeunes s’il en manque quatre.

Article 6
Chaque liste de candidats a le droit d’exiger la présence en permanence dans le bureau de vote d’un délégué habilité à contrôler toutes les opérations de vote, de dépouillement des bulletins et de décompte des voix. Celui-ci peut aussi exiger l’inscription au procès-verbal de toutes observations, protestations ou contestations sur lesdites opérations.
Chaque liste peut ainsi désigner un suppléant appelé à remplacer le délégué si celui-ci est empêché.

Article 7
Les nom, prénoms, date et lieu de naissance et adresse des assesseurs, des délégués et, le cas échéant, des suppléants des délégués sont communiqués au plus tard l’avant-veille du scrutin à 18 heures au secrétaire général du Conseil supérieur des Français de l’étranger, qui délivre récépissé de cette déclaration.
Ce récépissé servira de titre et garantira les droits attachés à la qualité d’assesseur ou de délégué.

Article 8
Toutes discussions et toutes délibérations des électeurs sont interdites à l’intérieur du bureau de vote.

Article 9
Le président du bureau de vote a la police de l’assemblée qu’il préside. Il exerce ses pouvoirs conformément aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur, et notamment aux dispositions de l’article R. 49 du code électoral.
Les membres du bureau et les électeurs composant le collège électoral, les candidats ou leurs représentants ont seuls accès à la salle de vote.
Le bureau statue sur toutes les difficultés et contestations qui peuvent s’élever au cours de l’élection.

Article 10
Les enveloppes électorales sont fournies par le ministère des relations extérieures.
Elles sont opaques, non gommées, frappées du timbre à date du ministère des relations extérieures et de type uniforme.

Article 11
Le scrutin est ouvert à neuf heures et clos à quinze heures.
Toutefois, si le président du bureau de vote constate que tous les membres du collège électoral ont pris part au vote, il peut déclarer le scrutin clos avant l’heure fixée ci-dessus.
Le pointage de la liste d’émargement, les modalités de dépouillement du scrutin et de rédaction du procès-verbal des opérations électorales ainsi que la proclamation des résultats sont régis par les dispositions des articles R. 61 à R. 68 du code électoral.

Article 12
Un exemplaire du procès-verbal des opérations électorales est déposé au secrétariat du Conseil supérieur des Français de l’étranger.

Article 13
Il est fait application de la représentation proportionnelle avec répartition complémentaire suivant la règle de la plus forte moyenne conformément aux dispositions de l’article R. 169 du code électoral.

Chapitre IV

Vote par procuration.

Article 14
Les dispositions des articles R. 72 à R. 72-2 du code électoral sont applicables pour l’établissement des procurations.

Article 15
La procuration est établie sans frais. Le mandant doit justifier de son identité et fournir, à l’appui de sa demande, tout certificat ou attestation qui apparaîtra nécessaire.
Les documents justificatifs fournis par le mandant sont conservés par l’autorité compétente pendant une durée de six mois après la date du scrutin en vue duquel a été établie la procuration.

Article 16
La validité de la procuration est limitée à un seul scrutin.

Article 17
Chaque procuration est établie sur un imprimé comportant deux volets et un talon. Les deux volets sont signés par le mandant.
L’autorité devant laquelle est dressée la procuration, après avoir porté mention de celle-ci sur le registre prévu à l’article R. 75 du code électoral, indique sur les volets et le talon ses nom et qualité et les revêt de son visa et de son cachet.
Elle remet ensuite le talon au mandant et adresse par la poste, sous pli recommandé, le premier volet au secrétaire général du Conseil supérieur des Français de l’étranger et le second volet au mandataire.
Toutefois, lorsque la procuration est établie hors de France, ces envois sont faits soit par la poste en recommandé, soit par la valise diplomatique ou consulaire.

Article 18
Au fur et à mesure de la réception des volets de procuration, le secrétaire général du Conseil supérieur des Français de l’étranger inscrit sur un registre ouvert à cet effet les noms et prénoms du mandant et du mandataire, le nom et la qualité de l’autorité qui a dressé l’acte de procuration et la date de son établissement. Le registre est tenu à la disposition de tout membre du collège électoral qui en fait la demande.
Le jour du scrutin, les volets de procuration ainsi que le registre sont remis au président du bureau de vote qui inscrit sur la liste d’émargement à l’encre rouge, à côté du nom du mandant, celui du mandataire. Mention de la procuration est également portée à l’encre rouge à côté du nom du mandataire. Les volets de procuration sont annexés à la liste d’émargement.

Article 19
Dans le cas prévu à l’article 26 de l‘ordonnance n° 59-260 du 4 février 1959 complétant l’ordonnance n° 58-1058 du 15 novembre 1958 relative à l’élection des sénateurs, dans sa rédaction issue de la loi n° 83-390 du 18 mai 1983 susvisée, le secrétaire général du Conseil supérieur des Français de l’étranger avise le ou les mandants dont la procuration n’est pas valable par l’intermédiaire des autorités devant lesquelles l’acte de procuration a été dressé. Il avise également le ou les mandataires de la nullité de la ou des procurations.

Article 20
La résiliation est effectuée devant les mêmes autorités et dans les mêmes formes que la procuration. Ces autorités en informent le secrétaire général du Conseil supérieur des Français de l’étranger ainsi que le mandataire dans les conditions prévues à l’article 17 ci-dessus.


Haut de page

  Conditions d'éligibilité, inéligibilités et incompatibilités
Contentieux des élections

  Loi organique n° 83-499 du 17 juin 1983 relative à la représentation au Sénat des Français établis hors de France.

Article 2
Les dispositions des articles L.O.129 à L.O.130-1, de l’article L.O.136 et du premier alinéa de l’article L.O.296 du code électoral relatifs aux conditions d’éligibilité et aux inéligibilités sont applicables à l’élection des sénateurs représentant les Français établis hors de France. (Cet alinéa a été modifié par la loi organique n° 83-1096 du 20 décembre 1983 )
Ne peuvent, en outre, être élus en cette qualité s’il sont en fonction ou s’ils ont cessé d’exercer leurs fonctions depuis moins de six mois :
1° Le secrétaire général du ministère des relations extérieures ;
2° Le directeur des Français à l’étranger et des étrangers en France au ministère des relations extérieures ;
3° Les chefs de mission diplomatique et les chefs de poste consulaire, les chefs de missions militaires et des services civils placés auprès des ambassadeurs ou des consuls, ainsi que leurs adjoints directs ;
4° Le secrétaire général du Conseil supérieur des Français de l’étranger.

Article 3
Sont applicables à l’élection des sénateurs représentant les Français établis hors de France :
1° Les articles L.O.137 à L.O.153 du code électoral relatifs aux incompatibilités ;
2° L’article L.O.160 du code électoral concernant l’enregistrement des candidatures. Les attributions confiées au préfet par cet article sont exercées par le ministre des relations extérieures. Le tribunal administratif de Paris est compétent ;
3° Les articles L.O.320 à L.O.323 et l’article L.324 du code électoral relatifs au remplacement des sénateurs.

Article 4
Les dispositions des articles L.O.180 à L.O.188 du code électoral relatifs au contentieux des élections sont applicables. Les attributions confiées au préfet par l’article L.O.181 sont exercées par le ministre des relations extérieures.

Loi n° 82-471 du 7 juin 1982 relative au Conseil supérieur des Français de l’étranger.

Article premier A (Cet article a été introduit par la loi n° 90-384 du 10 mai 1990)
Le Conseil supérieur des Français de l’étranger est l’assemblée représentative des Français établis hors de France. Il est présidé par le ministre des affaires étrangères. Outre les attributions qu’il exerce en vertu des lois en vigueur, il est chargé de donner au Gouvernement des avis sur les questions et projets intéressant les Français établis hors de France et le développement de la présence française à l’étranger.
Dans les matières ressortissant directement à sa compétence, le Conseil supérieur des Français de l’étranger peut être consulté par le Gouvernement sur les projets de textes législatifs et réglementaires. Il est appelé à donner son avis sur tout autre projet que lui soumet le Gouvernement. Il peut également, de sa propre initiative, adopter des avis, des vœux et des motions sur tout sujet concernant les Français établis hors de France et le développement de la présence française à l’étranger.

Article premier (Cet article a été modifié par la loi n° 90-384 du 10 mai 1990)
Le Conseil supérieur des Français de l’étranger est composé de membres élus pour six ans au suffrage universel direct par les Français établis hors de France.
Il est renouvelable par moitié tous les trois ans. A cet effet, les membres élus du Conseil sont répartis en deux séries A et B, d’importance approximativement égale, suivant le tableau n° 1 annexé à la présente loi.
En outre, siègent au Conseil, sauf pour l’application des dispositions relatives à l’élection des sénateurs :
1° Les sénateurs représentant les Français établis hors de France ;
2° Des personnalités au nombre de vingt, désignées pour six ans par le ministre des affaires étrangères en raison de leurs compétences dans les questions concernant les intérêts généraux de la France à l’étranger et renouvelables par moitié tous les trois ans ;
3° Un représentant des Français établis dans la principauté d’Andorre, désigné en leur sein pour six ans par le ministre des affaires étrangères.

Article premier bis (Cet article a été introduit par la loi n° 90-384 du 10 mai 1990)
Les prérogatives dont jouissent les membres élus dans leurs circonscriptions électorales respectives sont déterminées par décret, après consultation du Conseil supérieur des Français de l’étranger.

Article premier ter (Cet article a été introduit par la loi n° 90-384 du 10 mai 1990)
Les membres élus du Conseil supérieur des Français de l’étranger bénéficient d’indemnités forfaitaires et du remboursement des frais encourus dans l’exercice de leur mandat.
Les membres désignés du Conseil supérieur des Français de l’étranger résidant hors de France ont droit à la prise en charge des frais de transport et de séjour en France engagés à l’occasion de toute réunion à laquelle ils ont été convoqués dans l’exercice de leurs fonctions par le ministre des affaires étrangères.
Le montant et les modalités de versement des indemnités et de remboursement des frais prévus au présent article sont déterminés par décret, après consultation du Conseil supérieur des Français de l’étranger.

Article premier quater (Cet article a été introduit par la loi n° 90-384 du 10 mai 1990)
Les conditions dans lesquelles les membres du Conseil supérieur des Français de l’étranger sont indemnisés des dommages résultant des accidents subis dans l’exercice de leurs fonctions sont fixées par décret.

Article premier quinquies (Cet article a été introduit par la loi n° 2002-276 du 27 février 2002)
Les membres du Conseil supérieur des Français de l’étranger ont le droit de recevoir une formation dans les domaines de la compétence du Conseil. Le Conseil supérieur délibère sur l’exercice du droit à la formation de ses membres. Il fixe les orientations de cette formation. Les membres du Conseil peuvent notamment participer aux actions de formation destinées aux personnels diplomatiques ou consulaires. Un tableau récapitulant ces actions de formation financées par l’Etat est présenté au Conseil. Il donne lieu à un débat annuel.

Article 2 (La rédaction de cet article résulte de la loi n° 83-390 du 18 mai 1983)
Sont électeurs les Français établis hors de France qui sont inscrits sur une liste électorale créée à cet effet à l’étranger et dressée dans le ressort de chaque consulat ou, en cas de nécessité, dans un département limitrophe d’un État frontalier.
Sont inscrits sur cette liste :
1°Les Français établis dans le ressort d’un consulat, âgés de dix-huit ans accomplis, immatriculés, en cours d’immatriculation ou dispensés réglementairement d’immatriculation ;
2° Les Français non immatriculés, inscrits sur la liste de centre de vote établie, le cas échéant, dans la circonscription consulaire ;
3° Les militaires français stationnant à l’étranger ainsi que les membres de leur famille âgés de dix-huit ans accomplis qui ne figurent pas sur une liste de centre de vote, à la condition que leur séjour dans le ressort d’un consulat soit d’un an au moins à la date fixée pour la clôture des inscriptions.
Nul n’est inscrit sur la liste électorale s’il s’oppose à cette inscription.
En outre, les Français établis dans le ressort du consulat non mentionnés aux 1°, 2° et 3° ci-dessus s’inscrivent sur la liste électorale conformément aux dispositions de l’article L. 9 du code électoral.
Les articles L. 1er à L. 8 du code électoral sont applicables pour l’établissement des listes électorales.
Nul ne peut être inscrit dans le ressort de plusieurs consulats.
Les dispositions du chapitre VII du titre premier du Livre premier du code électoral relatives à l’inscription sur les listes électorales sont applicables.

Article 2 bis (Cet article a été introduit par la loi n° 83-390 du 18 mai 1983)
Chaque liste électorale est établie et révisée par une commission administrative siégeant au poste diplomatique ou consulaire et composée d’un agent diplomatique ou consulaire désigné par le chef de la mission diplomatique dans l’État concerné et de deux personnes qui, ainsi que leurs remplaçants éventuels, sont désignés par le Conseil supérieur des Français de l’étranger ou par son bureau permanent s’il y a lieu à désignation dans l’intervalle des sessions du Conseil. Les deux remplaçants éventuels suppléent, dans l’ordre de leur désignation, l’un ou l’autre des titulaires en cas de décès ou d’empêchement.
Lorsqu’il y a lieu d’établir la liste dans un département frontalier, l’agent diplomatique ou consulaire mentionné à l’alinéa précédent est remplacé par un fonctionnaire désigné par le commissaire de la République.
Les membres des commissions administratives sont désignés après chaque renouvellement partiel du conseil. Ils peuvent être reconduits dans ces fonctions.
Lorsqu’il y a lieu à désignation de membres entre deux renouvellements partiels du conseil, les fonctions des membres ainsi désignés expirent lors du prochain renouvellement partiel.

Article 2 ter (Cet article a été introduit par la loi n° 83-390 du 18 mai 1983)
Sous réserve des dispositions de la présente loi, les dispositions des articles L.16, L.18 à L.20, L.27, L.28, L.34 à L.42 du code électoral sont applicables à l’établissement des listes électorales et au contrôle de leur régularité.
Les attributions conférées au représentant de l’État et au maire par les articles susmentionnés du code électoral sont exercées par le ministre des relations extérieures ou ses délégués et par les autorités diplomatiques et consulaires dans les conditions fixées par un décret en Conseil d’État. Ce décret pourra, notamment, allonger les délais de procédure et modifier à l’intérieur de chaque ordre de juridiction les règles de compétence prévues par lesdits articles pour faciliter le contrôle des listes électorales tant par les intéressés que par les autorités administratives et par les tribunaux.

Article 2 ter - 1 (Cet article a été introduit par la loi n° 90-384 du 10 mai 1990)
L’électeur qui, lors de l’établissement ou de la révision des listes électorales, a été l’objet d’une radiation d’office par la commission administrative ou dont l’inscription a été contestée devant ladite commission en est averti par l’autorité consulaire ou, éventuellement, l’autorité préfectorale compétente et peut présenter ses observations.

Article 2 ter - 2 (Cet article a été introduit par la loi n° 90-384 du 10 mai 1990)
Les décisions de radiation d‘office ou de refus d’inscription prises par la commission administrative lors de l’établissement ou de la révision des listes électorales peuvent être contestées par les électeurs intéressés devant le tribunal d’instance du premier arrondissement de Paris.
Devant ce même tribunal, tout électeur inscrit sur la liste électorale peut réclamer l’inscription ou la radiation d’un électeur omis ou indûment inscrit.
Le même droit appartient au ministre des affaires étrangères.

Article 2 quater (La rédaction de cet article résulte de la loi n° 90-384 du 10 mai 1990)
En dehors des périodes annuelles au cours desquelles elles sont soumises à révision, les listes électorales ne peuvent recevoir d’inscriptions autres que celles :
1° Des fonctionnaires et agents des administrations publiques mutés après la clôture des délais d’inscription, ainsi que des membres de leur famille domiciliés avec eux à la date de la mutation ;
2° Des Français et Françaises remplissant la condition d’âge exigée pour être électeur après la clôture des délais d’inscription.
Les demandes d’inscription sont, accompagnées de pièces justificatives, déposées au consulat ou, éventuellement, à la préfecture du département frontalier.
Elles ne sont recevables que jusqu’au trentième jour précédant celui du scrutin.
Les demandes d’inscription sont examinées par le juge du tribunal d’instance du premier arrondissement de Paris qui statue dans un délai de quinze jours.
Les décisions du juge du tribunal d’instance sont notifiées dans les deux jours de leur date, par lettres recommandées avec accusés de réception, à l’intéressé, ainsi qu’au consulat ou, éventuellement, à la préfecture du département frontalier.
L’autorité consulaire ou, éventuellement, l’autorité préfectorale compétente inscrit l’électeur sur la liste électorale.

Article 2 quinquies (Cet article a été introduit par la loi n° 90-384 du 10 mai 1990)
Les décisions des commissions administratives prises en application des articles L. 36, L. 38 et L. 39 du code électoral peuvent être contestées devant le tribunal d’instance du premier arrondissement de Paris.

Article 3 (Cet article a été modifié par la loi n° 90-384 du 10 mai 1990 et le décret n° 2000-135 du 16 février 2000.Le tableau n° 2 qu’il vise a été modifié par la loi n° 92-547 du 22 juin 1992 et le décret
n° 2000-135 du 16 février 2000)

La délimitation des circonscriptions électorales et le nombre de sièges attribués à chacune d’elles sont fixés conformément au tableau n° 2 annexé à la présente loi.

Article 4

Les candidats au Conseil supérieur des Français de l’étranger doivent être inscrits sur l’une des listes électorales de la circonscription électorale où ils se présentent.
Ne peuvent être candidats dans la circonscription électorale où ils exercent leurs activités les agents diplomatiques, les fonctionnaires consulaires de carrière, les chefs de missions militaires et des services civils placés auprès des ambassadeurs et des consuls ainsi que leurs adjoints directs.
Les officiers généraux et les officiers supérieurs ne peuvent être candidats dans la circonscription électorale où ils servent en activité.

Article 4 bis (Cet article a été introduit par la loi n° 90-384 du 10 mai 1990)
Tout membre élu du Conseil supérieur des Français de l’étranger qui, pour une cause survenue postérieurement à son élection, se trouve dans un des cas d’inéligibilité prévus par la présente loi, est dans les trois mois déclaré démissionnaire par le chef du poste diplomatique ou consulaire du chef-lieu de la circonscription électorale concernée, sauf recours au Conseil d’État formé dans le délai d’un mois à compter de la notification.

Article 5
Toute propagande à l’étranger est interdite, à l’exception de l’envoi ou de la remise aux électeurs, sous pli fermé, des circulaires et bulletins de vote des candidats, effectués par les soins des postes diplomatiques ou consulaires concernés, et par l’affichage de ces documents à l’intérieur des locaux des ambassades et des consulats, et, en accord avec le pays concerné, dans des bureaux ouverts dans d’autres locaux.

Article 5 bis (Cet article a été introduit par la loi n° 88-227 du 11 mars 1988 relative à la transparence financière)
L’État prend à sa charge les frais d’acheminement des circulaires et des bulletins de vote des listes et des candidats entre les chefs-lieux des circonscriptions électorales et les bureaux de vote.
Les listes ou les candidats ayant obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés sont remboursés, sur une base forfaitaire, du coût du papier et des frais d’impression des circulaires et des bulletins de vote.
Un décret en Conseil d’État détermine, en tant que de besoin, les conditions d’application du présent article.

Article 6 (La rédaction de cet article résulte de la loi n° 2003-277 du 28 mars 2003)
Les électeurs votent soit dans les bureaux ouverts en application de l’article 5, soit par correspondance sous pli fermé ou, selon des modalités définies par décret, par voie électronique. Le scrutin est secret.
Les dispositions de l’article L. 113 du code électoral s’appliquent.

Article 7 (Cet article a été modifié par la loi n° 86-1115 du 15 octobre 1986 et la loi n° 90-384 du 10 mai 1990)
Dans les circonscriptions où le nombre de sièges à pourvoir est de un ou deux, l’élection a lieu au scrutin majoritaire à un tour. En cas d’égalité des suffrages, le plus âgé des candidats est élu.
Les membres du Conseil élus au scrutin majoritaire dont le siège devient vacant pour quelque cause que ce soit sont remplacés par les personnes élues en même temps qu’eux à cet effet.

Article 8 (Cet article a été modifié par la loi n° 86-1115 du 15 octobre 1986 et la loi n° 90-384 du 10 mai 1990)
Dans les circonscriptions où le nombre de sièges à pourvoir est de trois ou plus, l’élection a lieu à la représentation proportionnelle suivant la règle de la plus forte moyenne, sans panachage ni vote préférentiel. Sur chaque liste, les sièges sont attribués aux candidats d’après l’ordre de présentation.
Le nombre des candidats figurant sur une même liste ne peut être inférieur au nombre des sièges à pourvoir augmenté de deux, ni supérieur au triple du nombre des sièges à pourvoir.
Le candidat venant sur une liste immédiatement après le dernier élu est appelé à remplacer le membre du Conseil élu sur cette liste dont le siège devient vacant pour quelque cause que ce soit.

Article 8 bis (Cet article a été introduit par la loi n° 86-1115 du 15 octobre 1986)
En cas d’annulation des opérations électorales d’une circonscription ou lorsque les dispositions des articles 7 et 8 ne peuvent plus être appliquées, il est procédé à des élections partielles dans un délai de trois mois. Toutefois, il n’est procédé à aucune élection partielle dans les trois mois qui précèdent le renouvellement du Conseil.

Article 8 ter (Cet article a été introduit par la loi n° 90-384 du 10 mai 1990)
Le mandat des personnes ayant remplacé, dans les conditions prévues aux articles 7, 8 ou 8 bis, les membres du Conseil dont le siège était devenu vacant expire à la date où le titulaire initial aurait été lui-même soumis à renouvellement.

Article 8 quater (Cet article a été introduit par la loi n° 90-384 du 10 mai 1990)
Les élections partielles prévues à l’article 8 bis ont lieu selon les règles fixées pour les renouvellements normaux. Toutefois, lorsque les dispositions de l’article 8 ne peuvent plus être appliquées, il est pourvu à la vacance du siège par une élection au scrutin majoritaire à un tour.

Article 9 (La rédaction de cet article résulte de la loi n° 83-390 du 18 mai 1983)
Le contentieux de l’élection au Conseil supérieur des Français de l’étranger est de la compétence du Conseil d’État.

Haut de page

  Tableau 1 annexé à l’article premier : Répartition des sièges des membres
élus du Conseil supérieur des Français de l’étranger entre les séries

 
SÉRIE A SÉRIE B

Circonscriptions électorales :
d'Amérique 30
d'Afrique 47
Total 77

Circonscriptions électorales :
d'Europe 52
d'Asie et du Levant 21
Total 73


Haut de page

  Tableau 2 annexé à l’article 3 : Délimitation des circonscriptions électorales, de leurs chefs-lieux et du nombre de sièges à pourvoir dans chacune d’elles pour l’élection des membres du Conseil supérieur des Français de l’étranger

 
Circonscriptions électorales  
Nombre de sièges
 
Chef-lieu circonscription
Amérique        
première circonscription :        
circonscriptions consulaires de Edmonton, Ottawa, Vancouver et Toronto   3   Ottawa
deuxième circonscription :        
circonscriptions consulaires de Montréal, Québec, Moncton et Halifax   5   Montréal
États-Unis        
première circonscription :        
circonscriptions consulaires de New York, Chicago, Boston, Atlanta, Washington, Miami, Nouvelle-Orléans et Houston   6   Washington
deuxième circonscription :        
circonscriptions consulaires de San Francisco, Los Angeles, et Honolulu   3   San Francisco
Brésil, Guyana, République du Surinam   3   Brasilia
Argentine, Chili, Paraguay, Uruguay   3   Buenos Aires
Bolivie, Colombie, Équateur, Pérou, Venezuela   3   Caracas
Mexique, Costa-Rica, Belize, El Salvador, Guatemala, Honduras, Nicaragua, Panama   3   Mexico
Bahamas, Barbade, Jamaïque, Dominique, Grenade, Sainte-Lucie, Saint-Vincent et Grenadines, Porto Rico, Cuba, Haïti, République dominicaine, Trinité et Tobago   1   Port-au-Prince
Europe        
Allemagne        
première circonscription :        
circonscriptions consulaires de Bonn, Düsseldorf, Francfort, Hambourg, Trèves, Mayence et Sarrebrück   6   Düsseldorf
deuxième circonscription :        
circonscriptions consulaires de Baden-Baden, Fribourg, Stuttgart et Munich   7   Stuttgart
troisième circonscription :        
circonscriptions consulaires de Berlin et Leipzig   1   Berlin
Belgique   6   Bruxelles
Luxembourg   1   Luxembourg
Pays-Bas   1   La Haye
Liechtenstein, Suisse   6   Berne
Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, Irlande   5   Londres
Danemark, Estonie, Finlande, Islande, Lettonie, Lituanie, Norvège, Suède   2   Stockholm
Portugal   1   Lisbonne
Espagne   5   Madrid
Italie, San Marin et Malte   3   Rome
Principauté de Monaco   2   Monaco
Chypre, Grèce, Turquie   3   Athènes
Autriche, Hongrie, Yougoslavie, Croatie, Slovénie, Tchécoslovaquie, Roumanie, Bulgarie, Albanie, Pologne, Arménie, Azerbaïdjan, Biélorussie, Géorgie, Kazakhstan, Kirghizie, Moldavie, Ouzbékistan, Russie, Tadjikistan, Turkménistan, Ukraine   3   Vienne
Asie et Levant        
Israël   3   Tel-Aviv
Arabie Saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweit,
Oman, Qatar, République du Yémen
  3   Abou Dabi
Irak, Jordanie, Liban, Syrie   3   Beyrouth
Circonscription consulaire de Pondichéry   2   Pondichéry
Afghanistan, Bangladesh, Birmanie, Iles Maldives, Inde (sauf circonscription consulaire de Pondichéry), Iran, Népal, Pakistan, Sri Lanka   2   New Delhi
Chine, Corée, Hong-Kong, Japon, Mongolie   3   Tokyo
Bruneï, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam   2   Bangkok
Australie, Iles Fidji, Iles Salomon, Iles Tuvalu, Nauru, Nouvelle-Zélande,
Papouasie-Nouvelle-Guinée, Samoa occidentales, Tonga, Vanuatu, Kiribati,
Iles Marshall, États fédérés de Micronésie, îles Cook
  3   Canberra
Afrique        
Algérie   4   Alger
Maroc   5   Rabat
Tunisie, Libye   3   Tunis
Afrique du Sud   1   Pretoria
Comores, Madagascar, Ile Maurice, Iles Seychelles
  4   Tananarive
Égypte, Éthiopie, Soudan   2   Le Caire
République de Djibouti, Somalie   2   Djibouti
Kenya, Angola, Lesotho, Botswana, Malawi, Mozambique, Namibie, Ouganda,
Swaziland, Tanzanie, Zambie, Zimbabwe
  2   Nairobi
Cameroun, Tchad, République centrafricaine, Guinée Équatoriale   4   Yaoundé
Sénégal, Guinée-Conakry, Sierra Leone, Cap-Vert, Gambie, Guinée-Bissau   4   Dakar
Mauritanie   1   Nouakchott
Burkina, Niger, Mali   3   Bamako
Côte-d’Ivoire, Liberia   4   Abidjan
Togo, Bénin, Ghana, Nigeria   2   Lomé
Gabon, Sao Tomé-et-Principe   3   Libreville
Congo, Zaïre, Rwanda, Burundi   3   Brazzaville
Total   150    

Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat
Recherche | Liste de diffusion | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Liens | Ameli