Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

AFP - 24 septembre 11:38 - Sénatoriales: scrutin crucial dimanche

PARIS, 24 sept 2011 (AFP) - Objet des sollicitudes de tous les candidats depuis des mois, 71.890 grands électeurs vont décider dimanche de faire basculer ou non le Sénat à gauche pour la première fois depuis le début de la Ve République, une situation scrutée de près dans les états-majors à sept mois de la présidentielle.

170 sénateurs seront ainsi élus dans 44 départements, ce qui portera leur nombre de 343 à 348, puisque cinq nouveaux sièges, en Isère, dans le Maine-et-Loire, l'Oise, à La Réunion et en Nouvelle Calédonie, ont été créés pour tenir compte des évolutions démographiques.

Les nouveaux sénateurs représenteront les départements dont l'ordre numérologique va de l'Indre-et-Loire (37) aux Pyrénées-Orientales (66), ceux d'Ile-de-France, ainsi que la Guadeloupe, la Martinique, La Réunion, la Nouvelle-Calédonie, Mayotte, Saint-Pierre-et-Miquelon et les Français de l'étranger (six sièges renouvelables).

Le Sénat est désormais soumis à un renouvellement par moitié tous les trois ans. Dans les départements élisant entre un et trois sénateurs, soit 26 départements, l'élection a lieu au scrutin majoritaire à deux tours. Dans les autres, au nombre de 18, c'est un scrutin à la proportionnelle où hommes et femmes doivent alterner sur les listes.

Les délégués des conseils municipaux représentent à eux seuls 95% du collège électoral, aux côtés des députés, des conseillers régionaux et des conseillers généraux. Les sénateurs représentant les Français établis hors de France sont élus par les membres de l’Assemblée des Français de l'étranger (AFE).

Le vote est obligatoire.

Actuellement, sur un effectif de 343 sénateurs, la gauche détient 153 sièges: 116 sénateurs sont inscrits au groupe PS et Verts et 24 au groupe Communistes, républicains et citoyens. Elle peut aussi compter sur 13 des 17 membres du groupe Rassemblement démocratique et social européen (RDSE). 29 sénateurs font partie du groupe Union centriste, qui rassemble le MoDem, le Nouveau centre, l'Alliance centriste. 149 sont inscrits comme UMP, 7 sont non inscrits, et un siège est vacant.

Pour le chef de file des sénateurs PS, Jean-Pierre Bel, il faudrait que la gauche emporte 23 sièges pour avoir la majorité absolue. Un objectif qui semble à sa portée. Lors du précédent scrutin sénatorial, en 2008, la gauche avait gagné 24 sièges, alors qu'un tiers des sénateurs étaient renouvelables, au lieu de la moitié cette année.

Le président du Sénat, l'UMP Gérard Larcher, souligne pour sa part que "la majorité sénatoriale est plus large que la majorité présidentielle", rappelant que cette majorité sénatoriale va du MoDem à la droite libérale en passant par des personnalités indépendantes. Il pense garder une courte majorité.

La droite est confrontée à une multiplication de listes, en particulier à Paris et en Ile-de-France. A gauche, les divisions sont moindres et sont souvent dues à la présence de candidats du Parti de gauche, d'EELV et de quelques communistes.

Mais si le scrutin est si serré qu'aucune majorité nette ne s'est dégagée dimanche soir, il faudra attendre le "troisième tour" de l'élection sénatoriale, c'est-à-dire celle du nouveau président, le 1er octobre, pour désigner le vainqueur.

jlp/mad/jmg