Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

AFP - 18 septembre 09:12 - Sénat: la gauche "jamais aussi près" de l'emporter (Bel, PS)

PARIS : Le président du groupe PS au Sénat Jean-Pierre Bel est optimiste sur les chances de la gauche, qui "n'a jamais été aussi près de faire mentir les présages" et gagner la majorité à la chambre haute le 25 septembre, même s'il dénonce un "combat inégal".

Q. Combien de sièges la gauche doit-elle gagner pour être majoritaire le soir du 25 septembre?

R. Une vingtaine, il nous manque aujourd'hui 19 sièges pour être majoritaires. Je suis optimiste du fait de ce que je ressens dans les territoires, mais réaliste car il s'agit d'un combat très difficile et inégal à cause des pesanteurs lourdes sur les sénateurs, du mode de scrutin et de l'utilisation déloyale par le président Larcher des moyens de la République en terme de nominations et de fonds.

Dans ce contexte, un gain de 10 à 15 sénateurs ce serait déjà une victoire. Nous avons gagné les primaires des sénatoriales, c'est-à-dire les municipales, les cantonales, les régionales, très, très largement. Jamais nous n'avons été aussi près de faire mentir les présages.

Q. Quels sont les éléments sur lesquels se joue l'élection?

R. On sent que le mécontentement des élus locaux, y compris de droite, persiste et est renforcé par la mise en place aux forceps de la carte de l'intercommunalité. Tout peut nous rendre optimiste, comme le dépôt des listes avec beaucoup plus de dissidences à droite qu'à gauche.

En 2008 on avait réalisé des gains considérables, or c'est le même collège électoral, renforcé par le résultat des cantonales de 2011 et l'état d'esprit des élus confrontés à la réforme de la taxe professionnelle, l'effacement progressif des services de l'Etat, etc.

Les élus ont été stigmatisés comme trop nombreux, trop dépensiers. Nous, nous prenons l'engagement du retour à l'autonomie fiscale des collectivités, à accroître la péréquation.

Q. Quels seraient les conséquences politiques d'un basculement à gauche du Sénat, à sept mois de la présidentielle, et quelles mesures prendrez-vous si vous êtes majoritaires?

R. Pour Nicolas Sarkozy, être le premier président de la République de droite à avoir perdu le Sénat ne serait pas la meilleure dynamique de campagne. Mais il serait hors de question de rentrer dans une posture d'obstruction, notre priorité sera de rétablir les liens de confiance avec les élus et les collectivités en organisant des états généraux.

Notre premier acte sera d'envoyer une lettre aux 400.000 élus locaux pour les inviter à réfléchir ensemble à l'acte 3 de la décentralisation. Nous établirons un dialogue nouveau avec les associations d'élus, qui ont été ignorées jusqu'à présent.

Ensuite nous travaillerons à des propositions notamment pour un nouveau pacte fiscal afin de ramener à la fois autonomie fiscale et péréquation dans les finances locales, et de mettre en place un bouclier rural pour répondre au désarroi des maires des zones rurales.

Si la gauche vient aux responsabilités au printemps, je suis favorable dès l'automne à une grande réforme des institutions avec un volet décentralisation et modernisation de la vie publique: mode de scrutin des assemblées, limitation du cumul des mandats, droit de vote des étrangers aux élections locales, etc.

szb/jlp/rh/bfa