Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

 

La conservation des jardins du Luxembourg

Lorsqu'en 1879, le Luxembourg fut affecté au Sénat, les services d'entretien étaient répartis entre le Ministère des Travaux Publics et des Beaux-Arts et la Préfecture de la Seine. La présidence du Sénat possédait son service particulier du Petit Luxembourg et des serres de la Présidence. Pour des raisons de commodité, les deux services fusionnèrent et ainsi naquit la Conservation des Jardins du Luxembourg.

Elle assure à la fois l'entretien du Jardin public, la décoration des lieux de réception du Palais ainsi que la production de toutes les plantes vertes et plantes fleuries. La qualité des décorations florales et de l'entretien atteste de la compétence d'un personnel jardinier recruté sur concours et qui bénéficie d'une expérience centenaire. La Conservation des Jardins du Luxembourg est en quelque sorte une entreprise horticole produisant annuellement plus de 140 000 plantes à massifs, 7500 potées fleuries et plantes vertes.

Les collections de plantes des serres du Jardin du Luxembourg ont toujours bénéficié d'une certaine réputation dans les milieux horticoles. En 1919 elles contribuèrent à la reconstitution des collections du Muséum d'Histoire Naturelle et de l'École Nationale d'Horticulture de Versailles.

C'est aussi à partir de plants de serres du Luxembourg et du Muséum que put être relancée en Égypte la culture des papyrus . Actuellement, la plus digne d'intérêt est certainement la collection d'orchidées comptant plus de 400 espèces. Les conservateurs successifs du Jardin du Luxembourg se sont tous passionnés pour ces plantes dont la multiplication difficile demande un équipement et une technique très élaborés. Les serres du Luxembourg sont des serres de culture, qui ne se prêtent pas à la visite. Elles sont toutefois ouvertes chaque année à l'occasion des journées du Patrimoine, et reçoivent plusieurs milliers de visiteurs. La Conservation des Jardins du Luxembourg gère également l'école d'horticulture du Luxembourg.

Le jardin du Luxembourg est, depuis plus d'un siècle, affecté au Sénat, qui en assure la gestion, la surveillance et la conservation. Les autorités du Sénat se sont attachées à entretenir le jardin tout en respectant sa personnalité. Il n'est certes pas aisé de préserver la beauté et le caractère d'un jardin qui reçoit, certains jours d'été, jusqu'à cent mille visiteurs et d'exercer sur les plus de 20 hectares ouverts au public une tutelle aussi attentive que discrète. Grâce à leur vigilance et à l'affection presque jalouse que lui porte son public d'habitués, le Luxembourg continue de rassembler "les plus belle fleurs du monde dans le plus beau jardin du monde" (Charles Péguy, Œuvres en Prose).