Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Le Musée du Luxembourg : repères historiques

  

En 1615, Marie de Médicis demande de construire deux ailes latérales pour abriter deux longues galeries. Elle commande pour ces salles à Rubens deux séries de tableaux, à la gloire d’elle-même d’abord et d’Henri IV ensuite. Il terminera la première série, actuellement au Louvre.

 

Le 14 octobre 1750, M de Tournehem, directeur des bâtiments du Roi, installe le premier musée de peinture ouvert au public, trois ans avant l’ouverture du British Muséum. On y admire la Sainte Famille de Vinci, La vierge du lapin du Titien, cinq Véronèse, des Rembrandt, des Van Dick mais aussi des Le Lorrain, Vouet, Poussin.

 

En décembre 1778, le Comte de Provence reçoit le Palais du Luxembourg et l’administration de la Couronne reprend les tableaux.

En 1791, le Comte de Provence prend le chemin de l’exil. Le Palais du Luxembourg devient une prison. Et les tableaux restant vont au Louvre.

 

Après le coup d’Etat de Brumaire, le Palais est affecté au Sénat conservateur. L’un des sénateurs, Joseph-Marie Vien, est un peintre en vogue, élève de Natoire et maître de David. Il convainc ses collègues de faire revivre le Musée, avec le soutien du ministre de l’Intérieur, Chaptal.

 

Le musée est inauguré le 26 juin 1803. Il est ouvert les dimanches et lundi à moins qu’il n’y ait séance au Sénat.

 

En 1815, lorsque les alliés reprennent au Louvre le produit des pillages de l’Empereur, les tableaux du Luxembourg vont les remplacer au Louvre. L’Etat reprend la gestion du Musée et décide d’en faire un Musée des artistes vivants qui ouvre le 24 avril 1818.

 

L’Etat achète David, Gros, Girodet, Vernet, Ingres, Delacroix... avant de sombrer dans l’académisme.

 

En 1879, Etienne Arago, quittant la mairie de Paris, devient à 77 ans conservateur du Musée du Luxembourg. Il y déploie jusqu’à sa mort en 1892 une énergie considérable et obtient du Sénat la construction du bâtiment actuel, inauguré en 1887 dont l’idée originale revient à Sadi Carnot. L’orangerie est désaffectée pour abriter les sculptures.

 

En 1937, Les collections sont transférées au Musée d’Art Moderne et le Musée est désaffecté. Après rénovation par le Sénat, le Musée est attribué à l’Etat par un arrêté du 15 mai 1973. Le ministère de la Culture décide d’en faire à nouveau un Musée. Plusieurs conventions sont signées entre le Sénat et la Culture afin d’organiser la programmation des expositions, jusqu’à la convention du 18 février 2000, qui donne au Sénat la responsabilité de la programmation du Musée afin d’en refaire un lieu d’attraction majeur.

 

musee.jpg (11101 octets)

19 rue de Vaugirard - 75600 PARIS