Sénateur DoumerSénateur Doumer    Sénateur Lebrun Sénateur Loubet Sénateur Falliere Sénateur PointCarré

Sénateur Doumergue autres portraits

senateur Doumer

Fils d’un poseur de rails de la Compagnie des chemins de fer d’Orléans, ouvrier graveur avant d’être bachelier, Paul Doumer entre au Palais-Bourbon en 1888, où il va siéger pendant plus de vingt ans.

Radical convaincu, il diffuse aussi ses idées dans la presse, d’abord dans les journaux locaux puis dans son propre journal, La Tribune de l’Aisne, ou encore, à Paris, dans Le Matin ou le Voltaire. En 1896, Jules Méline le nomme gouverneur général de l’Indochine, fonction qu’il occupe jusqu’en 1902. Trois ans après son retour en France, Doumer est élu à la présidence de la Chambre des députés mais sa candidature à l’Elysée, l’année suivante, a moins de succès : il est battu par Armand Fallières.

En 1910, nouvelle déconvenue, il perd son siège de député. Il reviendra au parlement, mais cette fois au Sénat, comme représentant de la Corse, en 1912. Au Luxembourg, il fait figure de spécialiste des questions financières et militaires, et joue, pendant la période de la guerre un rôle essentiel de coordination entre l’Etat-Major et le gouvernement replié à Bordeaux. Plusieurs fois ministre des Finances après la guerre, Paul Doumer est porté à la présidence du Sénat en 1927.

En mai 1931, le Congrès le désigne comme le successeur de Gaston Doumergue à la présidence de la République. Mais son mandat sera tragique-ment interrompu l’année suivante : le 6 mai 1932, il est tombe sous les balles d’un Russe blanc, Gorguloff, qui l’accuse de se montrer favorable aux bolcheviques.

                                      retour vers la haut du texte

Retour a la premiere page de cette rubrique