Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Trains de nuit

[Retour sur] le débat sur le thème "Pour répondre à l'urgence climatique par le développement ferroviaire : promouvons les auto-trains et les intercités de nuit""

Le mercredi 20 novembre 2019, en soirée, les sénateurs ont débattu sur le thème : "Pour répondre à l'urgence climatique par le développement ferroviaire  : promouvons les auto-trains et les intercités de nuit", à la demande du groupe CRCE

 

   À revoir sur le site internet du Sénat

 

Les sénatrices et sénateurs du groupe CRCE ont demandé « l'inscription à l'ordre du jour d'un débat sur l'avenir des trains de nuit et des auto-trains. Dans le cadre de l’accord de Paris et face à l’urgence climatique, ils estiment que la politique ferroviaire de la France constitue un levier fondamental puisque les émissions du secteur des transports correspondent à 30% des émissions totales. Pourtant, le gouvernement mène depuis plusieurs décennies une politique coupable du tout TGV et du tout aérien, mode pourtant très émissif. La SNCF, avec la complicité du gouvernement, accompagne cette volonté libérale de réduction de l'offre ferroviaire sur les seules activités et axes rentables en totale contradiction avec les enjeux climatiques et environnementaux. Ces objectifs ont conduit à l'abandon du service auto trains et à la réduction des trains de nuit à deux lignes. Les sénatrices et sénateurs du groupe vont tenter de convaincre leurs collègues de l'urgence de développer ces activités peu énergivores qui participent, en complémentarité avec d'autres offres, au droit à la mobilité pour tous. Ils avaient déjà permis lors de l'examen de la loi LOM l'adoption d'un amendement pour lancer une étude sur l'opportunité de développer les trains de nuit au regard de leur rôle d'aménagement du territoire et leur faible empreinte écologique. D'autres pays en Europe s'engagent dans cette voie, la France doit participer à ce retour du rail ».