Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée
Jardin actualites histoire_jardin patrimoine_botanique patrimoine architecture informations_pratiques Accueil

 

Sécurité des promeneurs et développement durable : le Sénat dessine le Jardin du Luxembourg du XXIIe siècle


En savoir plus

 

 

Les maladies du marronnier

La mineuse du marronnier

Ameraria ohridella est un papillon originaire des Balkans. Inconnu de la science avant les années 1980 cet insecte est, pour des raisons inconnues, devenu un ravageur qui infeste aujourd’hui des millions de marronniers en Europe.

Sa chenille creuse de nombreuses galeries dans les feuilles, provoquant le dessèchement prématurément du houppier. Ce phénomène de défeuillaison anticipée épuise peu à peu l’arbre.

On suspecte également cet insecte de participer à la propagation d’une nouvelle maladie, le chancre bactérien du marronnier apparue peu après son arrivée.

 

 

Le chancre bactérien du marronnier

Pseudomonas syringae est une maladie émergente qui décime les marronniers dans le centre de l’Europe de l’Ouest. Elle a pris un caractère d’épidémie dans les années 2005- 2006.

Les symptômes sont nombreux : débourrement perturbé voire annulé, dessèchement plus ou moins généralisé, retard ou arrêt de la croissance, fissures, nécroses de l’écorce, écoulements foncés, fissurations du tronc et des branches, décollement de l'écorce

L’état de faiblesse de l’arbre permet alors à divers champignons opportunistes ou insectes saproxylophages de coloniser le bois malade ou mort. Certains individus semblent vivre avec cette maladies de nombreuses années, tandis que d’autres meurent rapidement d’épuisement.

 

 

 

  En savoir plus : le jardin rénove ses arbres

Plantation des massifs printaniers

 Un mélange de bulbes a été planté autour du Palais du Luxembourg. Le rose est à l’honneur à travers un mélange de bulbes composé de tulipes doubles lilas mélangées avec des tulipes simples rose clair et violettes. Un échelonnement des floraisons est prévu jusqu’à la fin mai.

L’ensemble des Grands Parterres a été fleuri. Giroflées, primevères, pensée et myosotis composent un mélange rose frais en accord avec le choix des espèces de plantes bulbeuses.

D’autres compositions colorées sont à découvrir tout autour du Jardin du Luxembourg, surtout en mars et en avril selon les conditions climatiques qui influent sur la date de floraison.

Perruches © Viq111 FlickrDes perruches au Jardin du Luxembourg

Comme dans d’autres parcs et jardins de la Capitale, les perruches à collier se sont installées durablement au Jardin du Luxembourg. Elles sont faciles à repérer en hiver avec leur belle couleur verte et leur cri caractéristique.

Les perruches à collier aménagent leur nid dans les cavités des troncs de platane. À proximité du Sénat, les habitués du « Luco », les joggeurs, les amateurs de marche nordique et les promeneurs marquent une pause lorsque les perruches se manifestent. Relativement discrète dans les arbres, la perruche se déplace en bande dans les airs. 

Les spécialistes pensent que l’arrivée de cette perruche en France date de 1974. Des oiseaux se seraient échappés d’un conteneur sur la zone aéroportuaire d’Orly. Puis d'autres dans les années 1990, à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. . En Ile-de-France, la population des perruches à collier a triplé en cinq ans. En 2009, elles étaient 1.500 environ, aujourd'hui elles seraient 5.000.

L'espèce est souvent considérée comme invasive. On constate une concurrence féroce, avec d'autres espèces pour la possession des cavités dans les arbres. Sont particulièrement concernées des espèces comme la Sittelle torchepot, l'Étourneau sansonnet, le Pigeon colombin...



 Découvrez la nouvelle exposition virtuelle sur l'histoire du Jardin du Luxembourg réalisée à la double occasion des Journées du Patrimoine et des 400 ans du Palais du Luxembourg, et en partenariat avec  l’Institut Culturel de Google.



Si vous souhaitez exposer vos œuvres dans l'un des lieux du jardin du Luxembourg prévus à cet effet (grilles, Orangerie, Pavillon Davioud), nous vous remercions de bien vouloir envoyer votre candidature par courriel

Pour en savoir plus sur les expositions dans le Jardin du Luxembourg

 

Le kiosque à musique : concerts, fanfares et programmation musicale


Vous souhaitez organiser un concert

Le programme des concerts pour le mois de février 2017

 

 


Le saviez-vous ?

Ophrys apiferaOutre sa collection d’orchidées de renommée mondiale, le jardin du Luxembourg abrite 3 espèces d’orchidées sauvages au beau milieu de ses pelouses.

Il s’agit de :

- Anacamptis pyramidalis, à proximité d’un Gingko biloba côté Bd Saint Michel.
- Ophrys apifera, au pied d’une bordure de buis non loin de l’entrée Odéon.
- Epipactis helleborine dans le jardin de la Présidence.


Ces 3 orchidées sauvages font partie des 14 espèces recensées dans Paris intra-muros à ce jour. Les méthodes d’entretien écologique développées depuis plusieurs années ont permis le retour de ces plantes qui avaient disparus du jardin.

 

Découvrez la nouvelle brochure de présentation du Jardin du Luxembourg ! 

Besoin d'un plan ? De connaître les horaires d'ouverture et les activités proposées au Jardin ?

Découvrez la brochure de présentation du Jardin du Luxembourg avec tous les éléments indispensables pour bien préparer votre visite et découvrir l'un des plus beaux jardins du monde.

Consultez la brochure du Jardin

150 ans d'orchidées au Jardin du Luxembourg - Découvrez l'ouvrage.Découvrez et commandez l'ouvrage "150 ans d'orchidées au Jardin du Luxembourg"

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus sur les expositions dans le Jardin du Luxembourg