Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée


Actualités

12 mars au 29 juin 2014

Le Musée du Luxembourg consacre une exposition à l'impératrice Joséphine

A l'occasion du bicentenaire de la mort de l'impératrice Joséphine, le Musée du Luxembourg lui consacre une exposition rassemblant souvenirs personnels et œuvres majeures provenant des prestigieuses collections d’art.

 

En savoir plus

 

Le premier musée ouvert au public

D’abord installé dans le Palais du Luxembourg, que Marie de Médicis fait construire entre 1615 et 1630, le Musée du Luxembourg est le premier musée français ouvert au public en 1750.


Les visiteurs peuvent alors y admirer les vingt-quatre toiles de Rubens à la gloire de Marie de Médicis et une centaine de tableaux provenant du Cabinet du Roi, peints par Léonard de Vinci, Raphaël, Véronèse, Titien, Poussin, Van Dyck ou encore Rembrandt.

Après le transfert de ces œuvres au Louvre, le Musée du Luxembourg devient, en 1818, un « musée des artistes vivants », c’est-à-dire un musée d’art contemporain. David, Ingres, Delacroix, entre autres, y sont exposés.

Affectataire du Palais et du Jardin du Luxembourg en 1879, le Sénat fait édifier le bâtiment actuel entre 1884 et 1886. Les impressionnistes y sont pour la première fois exposés dans un musée national, grâce au legs Caillebotte qui comporte des œuvres de Pissarro, Manet, Cézanne, Sisley, Monet, Renoir... Cette collection se trouve aujourd’hui au Musée d’Orsay.

Fermé après la construction d’un Musée national d’art moderne au Palais de Tokyo en 1937, le Musée du Luxembourg rouvre ses portes au public en 1979. Le Ministère de la Culture y organise des expositions sur le patrimoine des régions et les collections des musées de province, le Sénat conservant un droit de regard sur la programmation et l’usage du bâtiment.

 

Un musée affecté au Sénat

En 2000, le Sénat décide d’assumer à nouveau l’entière responsabilité du Musée du Luxembourg, afin de conduire une politique culturelle coordonnée dans le Palais, le Jardin et le Musée.

S’il a pour missions premières, en sa qualité d’assemblée parlementaire, le vote de la loi, le contrôle du Gouvernement, l’évaluation des politiques publiques et la prospective, le Sénat se doit en effet également de mettre en valeur le patrimoine dont il est affectataire.

Pour garantir un rayonnement et un niveau d’excellence dans la production et l’organisation des expositions présentées au Musée du Luxembourg, le Sénat a choisi de faire appel à des professionnels de ce secteur.

Le Musée du Luxembourg s’est depuis lors imposé comme l’un des principaux lieux d’expositions parisiens, en permettant à ses très nombreux visiteurs d’apprécier les chefs-d’œuvre de Botticelli, Raphaël, Titien, Arcimboldo, Véronèse, Gauguin, Matisse, Vlaminck, Modigliani…

En 2010, le Sénat délègue la gestion du musée à la Réunion des musées nationaux, en privilégiant trois axes de programmation en lien avec son histoire : « la Renaissance en Europe », « Art et pouvoir » et « le Palais, le Jardin et le Musée : le Luxembourg au cœur de Paris, capitale des arts ».

Opérateur culturel reconnu, la Réunion des musées nationaux est l’un des premiers organisateurs d’expositions dans le monde. Exposer, éditer, diffuser, acquérir, accueillir, informer... : elle contribue, pour tous les publics, à l’enrichissement et à la meilleure connaissance du patrimoine artistique au niveau national et international.

 

Informations pratiques

  • Accès : 19, rue de Vaugirard -75006 PARIS
  • Métro : Saint-Sulpice, Odéon / RER B : Luxembourg
  • Autobus : 84, 58, 89 : Musée du Luxembourg, Sénat - autres lignes possibles : 21, 27, 38 , 82 et 85
  • Parcs de stationnement : Place Saint-Sulpice, Marché Saint-Germain
 




Louis-Philippe et la reine Marie-Amélie
visitant le musée du Luxembourg en 1838  
ROUX Auguste Jean Simon 
(Paris, XIXe Siècle)







Le site du Musée du Luxembourg