Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Colloque au Sénat : 50 ans de la 1ere élection présidentielle au suffrage universel direct

VOIR LE COLLOQUE EN VIDEO A LA DEMANDE


PROGRAMME

MATIN

9:00 Ouverture de la matinée.

Modérateur : Jean GARRIGUES, président du Comité d’histoire parlementaire et politique.

 

La novation institutionnelle de l’élection du Président de la République au suffrage universel direct

9:15 Pierre BORDRY, président de l’Institut Alain POHER

9:30 Discours introductif de M. Gérard LARCHER, Président du Sénat.

 

9:50 Le débat constitutionnel ouvert par la réforme de 1962

La révision constitutionnelle de 1962 par Didier MAUS, président émérite de l’Association française de droit constitutionnel

Le point de vue de Gaston MONNERVILLE par Jean-Paul BRUNET, biographe de G. Monnerville

Le rôle d’Alain POHER par Pierre BORDRY, président de l’Institut Alain POHER

 

10:50 La campagne des élections présidentielles des 5 et 19 décembre 1965

La campagne du général de GAULLE par Catherine NAY

La campagne de Jean LECANUET par Pierre FAUCHON, directeur de la campagne du candidat du Centre

La campagne de François MITTERRAND par Michèle COTTA

Le rôle du parti Communiste par Serge WOLIKOW

Les autres candidatures par Jean GARRIGUES

 

12:30 Echanges avec la salle

13:00 Suspension des travaux

 

APRES-MIDI

14:30 Ouverture de l’après-midi.

Modératrice : Ghislaine OTTENHEIMER

 

L’élection du Président de la République au suffrage universel direct, combinée aux prérogatives reconnues au gouvernement et à son chef, assure-t-elle une bonne pratique des institutions ?

14:45 Témoignages de personnalités politiques : Pascal CLEMENT, Louis MERMAZ, Jean-Pierre SUEUR

 

16:00 Echanges avec la salle

 

16:30 Les enseignements à tirer d’un demi-siècle d’élection présidentielle au suffrage universel direct

Pascal PERRINEAU, professeur des universités, politologue, chargé de mission au CEVIPOF et Jean GARRIGUES

 

17:00 Echanges avec la salle

17:30 Conclusion du colloque par Pascal PERRINEAU