Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

 

LE DEFENSEUR DES GRANDES CAUSES


La liberté d’expression

Victor Hugo a été un ardent défenseur des libertés et notamment de la liberté de la presse, en faveur de laquelle il a prononcé de nombreux discours dans les différentes assemblées où il a siégé.

" Suspendre les journaux, les suspendre par l’autorité directe, arbitraire, violente, du pouvoir exécutif, cela s’appelait coups d’état sous la monarchie, cela ne peut pas avoir changé de

Exemplaire de la une du journal

nom sous la République […]. La liberté de la presse à côté du suffrage universel, c’est la pensée de tous éclairant le gouvernement de tous. Attenter à l’une, c’est attenter à l’autre. "Actes et Paroles (11 septembre 1848)

Avec ses deux fils, Charles et François-Victor, il a fondé et animé successivement deux journaux : L’Evénement en 1848 et Le Rappel en 1869. Il a même, en 1851, défendu son fils Charles lorsque celui-ci a été condamné à de la prison ferme pour avoir publié un article réclamant l’abolition de la peine de mort.

 

" Le Rappel. J’aime tous les sens de ce mot : rappel de la loi à l’ordre, par l’abolition de la peine de mort ; rappel du peuple à la souveraineté, par le suffrage universel ; rappel de l’égalité, par l’enseignement gratuit et obligatoire. "

 

Aux cinq rédacteurs-fondateurs du Rappel (25 avril 1869)

 Homme de lettres, Victor Hugo a très vite compris qu’il lui fallait aussi être un homme de presse pour diffuser ses idées. Il a su utiliser, pour ses discours et prises de position, tous les modes de diffusion de l’époque : affiches, tracts, libelles, placets… qui étaient faciles à faire circuler et à cacher en cas d’intervention de la police ou de la censure.