Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

 

 

 Claude BERNARD

 

Claude Bernard est né à Saint-Julien (Rhône) le 12 juillet 1813. D'une famille peu aisée, il entre d'abord comme préparateur chez un pharmacien de Villefranche-sur-Saône. Puis il vient à Paris présenter à Saint-Marc Girardin, célèbre critique, le manuscrit d'une tragédie en vers qu'il a écrite.

Dissuadé de persévérer dans cette voie, il s'inscrit à l'Ecole de médecine dont il ressort diplômé en 1843. Entre 1840 et 1850 il travaille avec assiduité auprès du physiologiste François Magendie. En 1844 il échoue au concours de l'agrégation et tente, sans succès, de créer un laboratoire libre de physiologie avec Charles Lasègne. En 1847, il devient suppléant de Magendie à la chaire de médecine expérimentale du Collège de France et lui succède en 1855. Il est nommé en 1854 titulaire de la chaire de physiologie générale, créée pour lui, à la Sorbonne et professeur de physiologie générale au Muséum d'Histoire naturelle.

Ses travaux portent sur le rôle du suc gastrique et du suc pancréatique dans la digestion, la chaleur animale et le mécanisme de sa régulation, la fonction glycogénique du foie, la physiologie du système nerveux et les effets de certains produits toxiques. Claude Bernard est le véritable créateur de la physiologie expérimentale dont il a remporté trois fois le grand prix de l'Académie des sciences en 1849, 1851 et 1853. Il en a exposé les principes fondamentaux dans son ouvrage L'introduction à l'étude de la médecine expérimentale. Il a en particulier développé le schéma « observation, hypothèse, confirmation/infirmation ».

Membre de l'Académie française en 1868, il fut nommé sénateur le 6 mai 1869 mais n'eut pas l'occasion de prendre la parole à la Haute Assemblée.

Il meurt à Paris le 10 février 1878. « On m'a reproché, a-t-il dit, de n'être qu'un empirique, soit, mais guidé du moins par une raison et par une volonté sûres d'elles-mêmes. L'expérimentateur qui ne sait pas ce qu'il cherche, ne comprend pas ce qu'il trouve ».