Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

PROSPER  MERIMEE  (1803-1870)


L'OEUVRE DE MERIMEE

En 1822, à l'âge de 19 ans, Mérimée commence une tragédie, Cromwell, dont il fait une lecture dans les salons qu'il fréquente. Rien ne subsiste de ce drame dont on sait seulement qu'il était affranchi de toutes les règles et de toutes les bienséances classiques.

Passionné de théâtre espagnol, Mérimée conçoit en 1825 l'idée d'une mystification : le Théâtre de Clara Gazul, recueil de pièces de théâtre qu'il présente comme l'oeuvre d'une célèbre comédienne espagnole, Clara Gazul, qu'un imaginaire M. Joseph Lestrange vient de traduire. Une biographie imaginée, des notes explicatives et un portrait de la comédienne par Delécluze (en fait Prosper Mérimée lui-même représenté avec une mantille, épaules nues et une croix d'or autour du cou) achèvent de rendre la fiction vraisemblable. L'oeuvre excita la curiosité de la jeunesse lettrée et si Le Globe révèle la mystification, plusieurs revues tombent dans le piège. « Je ne conteste pas le plaisir qu'une mystification peut procurer à son auteur, écrit Mérimée en 1835 ; mais la première condition pour qu'elle soit bonne, complète, c'est qu'elle ne lui coûte pas trop de peine ». 

 Il faut croire que cette condition est remplie deux ans plus tard lorsque Mérimée récidive, en 1827, en publiant La Guzla (anagramme de Gazul), présenté comme un recueil de chants populaires de l'Illyrie écrits par un certain Hyacinthe Maglanovitch dont il retrace la biographie. Ce recueil de ballades fut  écrit en quinze jours et eut un retentissement considérable à l'étranger où Goethe et Pouchkine contribuèrent à le faire connaître.

En 1828 Mérimée publie La Famille de Carvajal, qu'il qualifie de mélodrame. Le goût d'historien de Mérimée se manifeste dans ses deux oeuvres suivantes. La Jacquerie, drame sous la forme d'un récit dialogué publié en 1828,  transporte  le lecteur au milieu du XIVe siècle et propose une interprétation du soulèvement des paysans du Beauvaisis. En 1829 paraît la Chronique du règne de Charles IX, roman historique traçant un brillant tableau des guerres de religion du XVIe siècle, qui n'est pas sans rappeler les romans de Walter Scott alors en vogue et qui connut un succès plus grand encore que La Jacquerie.

Suite...