Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

LES FEMMES ET LE POUVOIR



Les femmes entrent au Gouvernement

En 1943, le Conseil national de la Résistance s'engage à accorder le droit de vote aux femmes à la Libération. La décision est prise en considération du rôle joué par les femmes dans la lutte contre l'Occupant. Cette mesure est concrétisée par l'ordonnance du Gouvernement provisoire de la République française, signée par le général de Gaulle à Alger le 21 avril 1944, qui reconnaît aux Françaises le droit de participer à la vie politique du pays.

Germaine Poinso-Chapuis, ministre de la Santé publique et de la Population

Trois ans plus tard, en novembre 1947, Robert Schuman nomme Germaine Poinso-Chapuis (1901-1981) à la tête du ministère de la Santé publique et de la Population. Pour la première fois en France, une femme obtient le titre de ministre. Avocate à Marseille, Germaine Poinso-Chapuis est titulaire de la médaille de la Résistance. En qualité de ministre, elle fait voter des lois sur la santé publique et la protection de l'enfance. Après la dissolution du cabinet Schuman, en juillet 1948, elle poursuit son action en faveur de la famille et de l'enfance sur les bancs de l'Assemblée nationale, où elle est élue députée.

Dans les gouvernements suivants, les femmes demeurent très isolées au sein d'équipes essentiellement masculines. Cette situation évolue à partir de 1974 avec le gouvernement de Jacques Chirac, dans lequel six femmes sont appelées à participer à la conduite de la politique de la Nation Leurs responsabilités sont d'importances inégales. Seule Simone Veil est nommée en qualité de ministre. Aucune femme n'avait plus exercé cette fonction depuis la nomination de Germaine Poinso-Chapuis en 1947.

Le Secrétariat d'Etat à la condition féminine