Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Cyber-débat avec Marie-Claude Beaudeau, Sénateur du Val d'Oise

 

Est-ce que cela rime encore à quelque chose d’être communiste aujourd’hui ?

C'est sûr que cela rime encore à quelque chose car il y a de grandes valeurs communautaires à défendre. Le travail, la lutte contre l'exploitation de l'homme, la redistribution des richesses…et je crois que c'est le rôle des communistes de le faire !

Tekpac : Intervenez-vous en qualité de Sénateur ?

Tout à fait, car je suis sénateur et c'est en tant que tel que j'interviens. Je préfère sénatrice d'ailleurs, et du Val d'Oise dont je suis l'élue depuis 21 ans maintenant !

Marie : Que pensez-vous des propositions présentées par Lionel Jospin en matière fiscale?

En tant que parlementaire, je n'en sais pas plus que le quidam moyen. Au vu de ces mesures, il y a une redistribution vers les couches sociales qui ont en besoin. Je pense qu'il est essentiel d'augmenter les plus bas revenus, notamment, le SMIC, mais aussi les 8 millions de français qui touchent les minima sociaux (veuvage, handicapés...). Je pense qu'il faut leur donner plus, car ils le dépenseront, cela reviendra dans le commerce. Donc cela pourrait relancer la croissance.

Dom : les mines antipersonnelles, pourquoi cette lutte ?

Mines anti-personnelles : chaque jour des gens meurent et sont mutilés à vie. La plupart du temps, elles frappent des populations civiles, des enfants qui vont à l'école, des femmes qui vont aux champs, qui sont les premières victimes... C'est pour cela que je mène cette lutte.

Henri : Aviez-vous rencontré Lady Diana ? et David Ginola ?

Non, aucun des deux. J'ai été dans de nombreuses manifestations où peut être étaient-ils présents, mais je ne les ai jamais rencontrés.

Tekpac : Ne trouvez-vous pas que les problèmes liés aux logements HLM, supposés servir le social, font l'affaire des pistonnés ! Je ne connais ni Sénateurs, ni Députés, pensez-vous que j'ai des chances de changer de logement ?

Je pense que du logement social on en a besoin. Quand on parle de logement social, on ne pense pas un logement de bonne qualité. Or, pour nous, le logement social doit être de bonne condition, répondant aux attentes des gens. Le vrai problème est qu'il y a énormément de demandeurs de logements (dans le Val d'Oise 30 000), l'abbé Pierre en estime à 700 000. Il en faut donc, mais du logement de qualité.

Aaron : Pourquoi si peu de femmes au Sénat ?

Je pense qu'il y a différentes raisons. D'abord, les femmes n'ont obtenu le droit de vote qu'en 1945. C'est de Gaulle avec un de mes amis politiques qui, pendant la résistance, avaient décidé de ce droit de vote. Depuis, les femmes qui ont pris des responsabilités dans plein de domaine, y compris dans celui de la politique, n'ont pas encore la place qui leur revient. Je pense aussi que le cumul des mandats, le scrutin majoritaire à deux tours (on privilégie le plus connu, par exemple). Il y a aussi une autre raison : le statut de l'élu. Il n'en a pas ! A un moment donné, se pose la question de faire une triple journée : au travail, à la maison et la politique ! Autant de raisons qui expliquent cette sous représentation.

Linzay : Combien êtes-vous dans le groupe communiste ?

D'abord c'est le groupe communiste républicain et citoyen. Nous avons deux sénateurs du mouvements des citoyens, depuis 95, et un sénateur apparenté de La Réunion. Au total, 17.

Kilou : Que faut-il faire pour arrêter les mines ? Qui sont les responsables ?

D'abord arrêter d'en fabriquer et détruire les stocks que chaque pays conserve dans les usines, y compris dans les entreprises privées. La France, qui a signé la convention de Ottawa, a détruit tous ses stocks. Ce que l'on sait c'est qu'il y a des millions de mines, mais je ne connais pas le chiffre du stock restant.

Denis : Quels sont les grands pays qui n'ont pas voté cette convention ?

Ce sont les États-Unis et la Chine.

Éric : Combien de morts par an ?

Je ne connais pas les chiffres, mais je pense que ce sont encore des centaines de milliers tous les ans. Et ce sont aussi les mutilations, les accidents... Au Vietnam et au Mozambique en particulier.

Sylvain : Les États-Unis ne sont ils pas les premiers responsables de la prolifération de ces mines ?

Je crois que les USA ont beaucoup fabriqué et vendu des mines. Plein de mines sont d'origine américaines, nous pensons donc qu'ils devraient payer maintenant.

Sylvain : Quelle est la position de Bill Clinton à ce sujet ?

La position de Clinton, je ne la connais pas, mais en tant que représentant des États-Unis, il est non signataire de la convention.

Gilo : Concrètement, vous faites quoi pour arrêter cette tuerie ?

D'abord, on fait en sorte que le plus de pays possibles ratifient la convention (93 pays signataires), arrêtent de fabriquer, n'en vendent plus, détruisent leur stock et surtout que la communauté internationale les aide à la destruction de ces mines. Mais cela coûte cher, il faut donc obtenir une aide financière de tous les pays.

Luc : Êtes vous de ceux qui condamnent le passé noir de l'ex-URSS ?

Oui, oui, je suis de ceux-là. Il s'est fait des choses abominables en URSS, et surtout elles ont été faites au nom du communisme. Ce sont des hommes qui sont responsables de ces dizaines de millions de morts. C'est un passé difficile à assumer. Surtout pour les gens de ma génération. Ce qui se passe actuellement en Tchéchénie semble être une continuité.

Kevin : Elle existe depuis quand votre commission contre les mines ? C’est vous qui l’avez créée ?

C'est un projet de loi adopté en été 98, un de ses articles prévoyait la création d'une commission créée par le Parlement. Un décret signé par le Premier ministre en avril 99, et c'est Lionel Jospin qui l'a installé en juin 99. Une commission où se retrouvent plein de personnes, dont moi.

Sylvain : Qui aujourd'hui réellement a les moyens de faire fléchir les États-Unis à ce sujet ?

Je crois que tous les pays signataires, mais aussi l'ONU, doivent faire pression sur les États-Unis mais aussi sur la Chine. C'est l'affaire de tous, d'associations, etc.

Nathalie : Pourquoi utilisent-ils des mines anti-personnelles ?

Nous avons l'habitude de dire que c'est une arme de lâche, une arme qui ne coûte pas cher. C'est vraiment l'arme des lâches...

Aaron : Des mines anti-personnelles sont encore posées en Tchétchénie, qui les pose ?

A mon avis, ce sont les combattants, donc les Russes et les Tchéchénes. Dans les deux camps, il y en a qui les posent. Le problème, c'est que les mines anti-personnelles sont posées quand il y a la guerre. Donc, il faut arrêter la guerre. Mais souvent, les mines visent les populations civiles et c'est pour cela que je disais que c'est une arme de lâche.

Julie : Marie-Claude, reste t-il beaucoup de mines dans le monde ?

Oui, on parle de plusieurs millions, 5 à 6. Mais difficile de les répertorier. Exemple : on savait qu'au Mozambique il y en avait beaucoup, mais en raison des inondations il semblerait qu'il y en aient encore plus. Mais partout où il y a des guerres, il y a des mines antipersonnelles.

Martine : Les 35 heures, c’est bien selon vous ?

Les 35 heures, c’est bien pour certains. Des emplois ont été créés dans les entreprises. Je sais que dans certaines entreprises, cela ne se passe pas bien. Faire le même travail avec le même personnel pose des problèmes. D'où la question de l'annualisation du temps de travail. C'est très mauvais car cela sous-entend une précarité dans le travail. Je pense que cela pose des problèmes aux femmes. Mais c'est vrai que c'est une grande espérance. L'État, qui devrait donner l'exemple, est encore en pleine négociation, s'il y en a d'ailleurs !

Bruno : La bourse et l’envolée des valeurs, vous en pensez quoi ?

J'en pense pas trop de bien. A un moment donné, cela permet à des gens qui ont de l'argent d'en avoir encore plus. Cette spéculation ne combat pas le chômage. On n'a pas besoin de spéculation, on a besoin que l'argent qui émane du travail puisse bénéficier tout de suite à l'économie.

Guy : Ne pensez-vous pas que la Bourse récompense l'esprit d'entreprise de certains ?

Cela dépend ce qu'on entend par esprit d'entreprise. Aujourd'hui, cela a changé c'est vrai, notamment avec les jeunes entrepreneurs, mais je pense qu'il doit y avoir d'autres moyens que la Bourse pour les récompenser.

Attac : Vous pensez qu’il faut taxer les transactions financières, la spéculation ? ATTAC, ça vous inspire quoi ?

Nous avons été parmi les premiers à proposer cette taxation. Je vois que les idées ont pas mal avancé. Il y a quelques années, j’ai été signataire d'une proposition de loi, on nous traitait d'utopistes. Aujourd'hui, elle est reprise par beaucoup. Je pense que si on taxait les transactions financières, cela ne mettrait pas sur la paille ceux qui les font. Je ne dis pas que c'est le summum pour empêcher l'exploitation capitaliste, mais cela pourrait permettre une meilleur redistribution des richesses.

Manu : Cela fait trois fois que vous êtes élue au sénat : vous avez encore la " gnake " ?

Ah oui !!!! Je crois que je l'aurai toute ma vie !!! Je l'ai toujours, oui !!!!

Didier : Sénatrice. Vous l'avez choisi ? C'est la planque non ?

Je ne l'ai pas choisi du tout, du tout.... J'ai été présentée deuxième sur une liste, je ne devais pas avoir une chance. Mais le premier de la liste est malheureusement décédé, j'ai donc été désignée. Je ne l'ai pas choisi. Tout mandat est un travail, et pas une planque !

David: Que pensez vous de ce type de débats ? Internet, ça représente quoi pour vous ?

J'ai eu un peu de mal à m'y mettre. Comme beaucoup de gens de ma génération et par faute de temps. Depuis que j'ai compris ce que c'était, ça va mieux. Mais je crains que cela soit réservé à des gens qui n'ont pas de culture et de savoir, ceux qui n'y ont pas accès. Un risque de fossé peut naître. Je ne suis pas sûre que tout le monde puisse s'y mettre. Il faut acheter de l'équipement, etc. J'ai soutenu le projet de mises en réseau et de connexion à Internet de plusieurs écoles.

Fred: Y a-t-il encore des mines en France ? Des restes de guerre ?

Des mines traditionnelles, oui, on en trouve tous les jours ! Sur la côte atlantique, par exemple, à cause du débarquement. On trouve peut-être encore des mines de 14-18, dans le Nord ou en Picardie !

Aaron : Vous avez un favori pour la Mairie de Paris ?

Non pas du tout ! D'abord je n'habite pas Paris ! Je pense qu'on pourrait changer de politique à Paris. Je pense aux problèmes de logement en général, je soutiens une tout autre politique pour Paris !

Sylvain : Sénateur ou sénatrice ? Ca gagne bien ?

Ca gagne très bien ! Si je vous disais que je ne sais pas exactement... C'est 14 000 F par mois, un point c'est tout. Un élu du PC ne perçoit pas ses indemnités parlementaires. Mais c'est ma voiture, c'est ma maison, etc... Mais c'est vrai que les sénateurs et les sénatrices sont bien payés !

Luc : A part sénatrice, quelles sont vos autres fonctions politiques ?

Je n'en ai aucune autre ! Car j'ai refusé tout cumul de mandat ! En accord avec ce que je pense sur le cumul des mandats !! Cela ne coupe pas de la population, bien au contraire, je suis plus avec eux !

Merci beaucoup Marie-Claude Beaudeau, le mot de la fin ?

J'ai été très heureuse de participer à la fête de l'Internet, de répondre à vos questions, d'avoir des contacts avec plein de gens, je vous rappelle que j'ai aussi un site, que je n'ai pas l'habitude d'avoir le contact avec eux habituellement, merci à tous !