Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Cyber-débat avec François Marc, Sénateur du Finistère

 

Loick : Quelle est votre opinion sur le changement de statut des DOM TOM ?

Le statut des DOM TOM nécessite des adaptations, mais je suis pour ma part très réservé sur une trop grande libéralisation de ces statuts par rapport à la situation actuelle.

Greg : Pensez-vous que la situation en Corse passe par une voie d’autonomie ?

Pour ma part, je fais confiance aux élus directement concernés par un sujet de ce type et en l'occurrence aux élus corses. La position récemment exprimée par la majorité des élus de l'île me parait responsable. L'idée d'une autonomie très large ne me semble pas satisfaisante.

Loick : La décentralisation est-elle appliquée à la lettre ?

La mise en place de la décentralisation nécessite des ajustements successifs en plus ou en moins. Des excès ont pu être constatés dans certaines régions. Une évaluation et un contrôle paraissent nécessaires avant d'entamer les étapes suivantes. Depuis 1982, les choses ont largement évolué dans le bon sens et c'est tant mieux.

Fred : Vous croyez que l’Internet est un outil profitable à la démocratie ?

Plus il y a d'informations et de communications entre les gens, et plus la démocratie est en situation de progresser. Dans ces conditions, le formidable moyen de communication qu'est Internet apporte un plus considérable à la progression de la démocratie sur l'ensemble du globe. Il appartient cependant au législateur de veiller à ce qu'Internet ne soit pas exploité à des fins partisanes ou détournées.

Sophie : Quelle peut être la portée d’Internet dans le débat citoyen ?

Il me semble qu'Internet va devenir un outil de communication politique privilégié : campagne électorale, suivi de l'activité des élus, revendications des citoyens auprès de leurs élus, enquêtes d'opinion et sondages... On peut même imaginer un jour des consultations électorales par Internet.

Derick : Pourquoi avez-vous choisi de débattre en chat : pour reconnaître le canal de l’Internet comme un média ou pour profiter de la mode Web ?

Le Web n'est plus une mode, c'est aujourd'hui une réalité qui s'impose à tous. Il n'y a pas à reconnaître le canal de l'Internet comme média, puisque c'est déjà un moyen de communication largement reconnu et utilisé.

Phil: Beaucoup d'élus raccrochent par découragement, qu'en pensez-vous ?

La fonction d'élu comporte bien des aléas et les obstacles sont divers et variés. Mais dans la vie, se décourager n'est jamais la bonne solution. Il me semble que les élus qui cèdent au découragement devraient plutôt rassembler leurs efforts pour contourner les obstacles auxquels ils sont confrontés.

Sevrine : Pensez-vous que les institutions sont suffisamment représentées sur le Web ?

La représentation est plutôt satisfaisante sur le Web. Le sénat, en particulier, a fait de gros efforts en la matière.

Jill : Votre travail a la commission des lois, en quoi consiste t il ?

La commission des lois a principalement pour rôle d'étudier les textes en préparation, et de les corriger en tenant compte des attentes exprimées dans le pays et vécues au quotidien par les sénateurs sur le terrain. Cela étant, la commission est loin d'être unanime sur beaucoup de sujets et le débat est relativement approfondi.

Phil : On parle de baisser le train de vie de l'État et on ne voit jamais rien venir. Avez-vous des idées concrètes sur ce sujet ?

Il s'agit là d'une revendication toujours populaire mais beaucoup de gens s'opposeront inévitablement aux diminutions qui pourraient être appliquées dans les services de l'État. En ce qui concerne les dépenses somptuaires, on peut imaginer des économies significatives qui resteront toutefois dérisoires à l'échelle du budget de l'État. Il me semble que le train de vie du Gouvernement Jospin fait plutôt dans la rigueur que dans l'excès.

Drago : Pensez-vous que le calendrier parlementaire est trop chargé ?

Non. En diminuant le cumul des mandats, on devrait aboutir à une présence plus active des parlementaires et donc à mieux assumer le calendrier parlementaire.

Dingo : La loi contre le cumul des mandats est-elle une bonne chose ?

La Loi proposée par le Gouvernement Jospin me parait une bonne loi. Je regrette par conséquent beaucoup que, par excès de conservatisme, les sénateurs de droite aient partiellement rejeté ce texte.

Laurent : Les affaires continuent et détournent beaucoup de gens de la politique, que faire ?

Les dysfonctionnements de la vie politique sont aujourd'hui hyper médiatisés. En fait, dans la vie de tous les jours, les tentatives de corruption sont présentes partout, en particulier dans la vie des entreprises, dans le commerce et la finance. Il faut, me semble-t-il, évaluer les affaires politiques avec une juste mesure. Cela dit, les élus se doivent d'être rigoureux à tous les niveaux de leur action.

Aline : Que pensez-vous du bicamérisme, y a-t-il une chambre de trop ?

Le bicamérisme a prouvé son utilité dans la plupart des pays démocratiques. En France, il importe cependant de moderniser le Sénat dans sa représentation et dans son fonctionnement courant. Lorsque cela aura été fait, le bicamérisme aura une toute autre image pour nos concitoyens.

Hill : Que va-t-il se passer avec l'Europe, au niveau des administrations ? Comment vont se repartir les pouvoirs ?

Depuis 1962, l'Europe a connu un progressif transfert de compétences des états vers l'Union Européenne. Cette évolution me parait irréversible. Il importera cependant d'être plus vigilant sur le contrôle direct et politique des décideurs européens. L'élection au suffrage direct d'un exécutif européen me parait une bonne idée.

Nomie : Quels pays fonctionnent encore avec deux chambres et quels pays s'en sortent avec une seule ?

Le Sénat a reçu cette semaine les délégations d'une cinquantaine de Sénats de pays étrangers. La plupart des pays démocratiques ont deux chambres. C'est le cas aux États-Unis, mais aussi dans la plupart des pays européens. Pour plus de précisions, je vous conseille de demander une brochure très récente éditée par le Sénat sur le sujet.

Félix : Bonjour M. le Sénateur ! Je voudrais connaître les sujets les plus "chauds" que vous allez devoir traiter au cours cette année ?

Au parlement le dossier le plus débattu sera probablement celui portant sur les logements sociaux imposés à toutes les villes. C'est là un véritable débat de société car il importe, à mon sens, de favoriser la plus grande mixité sociale.

Merci beaucoup François Marc, le mot de la fin ?

Je me réjouis d'avoir pu participer en direct à cet échange sur Internet. C'est là un exemple de ce qu'il faudra faire à l'avenir pour rapprocher les élus des citoyens et je souhaite pouvoir continuer à répondre à ce type d'interrogations des Français qui peuvent me contacter sur mon site personnel du Sénat. J'essayerai de répondre à toutes les questions qui me seront posées. Je me réjouis que le Sénat se soit lancé dans cette initiative des cyber-débats de la République et j'ai été très heureux d'y participer.