Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Groupe France-Corée du Sud

Entretien avec S.E. M. Dae Jong YOO, Ambassadeur de la République de Corée en France


30 juin 2021

 

Le mercredi 30 juin 2021, sous la présidence de Mme Catherine Dumas (Les Républicains – Paris), présidente, le groupe d’amitié France-Corée du Sud a reçu S.E. M. Dae Jong YOO, Ambassadeur de la République de Corée en France.

Étaient également présents MM. Olivier Cadic (Union Centriste – Français établis hors de France) et Bernard Fournier (LR – Loire), Mmes Vivette Lopez (LR – Gard), Marie Mercier (LR – Saône-et-Loire) et Catherine Procaccia (LR – Val-de-Marne), et M. Jean-Claude Tissot (Socialiste, Écologiste et Républicain – Loire).

  De gauche à droite : MM. Jean-Claude Tissot et Bernard Fournier, Mme Vivette Lopez,
S.E. M. Dae Jong YOO, Mmes Catherine Dumas et Catherine Procaccia,
et M. Olivier Cadic

Mme Catherine Dumas, présidente, a tout d’abord salué la venue de l’Ambassadeur, pour la deuxième fois au Sénat devant le groupe d’amitié, rappelant qu’il avait par ailleurs accompagné une délégation de sénateurs lors de la visite du centre culturel coréen au début du mois de mai.

Puis elle a invité l’Ambassadeur à s’exprimer à la fois sur l’actualité coréenne, dans les domaines politique, économique et sanitaire, et sur le projet de déplacement d’une délégation du groupe d’amitié en Corée du Sud au mois de septembre prochain.

S.E. M. Dae Jong YOO a tout d’abord mentionné la bonne maitrise de l’épidémie de Covid-19 par la Corée du Sud, qui compte désormais 500 à 600 cas quotidiens pour un total de 150 000 personnes contaminées et 2 000 morts. 15 millions de Sud–Coréens ont été primo-vaccinés à ce jour, tandis que 5 millions ont reçu deux doses de vaccin (Pfizer, AstraZeneca et Moderna). Le variant Delta représente moins de 10 % des cas aujourd’hui. Des discussions avec l’Union européenne sont en cours en vue d’un accord autour de l’établissement d’un passe sanitaire aux contours communs.

La visite du président Moon Jae In, aux États-Unis en mai dernier, marquée par sa rencontre au sommet avec le président américain Joe Biden, s’est bien déroulée. Le président américain a dit sa volonté d’établir un dialogue diplomatique avec la Corée du Nord, qui connaît actuellement une situation difficile, d’un point de vue sanitaire et économique notamment. Le président Biden a par ailleurs appelé les grandes entreprises coréennes à investir sur le territoire américain.

Se situant désormais au dixième rang mondial, l’économie coréenne se porte bien, ayant enregistré une progression positive d’un peu moins de 1 % en 2020 – la plaçant au premier rang des pays de l’OCDE – et anticipant une croissance de 4 % cette année. Le plan de relance national coréen vise à soutenir le développement de l’économie sur trois volets : l’écologie, le numérique et la solidarité.

Indiquant avoir bien noté le projet de déplacement du groupe d’amitié en Corée du Sud, ainsi que ses priorités thématiques, l’Ambassadeur a conclu en soulignant que l’ambassade de Corée accordait une importance particulière au développement des interactions entre les parlementaires français et la société coréenne dans son ensemble. À ce titre, le maire de Busan, deuxième ville de Corée du Sud, qui a candidaté aux côtés de Moscou pour accueillir l’exposition universelle de 2030, s’est entretenu la semaine passée avec M. Christian Cambon, président de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat.

À M. Olivier Cadic, qui l’a interrogé sur les relations qu’entretient son pays avec la Chine, S.E. M. Dae Jong YOO a répondu qu’il s’agissait effectivement d’un sujet stratégique pour la Corée. L’Ambassadeur a confirmé que son pays entretenait un dialogue constant avec la Chine sur un large éventail de sujets d’actualités. Le président Moon, lors de son déplacement officiel aux États-Unis, a mentionné la nécessité de pacifier la situation dans le détroit de Taiwan, étant donné que 90 % des importations coréennes d’énergie transitent par la mer de Chine méridionale.

Mme Catherine Procaccia l’ayant questionné sur les conditions d’accès au territoire coréen et, en tant que présidente du groupe d’amitié France-Vanuatu-Iles du Pacifique, sur l’existence éventuelle de « bulles sanitaires » entre la Corée du Sud et certains pays de la région, l’Ambassadeur a mentionné la signature par son pays d’un accord au 1er juillet avec Saipan, permettant aux personnes vaccinées de voyager en Corée sans obligation de se soumettre à une quarantaine. Afin de faciliter le déplacement des touristes, les institutions compétentes étudient un projet d’élargissement de cet accord avec certains pays (Singapour, ou encore certains territoires États-Uniens comme Guam). Il a rappelé que son gouvernement travaillait activement à la prévention de l’épidémie de Covid, en veillant constamment au respect des droits de l’Homme.

Sur ce thème, S.E. M. Dae Jong YOO a également précisé que la politique d’exemption de visas d’entrée sur le territoire coréen pour les étrangers, accordée d’ordinaire à un grand nombre de pays mais suspendue l’an passé en raison de la situation sanitaire, est aujourd’hui en cours de réexamen et serait modifiée au cas par cas en fonction de la situation dans chaque pays. Une période de quarantaine de 14 jours à l’arrivée en Corée du Sud s’applique toujours actuellement, à certaines exceptions près (comme pour les missions officielles, telles que celle projetée par le groupe d’amitié).

L’Ambassadeur a précisé qu’à compter de ce jour, les personnes qui seraient en mesure de présenter une couverture vaccinale complète et des motifs de déplacement à caractère impérieux (affaires urgentes, missions publiques ou d’intérêt public, motifs académiques ou humanitaires) pourraient bénéficier d’une autorisation d’entrée sur le territoire coréen et seraient exemptées de quarantaine. Les personnes souhaitant rendre visite à leurs parents ou enfants résidant en Corée peuvent également bénéficier de cette autorisation de déplacement et de cette exemption de quarantaine.

À Mme Vivette Lopez, qui s’était enquise de la stratégie maritime et portuaire de son pays, S.E. M. Dae Jong YOO a indiqué que le directeur d'Asie et d'Océanie au ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (MEAE) français se trouvait justement en mission en Corée du Sud sur les thématiques indopacifiques. Il a rappelé l’intérêt particulier de son pays pour la pêche, ses compatriotes étant les plus gros consommateurs au monde de poisson et fruits de mer. Rappelant que le gouvernement coréen dispose depuis longtemps d’un ministère de la mer et de la pêche, il a souligné la priorité que constitue l’exploitation durable des ressources halieutiques pour son pays.

Sur le sujet maritime, le port de Busan se plaçant au deuxième rang mondial pour le trafic de transconteneurs, son rôle majeur dans les enjeux maritime de la région permettrait à la ville de mettre ces enjeux au premier plan des thèmes retenus pour l’exposition universelle de 2030, si elle était choisie pour l’accueillir.

En réponse à une question de M. Jean-Claude Tissot concernant la coopération franco-coréenne sur le développement des batteries, S.E. M. Dae Jong YOO a indiqué qu’elle portait préférentiellement sur le secteur de l’hydrogène. Ainsi, un consortium sur les camions à hydrogène a vu le jour en Suisse, rassemblant des entreprises coréennes et l’entreprise française Air Liquide, qui est par ailleurs devenue actionnaire du projet d’installation de recharges à hydrogène en Corée du Sud.

Si la France, et plus globalement l’Europe de l’Ouest, offre d’intéressantes opportunités pour les investisseurs coréens dans le développement de la production de batteries, un travail et un dialogue restent à entreprendre pour faciliter l’entrée des grandes entreprises coréennes sur le marché et territoire français.

Mme Catherine Dumas, présidente, a conclu en proposant que ces problématiques soient abordées plus précisément à l’occasion du déplacement à venir du groupe d’amitié en Corée du Sud, et a remercié l’Ambassadeur de sa venue.

 

S.E. M. Dae Jong YOO remettant à Mme Catherine DUMAS un courrier d’invitation
 du président du groupe

Contact(s) :

  • M. Maxime REVERSAT
    01.42.34.37.95 – Courriel : m.reversat@senat.fr