Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU 28 MAI 2001


La candidature de Chypre à l’Union européenne

Lors de sa réunion du mercredi 23 mai 2001, la délégation du Sénat pour l’Union européenne a adopté le rapport d’information de M. Louis LE PENSEC relatif à la candidature de Chypre à l’Union européenne.

Chypre a entamé les négociations d’adhésion en mars 1998 en même temps que cinq pays d’Europe centrale et orientale. Depuis lors, vingt-neuf chapitres de négociations ont été ouverts et vingt-et-un clos, ce qui place Chypre en tête des pays candidats pour le nombre de chapitres de négociations clos.

Outre les secteurs de l’agriculture, de l’environnement et des établissements financiers, M. Louis LE PENSEC, qui a été Vice-Président de la mission d’information du Sénat sur le naufrage du navire " Erika ", a porté une attention particulière aux négociations dans le secteur du transport maritime. La taille de la flotte chypriote – la sixième au monde – et son image, souvent mauvaise, l’ont amené à s’informer sur la mise en œuvre de la nouvelle politique de ce pays, plus rigoureuse et plus sélective. Même si le chapitre Transports a été provisoirement clos le 17 mai dernier, la délégation du Sénat a souligné la nécessaire vigilance vis-à-vis de l’application par les pays candidats concernés des futures directives européennes renforçant la sécurité maritime.

En conclusion, il ressort de la mission que M. Louis LE PENSEC a effectuée sur place, des différents entretiens qu’il a eus avec toutes les autorités politiques, tant au nord qu’au sud, et des différentes consultations qu’il a menées, que Chypre respecte les critères définis lors du Conseil européen de Copenhague en 1993 relatifs à la démocratie, aux droits de l’homme et à l’existence d’une économie de marché viable. Il est cependant à déplorer que l’examen de la reprise de l’acquis communautaire ne s’effectue, en raison de sa partition, que pour la partie sud de l’île, soit 63% du territoire et 76% de la population. En conséquence, le rapport soutient la perspective de l’adhésion de Chypre à l’Union européenne qui doit bénéficier à l’ensemble de sa population et de son territoire, et pour laquelle de nombreux efforts ont d’ores et déjà été réalisés.