Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU 25 JANVIER 2002


« Vénus hottentote »

Réunie sous la présidence de M. Xavier Darcos, vice-président, la commission des affaires culturelles a adopté, mercredi 23 janvier, sur le rapport de M. Philippe Richert (UC, Bas‑Rhin), la proposition de loi relative à la restitution à l'Afrique du Sud par la France de la dépouille mortelle de Saartjie Baartman déposée par M. Nicolas About.

  Arrachée à son pays natal, Saartjie Baartman fut exhibée de manière sordide à Londres puis en France, où elle éveilla l'intérêt du Muséum national d'histoire naturelle qui, à sa mort en 1815, réclama son corps. Figurent encore dans les collections de cette institution son squelette et le moulage en plâtre de sa dépouille mortelle, qui ont été exposés jusqu'en 1976 au Musée de l'Homme.

  M. Philippe Richert a regretté que jusqu'à présent, le gouvernement ait formulé des réponses attentistes, avançant des interprétations juridiques au demeurant contradictoires, mais également l'absence de démarche officielle des autorités sud-africaines.

  Le rapporteur a observé, d'une part, que ces interprétations, également contestables, ne s'opposaient pas à une restitution et, d'autre part, que le gouvernement sud-africain continuait officiellement à réclamer la restitution des restes de Saartjie Baartman.

  Il a estimé qu'en ces circonstances, s'il était regrettable qu'il faille une loi, le Sénat était fondé à intervenir pour trouver une issue digne à une affaire qui n'avait que trop duré et qui mettait en lumière de graves lacunes dans la gestion des collections du Muséum national d'histoire naturelle.

  La commission a, par ailleurs, souligné la légitimité de la demande de l'Afrique du Sud et la nécessité d'y répondre favorablement compte tenu de l'indignité du sort qui avait été réservé à Saartjie Baartman.

   En conséquence, la commission a adopté des conclusions visant à sortir des collections du Muséum les restes de la dépouille mortelle de Saartjie Baartman et à transférer leur propriété à l'Afrique du Sud.

  Ces conclusions seront examinées en séance publique le 29 janvier.