Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU 5 MARS 2003


 

 

Audition du directeur général du Muséum d'histoire naturelle
et visite du chantier des collections du futur musée du Quai Branly

 Alors que seront fermées d'ici la fin du mois de mars les galeries du Musée de l'homme, la commission des affaires culturelles du Sénat, présidée par M. Jacques Valade (UMP - Gironde), a entendu, mardi 4 mars 2003, M. Bertrand‑Pierre Galey, directeur général du Muséum. Cette audition a permis aux commissaires d'évoquer les difficultés auxquelles est confronté le Muséum pour assurer la conservation et la diffusion de ses collections, d'une richesse exceptionnelle, mais qui souffrent du grand état de délabrement des bâtiments et du manque de moyens budgétaires. En outre, ont été évoqués les projets de rénovation du Musée de l'homme qui, à l'avenir, a vocation à répondre à l'intérêt grandissant de la société pour l'histoire de l'homme dans son environnement.

La commission a par ailleurs visité, mercredi 5 mars 2003, le chantier des collections du futur Musée du Quai Branly, en la présence de son président, M. Stéphane Martin.

Ce musée, qui ouvrira en 2005, regroupera les collections du Musée des arts africains et océaniens et du laboratoire d'ethnologie du Musée de l'homme (soit 300 000 pièces). A l'occasion de la création de ce musée, une opération de recensement et de numérisation de l'ensemble des collections, dont la plupart des objets n'étaient pas encore à ce jour inventoriés a été engagée.

Composé d'un espace de présentation permanent, le musée fonctionnera autour de nombreuses expositions temporaires organisées à partir des collections conservées dans les réserves, qui, par ailleurs, présenteront la particularité d'être ouvertes aux chercheurs.

Face aux inquiétudes que suscite la fermeture du Musée de l'homme, la commission considère que l'ouverture du Musée du quai Branly contribuera de manière déterminante à la maîtrise scientifique des collections, dont bénéficiera la communauté scientifique, et à leur mise en valeur dans l'intérêt du public.