Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Communiqué du 18 juin 2004


Pour Hubert Haenel, sénateur, président de la délégation pour l'Union européenne, ancien membre de la Convention sur l'avenir de l'Europe,

« L'esprit des travaux de la Convention et l'essentiel de ses résultats
 sont préservés »

 

L'accord sur la Constitution est un tournant dans la construction européenne. L'Union disposera enfin d'une loi fondamentale lisible, cohérente, précisant les responsabilités de chacun. Des institutions plus efficaces et plus légitimes permettront de répondre aux défis de l'élargissement de l'Union en évitant la paralysie.

Certes, le compromis final apparaît sur quelques points - notamment le champ du vote à la majorité qualifiée - un peu en retrait des travaux de la Convention. Mais sur d'autres points (clause sociale générale, exception culturelle, coopérations renforcées en matière judiciaire), des améliorations sont apportées. Et globalement, l'esprit des travaux de la Convention et l'essentiel de ses résultats sont préservés.

L'Union aura désormais les moyens de développer son rôle dans les domaines où les attentes des citoyens sont les plus fortes : politique étrangère et défense, lutte contre la criminalité, gouvernance économique et sociale.

Les élections du 13 juin ont montré la nécessité de réconcilier les citoyens avec la construction européenne. La Constitution peut être l'instrument de cette réconciliation. Tous les partisans de l'Europe doivent se rassembler autour d'elle et engager un grand effort pour expliquer et convaincre.

Hiubert Haenel, conseiller d'Etat, sénateur, a succédé à Michel Barnier comme président de la délégation du Sénat pour l'Union européenne en 1999, il a été membre des deux conventions sur la Charte des droits fondamentaux et le projet de Constitution européenne. Il est l'auteur d'un ouvrage récent « Enraciner, l'Europe ».

 

Pour joindre Hubert Haenel pour toute interview : 06 08 41 00 05