Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Communiqué du 19  octobre 2005



Alain GERARD, Sénateur du Finistère et Président du groupe interparlementaire France-Croatie, salue l'ouverture des négociations entre l'Union européenne et la Croatie : « La Croatie retrouve l'Europe dont elle n'aurait jamais dû être séparée ».

« La Croatie a accédé à l'indépendance en 1991 dans la difficulté. Quatorze ans plus tard, elle retrouve enfin pleinement et officiellement son identité européenne, trop longtemps et trop injustement occultée.

Nous assistons donc avec satisfaction à la reconnaissance officielle de la place de la Croatie en Europe. Cette reconnaissance est, à nos yeux, quelque chose de naturel et d'évident et nous regrettons que dans un premier temps l'Union européenne ait choisi de le différer.

La Croatie s'est relevée courageusement de l'épreuve de la guerre d'indépendance et des efforts de la reconstruction qui l'ont suivie. Puis elle a restauré la démocratie et elle a déjà connu l'alternance. Aujourd'hui, jouissant d'une remarquable situation géographique, d'une population homogène, d'une agriculture diversifiée, d'un excellent réseau de petites et moyennes entreprises, d'un bon système éducatif et d'un potentiel touristique enviable, elle apparaît comme un excellent candidat. Sans attendre l'ouverture des négociations avec l'Union européenne, la Croatie s'est transformée : elle s'est conformée aux exigences de l'Europe libre et elle a collaboré de manière satisfaisante avec la TPI pour régler les conséquences douloureuses de la guerre.

Nous sommes heureux que les efforts de la Croatie aient été reconnus et nous accueillons avec joie les Slaves de l'Adriatique, sans lesquels l'Europe n'aurait pas été totalement elle-même.»