Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Communiqué du 3 octobre 2006



LE SÉNAT DÉBAT DU RÔLE DE LA FRANCE DANS LA GESTION DES CRISES AFRICAINES

En réponse à une question orale de M. André Dulait (UMP, Deux-Sèvres), le Sénat débattra en séance publique le jeudi 5 octobre du rôle de la France dans la gestion des crises africaines, en présence du ministre des Affaires étrangères, de la ministre de la Défense et de la ministre déléguée à la coopération et à la francophonie.

La France, y compris dans le champ de ses partenariats historiques, n'entend plus être le « gendarme de l'Afrique », même si elle maintient une présence militaire importante sur le continent.

Depuis septembre 2002 et le développement de la crise ivoirienne, elle met en oeuvre un mode nouveau de règlement des crises associant l'engagement direct des troupes françaises, mais sous mandat de l'organisation des Nations unies, et l'appui aux organisations régionales.

L'enjeu est désormais de construire un partenariat sécuritaire à la fois légitime et efficace, dans un contexte politique africain de rejet global des interventions extérieures. L'ONU, l'Union africaine, l'Union européenne et les organisations sous-régionales africaines doivent trouver leur place dans le dispositif.

La Commission des Affaires étrangères et de la Défense du Sénat, dans le rapport d'information n° 450 (2005-2006) présenté au printemps dernier par MM. André Dulait, Didier Boulaud, Yves Pozzo di Borgo et Robert Hue, a souhaité approfondir cette évolution dans les modes de gestion des crises, la place que peut y prendre la France, et apprécier dans quelle mesure l'aspiration des africains à prendre en charge la sécurité du continent pouvait rencontrer celle de la France à y tenir un rôle nouveau.

Possibilité de suivre le débat jeudi en direct de l'hémicycle à partir de 9h30
Possibilité de consulter a posteriori le compte-rendu des débats

Contact presse : Bruno LEHNISCH 01 42 34 25 93 ou 25 13
b.lehnisch@senat.fr