Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Communiqué du 14 juin 2007



Réaction de M. Adrien GOUTEYRON, président du groupe
d'amitié France-Liban à l'assassinat de M. Walid EIDO

Je tiens au nom du groupe interparlementaire France-Liban, comme en mon nom propre, et au-delà -j'en suis persuadé- au nom de tous ceux qui aiment sincèrement le Liban et son peuple, à exprimer tous mon effroi et ma douleur à la suite de l'attentat ignoble et lâche qui a touché le cœur de Beyrouth ce mercredi 13 juin.

Une nouvelle fois les ennemis du Liban, d'un Liban martyrisé, se sont attaqués à ce pays qui nous est cher en faisant couler le sang de ceux qui luttent pour sa liberté au moment même où vient d'être décidé la mise en place du tribunal international.

Je suis bouleversé à l'annonce de ce que le Président de la République française, M. Nicolas SARKOZY, a qualifié d' « atroce assassinat ».

Parmi les dix victimes et les nombreux blessés de cet attentat nous déplorons la perte d'un ami cher de la France et du Sénat, le Député Walid EIDO, qui a succombé avec son fils à cet odieuse attaque. Walid EIDO, Président de la Commission de la Défense nationale, de l'Intérieur et des Municipalités et Membre de la Commission de l'Administration et de la Justice, était député membre du Parti du Courant du Futur et luttait pour la pleine indépendance de son pays. Nous avons eu la chance de le rencontrer à plusieurs reprises lors d'un déplacement effectué en février 2006, et au Sénat, en particulier lorsqu'il conduisait plusieurs délégations parlementaires pluralistes, en février 2003 et mars 2006.

Je ne peux m'empêcher de penser, avec une grande émotion, à ce moment particulièrement fort de février 2006 où présent à Beyrouth, je conduisais une délégation de Sénateurs, un an jour après jour après l'assassinat de Rafic HARIRI et de beaucoup d'autres, c'est lui, Walid EIDO, qui nous avait accueillis et conduits sur leur tombe.

Je veux exprimer ici aux familles de toutes les victimes mes très sincères condoléances et ma peine profonde.

Je souhaite appeler l'ensemble des acteurs politiques libanais à la responsabilité et à sortir au plus vite de l'impasse dans laquelle, depuis plusieurs mois, semble se plonger le Liban. Je veux souligner, de façon la plus forte qui soit et dans la droite ligne de ce qui est exprimé par la communauté internationale que ces crimes ne pourront rester impunis.

L'engagement sans faille de la Communauté internationale réaffirmé par la constitution du tribunal à caractère international ne doit pas laisser de doute à ceux qui ont participé, aidé ou encouragé de tels actes sur le fait qu'ils auront à en répondre.

Je souhaite enfin rappeler au peuple libanais de ne pas céder à la colère mais de démontrer, par sa solidarité, que rien ne pourra entraver la marche pour l'unité et l'indépendance du Liban. Ne serait-ce que pour toutes ces nombreuses victimes dont le martyr ne saurait avoir été vain.

 

Contact presse :
Pierre-Henry Godshian 
téléphone : 33 (0)1 42 34 37 31 - télécopie : 33 (0)1 42 34 27 99