Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Communiqué du 18 juillet 2007



Rapport annuel de la délégation du sénat aux droits des femmes
Quelle place pour les femmes dans les médias ?

La délégation du Sénat aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes, présidée par Mme Gisèle Gautier (UMP, Loire-Atlantique), a rendu public son rapport d'activité 2006-2007, consacré au thème : « Femmes et hommes dans les médias ».

Les réflexions de la délégation sur ce thème s'articulent selon deux axes.

I - D'une part, en dépit de l'existence d'un encadrement juridique précis et d'un système d'autorégulation des professionnels mis en place par le Bureau de vérification de la publicité (BVP), des dérives subsistent dans l'utilisation de l'image de la femme dans la publicité, avec des atteintes persistantes à la dignité de la personne humaine et des représentations souvent stéréotypées.
Le contrôle du BVP est loin d'être exhaustif et son efficacité est variable selon le type de média concerné. Certaines campagnes publicitaires, réalisées par les marques elles-mêmes, sans passer par des agences, échappent au système d'autorégulation.

Les lacunes du contrôle, en particulier en matière d'affichage, laissent subsister beaucoup de publicités choquantes et dévalorisantes pour la femme, notamment dans le cadre du phénomène dit du « porno chic ».

En outre, le culte de la minceur excessive diffusé par la publicité et les médias entraîne une banalisation des comportements anorexiques qui ne va pas sans risques pour les mannequins et pose, plus généralement, un problème de santé publique.

II - D'autre part, les femmes sont peu nombreuses aux postes de responsabilité dans les professions des médias et le phénomène du « plafond de verre » joue à fond dans ce secteur, même s'il existe bien quelques présentatrices vedettes de la télévision.

L'étude des organigrammes des principaux médias français réalisée par la délégation fait apparaître une proportion de femmes inférieure à 10 % dans les postes de direction « stratégiques ».
Cette situation, exceptionnelle en Europe, met en évidence la singularité du retard français dans ce domaine. De plus, les femmes sont souvent cantonnées dans des spécialités moins prestigieuses que celles des hommes, ainsi que dans des médias moins convoités.

En même temps, les femmes n'occupent qu'une part limitée dans le contenu de l'information : d'après une enquête réalisée par l'Association des femmes journalistes, la proportion de femmes parmi les personnes mentionnées dans la presse n'est que de 17 % en 2006.

 

La délégation propose quelques mesures susceptibles d'améliorer cette situation, sous la forme des sept recommandations suivantes :

I - EN CE QUI CONCERNE L'UTILISATION DE L'IMAGE DE LA FEMME DANS LES MÉDIAS ET LA PUBLICITÉ
1. Renforcer l'efficacité du contrôle du Bureau de vérification de la publicité (BVP) à l'encontre des publicités attentatoires à l'image de la femme :
- étendre l'obligation de consultation préalable du BVP, déjà prévue pour les publicités télévisées, aux campagnes publicitaires nationales d'affichage ;
- recommander aux agences de publicité de demander un conseil préalable au BVP avant toute campagne publicitaire susceptible de poser des problèmes déontologiques.

2. Imposer à l'ensemble des marques, y compris celles qui réalisent leurs propres campagnes sans passer par les agences de publicité, d'adhérer aux règles déontologiques et au système d'autorégulation mis en place par le BVP.

3. Accroître les moyens d'action des associations de défense des droits des femmes en matière de lutte contre la publicité sexiste :
- élargir à ces associations la composition de la commission de concertation qui réunit des représentants des consommateurs et des professionnels de la publicité auprès du BVP ;
- permettre à ces associations de demander au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) d'engager la procédure de mise en demeure prévue à l'encontre des éditeurs et distributeurs de services de radio ou de télévision ne respectant pas leurs obligations.

4. Dans un souci de protection de la santé publique et de prévention de l'anorexie, établir une Charte du mannequinat, prévoyant notamment l'interdiction de participer aux défilés de mode pour les mannequins dont l'indice de masse corporelle est inférieur à un seuil défini par des experts médicaux.

II - EN CE QUI CONCERNE LA PLACE DES FEMMES DANS LES PROFESSIONS DES MÉDIAS ET LE CONTENU DE L'INFORMATION
5. Réaliser des statistiques officielles détaillées sur la présence des femmes au sein des professions des médias, particulièrement au niveau des postes de responsabilité.

6. Mettre en place, dans le cadre de la formation dispensée dans les écoles de journalisme, un module d'enseignement consacré à la question d'une représentation équilibrée des femmes et des hommes dans les médias.

7. Prévoir dans les programmes scolaires une sensibilisation aux stéréotypes véhiculés par les médias sur les rôles respectifs des femmes et des hommes.

Le rapport d'information n° 375 (2006-2007) est disponible sur Internet :
www.senat.fr/noticerap/2006/r06-375-notice.htm

Contact presse : Ali Si Mohamed 01.42.34.25.11 ou 25.13 a.si-mohamed@senat.fr