Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Communiqué du 25 septembre 2007



Diversité sociale et égalité des chances dans la composition
des classes préparatoires aux grandes écoles :
mettre fin à une forme de « délit d’initié »
 

La mission d’information de la commission des affaires culturelles du Sénat
a présenté à la presse ses propositions

MM. Jacques Legendre (UMP – Nord) et Yannick Bodin (PS – Seine-et-Marne), respectivement président et rapporteur de la mission d’information sénatoriale sur la diversité sociale et l’égalité des chances dans la composition des classes préparatoires aux grandes écoles, ont présenté les conclusions et propositions de cette mission à la presse ce matin. Ce rapport avait été adopté à l’unanimité par la commission des affaires culturelles du Sénat, présidée par M. Jacques Valade (UMP – Gironde), le 12 septembre dernier. En voici les principales propositions :

I. Lever l’autocensure : aider les jeunes à oser les classes préparatoires

Proposition n° 1 – Améliorer l’information des élèves et des familles sur l’ « éventail des possibles » :

diffuser, auprès des collégiens et de leurs parents, une plaquette présentant de façon synthétique les différentes filières de formation ;

consacrer l’heure de « vie de classe » en seconde et en première à une présentation des possibilités de poursuites d’études après le baccalauréat ;

généraliser le portail unique d’accès à l’enseignement supérieur.

•  Proposition n° 2 – Remédier aux défaillances du système d’orientation des élèves :

- mobiliser les services d’orientation et les sensibiliser à la réalité et à la diversité des classes préparatoires ;

inscrire l’aide à l’orientation au titre des missions des professeurs de collège et de lycée et l’intégrer à leur formation ;

dédier le conseil de classe du deuxième trimestre de terminale à l’orientation.

•  Proposition n° 3 – Démystifier les classes préparatoires :

- développer les contacts directs entre professeurs de lycée et de classe préparatoire, et entre élèves et étudiants, dans le cadre de conventions entre établissements ;

- diffuser largement auprès des lycéens les informations relatives aux dossiers d’inscription en classe préparatoire ;

- mieux informer les lycéens des filières technologiques sur l’existence des classes préparatoires dont l’accès leur est réservé.

   

II. Encourager l’accès et le suivi des étudiants dans les classes préparatoires et les grandes écoles

•  Proposition n° 4 – Restaurer l’équité territoriale, notamment en faveur des zones rurales et des banlieues : revoir l’implantation de l’offre de CPGE dans un double souci d’équité territoriale et de mise en cohérence des différentes filières du premier cycle d’études supérieures (CPGE, STS, IUT, premiers cycles universitaires…).

•  Proposition n° 5 – Généraliser le tutorat :

- développer le tutorat, en l’étendant à tous les élèves volontaires dès la classe de seconde ;

mobiliser les équipes éducatives (en désignant un professeur référent), les cadres d’entreprises et les étudiants (en leur proposant une validation d’acquis sous la forme de crédits ECTS) ;

proposer à des jeunes en service civil volontaire de coordonner des activités de tutorat ;

- poursuivre l’accompagnement - notamment psychologique - des étudiants en CPGE et en grande école, et désigner pour chacun un tuteur référent, qui soit son « parrain ».

•  Proposition n° 6 – Lever les handicaps financiers :

réviser le système des bourses aux étudiants ;

décontingenter les bourses au mérite attribuées par l’Etat ;

amplifier les bourses d’entreprises ;

mettre en place une caution publique des prêts aux étudiants issus de familles modestes ;

moduler le montant des frais de scolarité dans les grandes écoles en fonction des revenus des familles.

•  Proposition n° 7 – Remédier à la pénurie d’offre de logements étudiants :

multiplier les internats, afin qu’à terme chaque lycée ayant des CPGE dispose d’une offre d’internat ;

- ouvrir les internats les fins de semaine et pendant les « petites » vacances ;

généraliser les partenariats avec les CROUS en vue de favoriser les mutualisations d’équipements en logements étudiants.

 

III. Multiplier, mieux coordonner et évaluer les expérimentations

•  Proposition n° 8 – Mobiliser les rectorats :

faire des recteurs les garants de la cohérence des actions menées sur leur territoire, le cas échéant en prenant appui sur une commission de régulation mise en place au niveau académique ;

- proposer aux établissements d’enseignement supérieur souhaitant s’engager dans des initiatives en faveur de l’égalité des chances un cadre d’accompagnement pour monter des projets et mobiliser des financements.

•  Proposition n° 9 – Evaluer et valoriser les expérimentations :

mesurer les progrès accomplis en développant des outils statistiques au niveau national et académique, avec notamment un indice sur le nombre d’élèves envoyés en classes préparatoires par lycée ;

assurer le suivi du cursus dans l’enseignement supérieur des élèves ayant bénéficié d’une action de tutorat ;

compléter les indicateurs de performance de la mission « Recherche et enseignement supérieur » du budget de l’Etat, par la mesure de l’évolution de la représentation des origines socioprofessionnelles des étudiants dans les classes préparatoires ;

- procéder à une évaluation globale des actions mises en œuvre, identifier et mutualiser les bonnes pratiques en diffusant une « boîte à outils » aux réseaux d’étudiants-tuteurs.



IV. Prolonger la réflexion…

•  Proposition n° 10 – Valoriser les synergies entre la filière classes préparatoires-grandes écoles et les autres voies de formation du premier cycle d’études supérieures.

•  Proposition n° 11 – Conduire une réflexion sur les modalités de notation et d’évaluation des élèves de classes préparatoires.

•  Proposition n° 12 – Rendre plus lisible et plus cohérente l’offre de formation en classe préparatoire : Engager une réflexion sur les possibilités d’aboutir à une organisation plus lisible et plus cohérente de l’offre de formation, en première année notamment.

Contact presse : Astrid Poissonnier 01 42 34 22 90 a.poissonnier@senat.fr


Le rapport en ligne et sa synthèse : www.senat.fr/noticerap/2006/r06-441-notice.html