Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Communiqué du 21 mars 2008



Lutte contre l'épidémie de fièvre catarrhale ovine

la question débattue au Sénat

Question orale avec débat le mercredi 26 mars 2008 à au Sénat

Suite au rapport d'information sur l'avenir de la filière ovine en France*, M. Gérard Bailly (UMP - Jura) interrogera M. Michel Barnier, ministre de l'agriculture et de la pêche sur les moyens mis en œuvre pour lutter contre l'épidémie de fièvre catarrhale ovine.

L'ensemble des groupes politiques s'exprimera au cours du débat qui suivra.

Vous pourrez suivre les débats en direct sur le site du Sénat : www.senat.fr/direct/index.html

Texte de la question orale avec débat posée par M. Gérard Bailly (UMP - Jura)

M. Gérard Bailly interroge M. le ministre de l'agriculture et de la pêche sur les moyens mis en oeuvre pour lutter contre l'épidémie de fièvre catarrhale ovine (FCO), aussi appelée maladie de la langue bleue, qui, depuis la fin de l'été, affecte l'Europe du nord-ouest et singulièrement la France. Brutalement apparue sous nos latitudes pour la première fois en août 2006, cette maladie vectorielle a connu un nouvel essor, particulièrement virulent, à partir de juillet 2007, touchant de plein fouet les éleveurs d'ovins et de bovins dans une zone géographique désormais très étendue puisqu'elle concerne presque toute l'Allemagne, les États du Benelux, la Suisse et une partie du Royaume-Uni, du Danemark, de la République tchèque ainsi que de la France. Dans notre pays, en effet, ce ne sont pas moins de cinquante départements qui sont désormais situés dans la zone dite "réglementée", dont les mouvements de sortie du bétail sont normalement interdits. Les éleveurs et professionnels de la filière sont ainsi confrontés à une situation sanitaire et économique très critique, leur cheptel subissant une morbidité et une mortalité élevées et leur activité des charges financières et des pertes particulièrement pénalisantes. Dans ce contexte de crise, il souhaiterait connaître l'état actuel de la diffusion de la maladie et le nombre d'élevages et de têtes de bétail touchés en France, l'estimation des conséquences économiques à en attendre, notamment à l'exportation, les mesures de protection sanitaire adoptées pour lutter contre l'épidémie et celles envisagées pour prévenir la reprise de l'activité vectorielle l'an prochain, et, enfin, les dispositifs de soutien économique mis en oeuvre cet automne au niveau national comme au plan communautaire, et ceux susceptibles d'être décidés en 2008. En outre, il s'interroge sur l'organisation et les moyens qu'il conviendrait de prévoir, associant les États membres, l'Union européenne et les structures professionnelles, pour anticiper ce type de crise sanitaire de grande ampleur dont, à l'avenir, les risques de multiplication, vraisemblablement liés à la globalisation et au réchauffement climatique, ne peuvent pas être écartés.

* Rapport de M. Gérard Bailly (UMP - Jura) et de M. François Fortassin (RDSE - Hautes-Pyrénées) disponible sur le site du Sénat : (www.senat.fr/noticerap/2007/r07-168-notice.html),

Contact presse : Ali Si Mohamed    01 42 34 25 11   a.si-mohamed@senat.fr