Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Communiqué du 25 juin 2008



Rapport annuel de la délégation du sénat aux droits des femmes
Orientation et insertion professionnelle :
Vers un rééquilibrage entre femmes et hommes dans tous les métiers

  La délégation du Sénat aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, présidée par Mme Gisèle Gautier (UMP, Loire-Atlantique), a rendu public son rapport d’activité 2007-2008, consacré au thème de l’orientation et de l’insertion professionnelle, sous l’angle d’un nécessaire rééquilibrage entre femmes et hommes dans l’ensemble des métiers.

  Les réflexions de la délégation sur ce thème s’articulent autour des trois axes suivants :

– la réussite scolaire des femmes n’a pas encore eu raison de leur ségrégation professionnelle ;
– la contribution du système éducatif à l’égalité passe par une révision du système d’orientation et une complémentarité de tous les acteurs ;
– freinée par un déficit d’information, l’insertion professionnelle des femmes dans des métiers considérés traditionnellement comme masculins doit être facilitée.

 Les principales recommandations adoptées par la délégation pour favoriser une plus grande mixité professionnelle dans tous les secteurs d’activité sont les suivantes :

 - Créer des internats destinés aux filles afin de combler le retard par rapport aux internats de garçons, en particulier dans les lycées comprenant des classes préparatoires aux grandes écoles et dans les établissements offrant des formations dans les filières scientifiques et techniques ;
- Lutter contre les représentations stéréotypées des rôles respectifs des femmes et des hommes dans les livres pour enfants et les manuels scolaires ;
- Encourager la féminisation des noms de métiers et appellations professionnelles ;
- Axer l’orientation sur l’élaboration d’un véritable projet professionnel, en évitant une orientation par défaut basée exclusivement sur les résultats scolaires, ou sur le sexe de l’élève ;
- Revoir le recrutement et la formation des conseillers d’orientation-psychologues, en s’interrogeant sur l’adéquation entre une formation axée sur la psychologie et la perception des réalités du marché de l’emploi ;
- Encourager le rôle des enseignants en matière d’orientation et inclure dans leur cursus de formation des modules consacrés à la mixité professionnelle, en s’inspirant des modules déjà mis en place dans certains instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) ;
 - Mieux associer les parents d’élèves à l’orientation, en partenariat avec les conseillers d’orientation et en présence des enfants, et développer l’aide à la parentalité ;
- Intégrer la problématique de l’égalité et du respect mutuel entre les sexes dans les programmes d’éducation civique et garantir la mixité dans toutes les activités d’éducation et d’enseignement ;
- Introduire dans les contrats d’objectifs entre les établissements scolaires, d’une part et le rectorat, d’autre part, la fixation d’obligations de moyens en matière d’information sur les métiers et sur l’emploi ;
- Généraliser à tous les enseignants l’obligation d’effectuer des stages en entreprise au cours de leur formation initiale et continue ;
- Rendre obligatoires les stages d’immersion des collégiens en entreprise, en prévoyant un bref compte rendu de stage, et généraliser l’option de découverte professionnelle de trois heures hebdomadaires en classe de troisième ;
- Organiser régulièrement dans les écoles des témoignages d’adultes (chefs d’entreprise, anciens élèves, parents d’élèves) sur leur expérience professionnelle ;
-  Multiplier les journées d’information sur les métiers à l’intention des élèves et étudiants (Forums de découverte des métiers, Salons de l’étudiant, Journées portes ouvertes…) ;
- Faciliter l’accès des femmes à la formation professionnelle continue, ainsi qu’à la validation des acquis de l’expérience (VAE) ;
- Favoriser la mise en place d’un accompagnement personnalisé des jeunes femmes au cours de leur formation et de leur insertion professionnelle dans des métiers considérés traditionnellement comme masculins, par exemple grâce à des actions de tutorat ou de « marrainage » ;
- Encourager le développement de réseaux interprofessionnels de femmes ;
- Etendre l’application des statuts de conjoint collaborateur, conjoint salarié et conjoint associé de travailleur indépendant aux partenaires d’un pacte civil de solidarité (PACS) ;
- Développer l’offre de modes de garde d’enfants diversifiés (crèches publiques, crèches d’entreprise, crèches parentales …) ;
- Mettre en place un mécanisme financier d’aide au remplacement des salariées en congé de maternité dans les petites et moyennes entreprises (PME).

 Le rapport d’information n° 404 (2007-2008) est disponible sur Internet :

www.senat.fr/noticerap/2007/r07-404-notice.html

 
Contact presse : Sophie de Maistre : 01 42 34 36 39  s.demaistre@senat.fr