Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Communiqué du 11 juillet 2008



Territoires palestiniens : L'asphyxie

Une délégation du groupe d'amitié France - Territoires Palestiniens, conduite par sa présidente Mme Monique Cerisier-ben Guiga (SOC - Français de l'étranger), et composée de Mme Bernadette Dupont (app. UMP -Yvelines), Mme Josette Durrieu (SOC - Hautes-Pyrénées), M. Bernard Fournier (UMP - Loire) et M. Charles Gautier (SOC - Loire-Atlantique) s'est rendue en Israël et dans les Territoires Palestiniens, du 5 au 10 juillet 2008, afin d'évaluer la situation sur le terrain au regard de l'objectif de parvenir à un accord de paix avant la fin de l'année 2008. Cette visite a été marquée par de nombreux entretiens politiques et des visites de terrain, y compris dans la bande de Gaza.

Les membres de la délégation ont été frappés par la très nette dégradation des conditions de vie, en matière de circulation, d'activité économique, et de situation sociale et sanitaire des populations vivant dans les Territoires palestiniens. En particulier, dans la bande de Gaza, l'asphyxie de l'activité économique due au blocus israélien précipite la population dans la pénurie alimentaire et la dégradation sanitaire.  

Le contraste est saisissant entre les négociations en cours et la situation sur le terrain. Le morcellement des Territoires palestiniens résultant de l'augmentation des entraves à la libre circulation des personnes et des marchandises, de l'amplification de la construction des colonies, notamment autour de Jérusalem-Est, ainsi que les incursions répétées de l'armée israélienne dans les zones sous contrôle de l'Autorité palestinienne, délégitiment celle-ci aux yeux de la population.

Face à cette situation, les membres de la délégation appellent l'Union européenne et, en particulier, la présidence française de l'Union européenne et à la veille du Sommet de l'Union pour la Méditerranée , à faire respecter les engagements d'Annapolis. La délégation appelle aussi les pays arabes à relancer le plan de paix proposé à Beyrouth en 2002. Elle leur demande de participer au financement de l'UNWRA, dont dépend aujourd'hui la simple survie du peuple palestinien et de sa civilisation.

Sans réelle amélioration des conditions de vie des Palestiniens vivant dans leur territoire sous occupation militaire israélienne, tout espoir de parvenir à un accord de paix durable entre les deux parties est vain.

Contact presse : Ali Si Mohamed   01 42 34 25 11   a.si-mohamed@senat.fr