Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Communiqué du 8 septembre 2010

La délégation aux droits des femmes du Sénat, procède le 13 septembre prochain à une matinée d’auditions sur la représentation équilibrée des femmes au sein des conseils d’administration des entreprises

 

La délégation aux droits des femmes du Sénat, présidée par Mme Michèle André (soc., Puy-de-Dôme), organise une table ronde au Sénat, le lundi 13 septembre 2010, de 9 h 30 à 13 heures, en salle Médicis, en vue de l’examen conjoint en séance publique des deux propositions de loi relatives à la représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d’administration, pour lesquelles Mme Joëlle Garriaud-Maylam (UMP, Français établis hors de France) a été désignée rapporteure par la délégation.

Ces auditions permettront d’entendre des experts, des femmes chefs d’entreprise et des personnalités qualifiées.

Mme Anne-Marie Idrac, secrétaire d’État chargée du commerce extérieur, auprès de la ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi, et Mme Marie-Ange Debon, Secrétaire générale de Suez Environnement et présidente de la commission « droit de l’entreprise » du Mouvement des entreprises de France (MEDEF) réagiront à la présentation des dernières statistiques sur la place des femmes administrateurs dans les sociétés françaises cotées sur Euronex Paris.

Un panel d’experts, parmi lesquels Mme Brigitte Grésy, inspectrice générale des affaires sociales, des avocats et de nombreuses femmes chefs d’entreprises apporteront ensuite un éclairage sur les points techniques en discussion, à savoir le périmètre d’application de la loi, le caractère réaliste de l’objectif fixé à 40 % de femmes dans les 6 ans suivant la date de publication de la loi, la proportionnalité des sanctions et le préalable de la limitation du cumul des mandats d’administrateur au sein des instances de direction.

 

Contact presse : Sophie de Maistre ' 01.42.34.36.39 s.demaistre@senat.fr

La délégation aux droits des femmes étudiera également les effets des expériences étrangères afin d’adapter au mieux le dispositif proposé.