Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Communiqué du 12 octobre 2010

Retraite sans décote à 65 ans : les amendements gouvernementaux adoptés par le Sénat restent bien en-deçà des recommandations de la délégation aux droits des femmes

Le Gouvernement vient de faire adopter par le Sénat deux amendements relatifs au maintien à 65 ans pour certaines personnes de l’âge de la retraite à taux plein. Mais ceux-ci se situent très en-deçà des recommandations formulées par la délégation aux droits des femmes et sa rapporteure, Mme Jacqueline Panis (ratt. UMP, Meurthe-et-Moselle).

Alors que la délégation aux droits des femmes avait proposé de maintenir à 65 ans l’âge de la retraite à taux plein pour l’ensemble des personnes ayant interrompu leur activité professionnelle pour élever leurs enfants ou pour s’occuper d’un membre de leur famille handicapé, dépendant ou malade, les amendements gouvernementaux en limitent le bénéfice, outre aux parents d’enfants handicapés, aux seules personnes nées entre 1951 et 1955 qui ont élevé trois enfants et interrompu ou réduit leur carrière pour les éduquer.

Ces aménagements, limités aux seules personnes nées entre juillet 1951 et décembre 1955, soit une période de 4 ans ½, et ayant élevé trois enfants, ne sont pas à la mesure des inégalités chroniques qui affectent les retraites des femmes : il faut en effet rappeler que celles-ci ne représentent en moyenne que 62 % des retraites des hommes et qu’elles sont souvent très faibles puisqu’aujourd’hui les femmes représentent 70 % des bénéficiaires du minimum contributif.

Mme Michèle André (soc., Puy-de-Dôme), présidente, regrette que, malgré le vote positif des vice-présidentes de la délégation, de la majorité comme Mme Jacqueline Panis (ratt. UMP, Meurthe-et-Moselle), et Mme Catherine Morin-Desailly (UC, Seine-Maritime) et de l’opposition, comme Mme Françoise Laborde (RDSE, Haute-Garonne) et Mme Odette Terrade (CRC, Val-de-Marne) ainsi que de l’ensemble des membres des groupes CRC, socialiste, RDSE, n’ait pu être adopté le sous-amendement déposé par la rapporteure de la délégation aux droits des femmes qui proposait de rapprocher l’amendement gouvernemental de la recommandation formulée par la délégation.

Ce soir, avec ce vote, s’est joué le sort de beaucoup de femmes qui devront travailler deux ans de plus pour une retraite à taux plein.

 

Contact presse : Sophie de Maistre ' 01.42.34.36.39 s.demaistre@senat.fr