Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Jean-Pierre Bel, Président du Sénat, et Claude Domeizel, président du groupe d'amitié France-Algérie du Sénat, demandent une reconnaissance officielle de la tragédie du 17 octobre 1961 à Paris.


Lundi 17 octobre 2011

Cinquante ans après la répression tragique de la manifestation pacifique du 17 octobre 1961 dans les rues de Paris, Jean-Pierre Bel, président du Sénat, et Claude Domeizel, président du groupe interparlementaire d’amitié France-Algérie, rendent hommage aux victimes oubliées du 17 octobre 1961, souhaitent que soient reconnus officiellement les crimes commis et s’associent aux différentes manifestations organisées en vue de commémorer cette triste page de l’histoire de France.

Contact(s) presse :