Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Implants PIP : la Présidente de la commission des affaires sociales regrette le caractère précipité de la demande d’investigation parlementaire formulée par Chantal Jouanno


mercredi 4 janvier 2012

   Saisie hier matin d’une demande de création de mission d’information sur l’affaire des implants mammaires PIP par la sénatrice Chantal Jouanno (UMP-Paris), la présidente Annie David (CRC - Isère) s’étonne du caractère précipité de cette démarche engagée publiquement, la suspension des travaux parlementaires jusqu'au 9 janvier prochain interdisant toute concertation préalable interne. Ne peut-on craindre que cette initiative soit perçue comme relevant davantage d’une action de communication que d’une véritable préoccupation de sécurité sanitaire ?

   A son sens, une telle intervention aurait été plus justifiée une fois connu le résultat des expertises médicales en cours et des investigations sur le comportement éventuellement délictueux du fabriquant.

   Par ailleurs, elle rappelle qu’une loi de sécurité sanitaire vient d’être adoptée, voici quelques jours à peine, par le Parlement. Lors de son examen par le Sénat, la commission et son rapporteur, Bernard Cazeau (Soc - Dordogne), avaient à maintes reprises dénoncé l’insuffisance du cadre légal garantissant la sécurité des dispositifs médicaux implantables et demandé la remise rapide d’un rapport sur ce point par la Haute Autorité de santé. Or, les parlementaires issus de la majorité gouvernementale, dont Chantal Jouanno, se sont opposés aux mesures adoptées par le Sénat, rendant ainsi le dispositif d’ensemble moins opérationnel.

   Elle souligne enfin que la refonte du financement de la sécurité sanitaire préconisée par la mission sénatoriale d’information sur le Mediator, dont les conclusions avaient été adoptées à l’unanimité en juin 2011, est à ce jour restée sans suite de la part du Gouvernement.

   Pour autant, sensible au grave problème de santé publique qui concerne de nombreuses femmes, et notamment celles ayant eu recours à une reconstruction post-cancer, elle confirme que la demande de Chantal Jouanno sera soumise, dès la rentrée parlementaire, aux instances compétentes du Sénat qui comprennent des représentants de l'ensemble des groupes politiques.

Contact(s) presse :