Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Derniers chiffres du commerce électronique : Le plus spectaculaire reste à venir


Les derniers chiffres de la FEVAD[1] soulignent la vitalité exceptionnelle du commerce électronique, avec un chiffre d’affaires en progression de 22 % en 2011, pour approcher désormais 38 milliards d’euros, soit un triplement en 5 ans.

Cette croissance, toujours galopante en dépit de la crise, s’inscrit dans les projections du rapport de prospective (« Commerce électronique - L’irrésistible expansion ») que vient de publier Joël Bourdin (UMP, Eure), président de la Délégation à la prospective du Sénat.

Il anticipe ainsi, pour la prochaine décennie, une croissance très vigoureuse du commerce électronique, qui répond toujours mieux aux attentes multiples de consommateurs : faire des économies, gagner du temps, accéder en tout lieu à une offre profonde et variée, enfin, préserver l’environnement. Un quintuplement du chiffre d’affaires est raisonnablement conjecturable.

Comme le commerce de proximité, dont la résilience se confirme, est aussi appelé à gagner des parts de marché, les grandes surfaces, prises en étau, verront parallèlement leur chiffre d’affaires s’effondrer, avec une baisse probable de 30 % à 40 %.

Si bien que tous les jours, le décalage s’accroit un peu plus entre la réalité des flux commerciaux et la structuration physique du commerce, globalement inchangée depuis une dizaine d’années, après trente ans de croissance ininterrompue de la grande distribution…

Ce décalage impliquera bientôt un ajustement d’ensemble.

Les grandes enseignes sont elles collectivement préparées à un double mouvement de dématérialisation/relocalisation ? Chacune croit pouvoir tirer son épingle d’un jeu qui restera à somme négative pour les implantations physiques, ce qui entraînera des modifications brutales affectant nos paysages urbains et des revirements dans nos politiques d’aménagement du territoire.

Le rapport de Joël Bourdin propose trois scénarios à l’horizon de 2022. Distincts par leur contexte économique général, ils décrivent l’« électronisation » à venir de l’appareil commercial, suivant des modalités qui dépendront du pouvoir d’achat des ménages. Mais demeure une certitude : au terme de chacun des trois scénarios, la distribution ressort bouleversée.


[1]  Fédération e-commerce et vente à distance. Chiffres publiés le 30 janvier 2011.

Contact(s) presse :