Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Disparition d'Henri Caillavet


Mercredi 27 février 2013

Jean-Pierre Bel, Président du Sénat, exprime sa très grande peine à la suite du décès, à 99 ans, d’ Henri Caillavet, figure éminente du radicalisme.

Après s’être engagé dans la Résistance au sein du réseau Combat, ce libre penseur, membre du Grand Orient de France, a fortement marqué la vie politique française. Le Président du Sénat rend hommage à son rôle sous la IVème République, dans les gouvernements de René Mayer et de Pierre Mendès-France, comme à son inlassable activité de législateur, au Sénat, à l’Assemblée nationale et au Parlement européen. Il souligne son précieux apport à l’élaboration de lois à l’origine d’importantes avancées sociétales, qu’il s’agisse du divorce par consentement mutuel, de l’interruption volontaire de grossesse ou des greffes d’organes. Henri Caillavet a également combattu l’acharnement thérapeutique, contre lequel il avait rédigé une mémorable préface au livre Mourir dans la dignité, avant de présider l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD).

Jean-Pierre Bel constate que ce rationaliste à l’esprit indépendant, ouvert aux progrès scientifiques et dénué de préjugés, a également fait figure de précurseur en soutenant des propositions législatives sur l’homosexualité et le transsexualisme. Il salue enfin son rôle dans la création de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) et comme membre du Comité national consultatif d’éthique.

Par l’étendue de ses compétences, relève Jean-Pierre Bel, comme par les fortes convictions qu’il a toujours eu à coeur de traduire dans l’action, Henri Caillavet a incarné l’engagement politique dans toute sa noblesse.

Contact(s) presse :

    Jean-Loup REVERIER
    01 42 34 38 82