Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

La présidente de la délégation aux droits des femmes du Sénat, exprime sa profonde indignation face au sort des 200 jeunes filles enlevées au Nigeria


Mercredi 7 mai 2014

Mme Brigitte GONTHIER-MAURIN (CRC – Hauts-de-Seine), présidente de la délégation sénatoriale aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, exprime, au nom de tous ses collègues, la profonde indignation de la délégation face à l’enlèvement de plus de deux cents jeunes filles par le groupe islamiste Boko Haram dans le Nord-Est du Nigeria, dont on a appris il y a quelques jours qu’elles seraient vendues comme esclaves ou mariées de force.

On retrouve, dans ce drame révoltant, le continuum des violences faites aux femmes dénoncées inlassablement par la délégation du Sénat aux droits des femmes : viols, mutilations sexuelles, exploitation et marchandisation du corps des femmes, privation de liberté, mariages forcés…

Mme  Laurence COHEN (CRC – Val-de-Marne) a demandé hier, lors d’un rappel au règlement, que le président du Sénat délègue des représentants de notre assemblée auprès de l’ambassade du Nigeria à Paris pour faire pression sur les autorités nigérianes ; la présidente de la délégation, au nom de tous ses collègues, a demandé une audience à l’ambassadeur du Nigeria en France et appelle le Gouvernement français à exercer toute la pression sur les autorités nigérianes pour que ces jeunes filles soient libérées et retrouvent leurs foyers.

Contact(s) presse :