Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Drame de l’immigration en Méditerranée : émotion et réponse


Lundi 20 avril 2015

Le Président Larcher a rencontré sur la question migratoire, ce 20 avril, de hauts responsables du Ministère de la Justice et du Ministère de l'Intérieur italiens, dans le cadre de son déplacement à Rome pour la Conférence des Présidents des parlements de l'Union européenne.

Le naufrage d'un bateau le 19 avril, qui selon des témoignages aurait fait 700 victimes, transforme chaque jour davantage la Méditerranée en cimetière et exige une réaction d'urgence de l'Union européenne. "Le drame humain qui se déroule en Méditerranée blesse la conscience européenne et nous bouleverse tous", a déclaré le Président Larcher.

Le fait migratoire a toutefois changé de nature, a pu constater le Président du Sénat français avec ses interlocuteurs. Il est important de regarder la réalité en face : la misère et le désespoir sont désormais exploités par des trafiquants organisés qui sont de véritables esclavagistes. Ils retirent de leurs activités un bénéfice - on parle de 400 à 500 millions de dollars - au mépris total des vies humaines.

Les pays qui sont, du fait de la géographie, en première ligne pour répondre à l'afflux de migrants, en particulier l'Italie, ne peuvent être laissés seuls face à la catastrophe humanitaire : ce sont les pays de l'Union européenne que les populations accostant en Italie veulent rejoindre.

Dans ce contexte, le Président Larcher a appelé, au-delà de l’émotion et de l’indispensable préoccupation humanitaire, une réponse d'envergure qui mobilise l'ensemble des pays de l'Union : au nom de la solidarité européenne, une implication de tous les États membres de l'Union pour renforcer Frontex ; le démantèlement des réseaux de trafiquants ; la recherche d'une solution politique en Libye, devenue la principale route de trafic ; une diplomatie plus engagée afin de stabiliser les pays à l'origine des migrants, souvent fragilisés par le terrorisme islamiste, en particulier en Afrique sub-saharienne. "Il faut traiter non seulement les effets de ces mouvements migratoires mais aussi ses causes", a souligné le Président Larcher.

La France assume seule à ce titre un effort sans commune mesure au sein de l'Union, dans le cadre de l'opération Barkhane en Mauritanie, au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Tchad, ou dans le cadre de l'opération Sangaris en RCA.

    Contact(s) presse :

      Nathalie BAHIER
      01 42 34 38 82