Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Conservatoires : la commission de la culture du Sénat sonne l’alarme


Vendredi 3 juillet

Mercredi 1er juillet 2015, la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat a organisé une table ronde sur la situation des conservatoires, qui a réuni des représentants de conservatoires à rayonnement régional, départemental et intercommunal, ainsi que des responsables de services culturels de collectivités territoriales et des usagers des conservatoires.


Cette table ronde a confirmé l’urgence de la situation des conservatoires et des enseignements artistiques dans notre pays : le désengagement de l’État, à travers la suppression des subventions budgétaires à quelque 140 conservatoires à rayonnement départemental et régional, conjugué aux grandes difficultés des collectivités territoriales dans le contexte de baisse des dotations de l’État, aggrave la crise que les conservatoires connaissent depuis plusieurs années. Hormis dans deux régions expérimentales - Nord-Pas-de-Calais et Poitou-Charentes - , les dispositions relatives aux enseignements artistiques de la loi de décentralisation du 13 août 2004, dont une importante réforme pédagogique, n’ont pas été appliquées. Ces expérimentations avaient pourtant permis de lever les incertitudes financières qui pesaient sur les régions. Ces dernières ont néanmoins continué à tergiverser devant leurs nouvelles obligations.


Comme l’a constaté Mme Catherine Morin-Desailly (UDI-UC – Seine Maritime), présidente de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication, "les conservatoires se trouvent aujourd’hui dans l’obligation d’augmenter leurs tarifs et de limiter leurs capacités, au moment même où la demande des familles pour l’enseignement de la musique, de la danse et du théâtre ne se dément pas, bien au contraire".


Les conservatoires ont évolué, ils sont en mouvement, toujours plus ouverts aux pratiques artistiques actuelles ainsi qu’à l’éducation artistique hors de leurs murs ; leurs équipes se mobilisent, se forment, font évoluer leurs métiers, malgré les difficultés d’emploi et les faibles rémunérations du secteur.


"Le conservatoire du XXIe siècle est en marche, conciliant excellence et démocratisation de l’éducation artistique : accompagnons son épanouissement par une réforme d’ampleur des enseignements artistiques", comme l’a déclaré Mme Catherine Morin Desailly ; une réforme où chacun prend effectivement ses responsabilités, dont l’État en rétablissant ses crédits.

Contact(s) presse :