Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Plan action cœur de ville : le Sénat salue la prise de conscience de l’État sur la situation des centres-villes mais veut plus


Lundi 18 décembre 2017

Alors que le Gouvernement vient hier de dévoiler son plan national "Action cœur de ville", le Sénat n’entend pas relâcher la pression pour la prise de mesures d’urgence en faveur des centres-villes et des centres-bourgs.

Le groupe de travail transpartisan et inter-commissions piloté par la délégation aux collectivités territoriales et la délégation aux entreprises se félicite de la prise de conscience par l’État d’un enjeu crucial pour l’avenir de nombreux territoires. Pour Rémy Pointereau (Cher - Les Républicains), co-rapporteur du groupe de travail, "lorsque nous avons commencé notre travail, les pouvoirs publics ne semblaient pas pressés de se pencher sur la question de la dévitalisation des centres-villes et des centres-bourgs. Nous ne pouvons donc que nous féliciter de cette prise de conscience au sein du Gouvernement. Encore faut-il que le plan soit à la hauteur des problèmes".

En effet, ce plan est un premier pas "en demi-teinte" jugent les sénateurs. Si de nombreuses mesures disparates et d’impact variable ont été annoncées, sur le commerce, le logement ou la rénovation urbaine, le plan ne permet pas de faire face à l’urgence pour les commerces de centre-ville, en particulier la nécessité de ralentir voire stopper les implantations de grandes surfaces en périphérie dans les territoires les plus fragilisés. Surtout, le plan ne comporte pas, à ce stade, de mesures structurelles fortes sur la fiscalité, sur la régulation des surfaces commerciales et, plus généralement, sur l’indispensable rééquilibrage des coûts d’implantation et du fonctionnement entre centres-villes, d’un côté, et périphéries et géants du e-commerce, de l’autre.

Par ailleurs, si le plan souligne une "démarche concertée avec tous les acteurs", le groupe de travail sénatorial plaide pour association pleine et entière aux réflexions gouvernementales. Le plan annonce par exemple qu’"une mission sera lancée début 2018 par le Premier ministre sur les distorsions fiscales entre les commerçants physiques et numériques". Pour Martial Bourquin (Doubs - Socialiste et républicain), co-rapporteur du groupe de travail, "l’annonce de ce plan ne peut dispenser le Sénat d’être vigilant et de faire des propositions dans les mois qui viennent. Nous attendons du Gouvernement qu’il travaille avec nous main dans la main car nous représentons les territoires". Les sénateurs viennent justement de lancer sur internet une grande consultation nationale des élus locaux pour recueillir les avis et les propositions des acteurs du terrain.

Le groupe de travail sur internet : http://www.senat.fr/commission/groupe_de_travail_revitalisation_centres_villes_et_centres_bourgs.html

Contact(s) presse :