Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Liaisons maritimes avec l’Irlande après le Brexit : la commission des affaires européennes du Sénat demande le retrait de la proposition de la Commission européenne qui écarte les ports français


Vendredi 30 novembre 2018

Réunie le 29 novembre 2018, sous la présidence de M. Jean Bizet (Manche - Les Républicains), la commission des affaires européennes du Sénat a adopté une proposition de résolution européenne sur les liaisons maritimes avec la République d’Irlande après le Brexit. Cette résolution demande le retrait de la proposition de règlement, publiée le 1er août dernier par la Commission européenne, qui tend à réorganiser les liaisons maritimes avec l’Irlande après le Brexit en négligeant les ports français, notamment ceux de Calais et Dunkerque, où parvient aujourd’hui l’essentiel des poids lourds provenant d’Irlande ou se dirigeant vers elle.

La proposition de résolution européenne s’appuie sur le rapport d’information de MM. Pascal Allizard (Calvados - Les Républicains), Didier Marie (Seine-Maritime - Socialiste et Républicain) et Jean-François Rapin (Pas-de-Calais - Les Républicains).

Les rapporteurs appellent à une révision accélérée des "autoroutes de la mer" autour des îles britanniques, ainsi que des deux corridors "Mer du Nord -Méditerranée" et "Atlantique", dans une démarche conforme aux perfectionnements substantiels apportés en décembre 2013 à la politique des transports suivie par l’Union européenne. Une dotation budgétaire européenne sera indispensable pour que les ports français de Brest, Roscoff, Saint-Malo, Cherbourg, Caen-Ouistreham, Dieppe, Le Havre, Rouen, Calais et Dunkerque puissent accueillir le fret destiné à l’Irlande ou en provenant, lorsque le Brexit aura fermé la voie actuelle empruntant le territoire anglais entre Liverpool et Douvres.

D’après la Commission européenne, la proposition de règlement est fondée sur une étude d’avril 2018 portant sur l’état présent des "autoroutes de la mer". Il s’agit en réalité d’un sujet totalement distinct de celui qu’il faut aborder, à savoir les nouveaux itinéraires que devront emprunter à l’avenir les poids lourds empruntant le tunnel sous la Manche à destination ou en provenance d’Irlande.

L’évolution est inéluctable, même si l’échéance précise reste incertaine. Le défi à relever n’est ni simple, ni anodin. Pour l’aborder avec succès, il est indispensable d’agir sans précipitation, mais avec détermination et sans perdre de temps !

 

Contact(s) presse :