Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Crise de la presse : la commission de la culture permet de faire (enfin) contribuer les grands acteurs d’Internet au pluralisme et à la qualité de l’information


Mercredi 16 janvier 2019

Réunie le mercredi 16 janvier 2019 sous la présidence de Catherine Morin-Desailly (UC ‑ Seine-Maritime), la commission de la culture, de l’éducation et de la communication a adopté avec modifications et à l’unanimité la proposition de loi tendant à créer un droit voisin au profit des agences de presse et des éditeurs de presse, déposée par David Assouline (SOCR ‑ Paris) et le groupe Socialiste et Républicain du Sénat.

Face à la situation de crise sans précédent que traverse la presse depuis plusieurs années, principalement en raison de la captation massive de revenus opérée par les grandes plateformes, la proposition de loi crée un droit voisin qui permettra aux éditeurs et aux agences de presse de se faire rétribuer pour l’utilisation de leurs productions par les plateformes. La proposition de loi prévoit également une association des journalistes et des photographes aux revenus générés par ces droits voisins.

« Ce texte pourra servir de base à une transposition rapide de la directive [sur les droits d’auteur actuellement en discussion au niveau européen], ou bien constituer les prémisses d’une législation nationale en cas d’échec », a indiqué David Assouline. « J’ai été particulièrement attentif à l’avis des représentants des éditeurs, des agences et des journalistes. La proposition apporte enfin une réponse efficace à une situation profondément injuste ».

Jean-Pierre Leleux (LR - Alpes-Maritimes), rapporteur de la loi relative à la liberté de création (LCAP), a rappelé son attachement au respect des droits des photographes, et a souhaité que les termes de la proposition de loi soient les plus proches possibles de ceux de la directive en discussion.

Michel Laugier (UC - Yvelines), rapporteur des crédits de la presse, a manifesté son soutien à des mesures permettant un meilleur financement du secteur, compte tenu de la situation extrêmement préoccupante de la presse depuis plusieurs années.

Catherine Morin-Desailly a souligné : « Cette proposition de loi s’inscrit dans la droite ligne des réflexions menées par la commission sur la responsabilisation des grandes plateformes d’Internet ». « Plus que jamais, il est de notre responsabilité au niveau national et européen de construire une réponse globale et cohérente pour faire respecter nos institutions et notre souveraineté face à ces géants mondiaux ».

La proposition de loi sera examinée en séance publique le 24 janvier prochain.

Contact(s) presse :