Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

À 1 380 heures et 57 jours du Brexit, le groupe de suivi du Sénat s’alarme des lourdes conséquences d’une sortie désordonnée ("No Deal")


Jeudi 31 janvier 2019

Le groupe de suivi du Sénat sur le Brexit a entendu le 31 janvier Mme Sandrine GAUDIN, Secrétaire générale aux affaires européennes, pour faire le point sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, à 57 jours de l’échéance, le 29 mars 2019. Les échanges ont fait ressortir la vive inquiétude des sénateurs face à la probabilité croissante d’une sortie désordonnée ("No Deal"), à la suite du rejet par le parlement britannique du projet d’accord de retrait du 25 novembre entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

Saluant l’unité des 27 États membres, le groupe de suivi a regretté l’absence de clarté de la position britannique, 2 ans et demi après le référendum du 23 juin 2016. Le groupe de suivi a relevé que l’absence d’adoption de l’accord de sortie ordonnée aura des conséquences très graves pour l’Union européenne et en particulier pour la France, point d’entrée de 80 % des flux de marchandises britanniques vers l’Union européenne, mais également pour le Royaume-Uni, avec le rétablissement d’une frontière entre l’Irlande et l’Ulster, que le "backstop" entend éviter.

Le groupe de suivi a fait le point sur l’état de préparation de la France en cas d’absence de ratification de l’accord de sortie et sur la publication des ordonnances permettant de prendre des mesures de contingence.

La situation particulière du secteur de la pêche préoccupe le groupe de suivi et fera l’objet de sa prochaine réunion, le 6 février prochain.

Le compte rendu de l’audition sera prochainement mis en ligne.

 

Contact(s) presse :