Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Rapatriement des 130 000 Français bloqués dans 140 pays à l’étranger : les sénateurs saluent un véritable tour de force diplomatique, et soulignent la persistance de quelques « points noirs »


Lundi 6 avril 2020

Mener à bien le rapatriement de 120 000 Français en moins de 10 jours : c’est l’exploit que vient de réaliser le réseau diplomatique et consulaire français dans le contexte de la crise sanitaire du Covid-19. Les rapporteurs de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat font le point, dans une communication écrite publiée aujourd’hui, et saluent la réussite de l’opération, même si quelque 7 000 Français restent à rapatrier, dont plusieurs cas encore préoccupants.

 

Avec la fermeture des frontières pour enrayer la pandémie, près de 130 000 Français de passage, touristes ou voyageurs d'affaires, se sont retrouvés bloqués à l’étranger. Une situation de crise exceptionnelle que le ministère des affaires étrangères a dû gérer dans l’urgence et dans 140 pays à la fois.

Les rapporteurs pour avis de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, MM. Jean-Pierre GRAND (Les Républicains, Hérault) et Rachid TEMAL (Socialiste et Républicain, Val d’Oise), ont fait le point de la situation avec les responsables du quai d’Orsay. Dans leur communication ils saluent la mobilisation des postes consulaires et l’engagement des agents. Partout dans le monde, ils se sont attachés à recenser et localiser nos compatriotes, les tenir informés et prendre des mesures nécessaires à leur retour en France, malgré des conditions difficiles.

À cette occasion, le réseau diplomatique a mis en œuvre des solutions inédites, comme l’affrètement d’un navire pour rapatrier les camping-caristes bloqués au Maroc ou la création d’une application « SOS un toit », mettant en relation des touristes bloqués avec des résidents français offrant des solutions d’hébergement temporaire.

Aujourd’hui, cette opération de grande envergure arrive à son terme, quelques milliers de Français - les cas les plus compliqués à traiter, dans les zones les plus difficiles d’accès - restant à rapatrier.

Des points de vigilance demeurent cependant, notamment la situation de 45 000 jeunes en « programme vacances travail » (PVT) susceptibles de se retrouver sans ressource du fait de l’effondrement de l’activité économique dans les pays d’accueil : ceux qui sont en difficulté devraient être rapatriés. Par ailleurs, l'un des enjeux des prochaines semaines pourrait être l'éventuel souhait de retour de certains Français résidant à l'étranger, particulièrement dans les pays où les infrastructures sanitaires sont insuffisantes, notamment en Afrique.

Les sénateurs, en particulier ceux représentant les Français établis hors de France, n’ont pas ménagé leurs efforts, tout au long de la crise, pour assister nos compatriotes en difficulté. La commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat, présidée par Christian Cambon (LR, Val-de-Marne) entendra le ministre Jean-Baptiste Lemoyne le jeudi 9 avril à ce sujet.

 

Pendant le confinement lié à la crise sanitaire, les rapporteurs de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées poursuivent leurs travaux en télétravail. Cette communication des rapporteurs sera soumise à l’approbation de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées lors de la reprise des travaux en réunion plénière.

 La communication est consultable sur le site Internet du Sénat.

 

M. Christian Cambon (Les Républicains – Val-de-Marne) est président de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées.

MM. Jean-Pierre Grand (Les Républicains, Hérault) et Rachid Temal (Socialiste et Républicain, Val d’Oise), sont rapporteurs pour avis du programme « Français de l’étranger et affaires consulaires ».

 

L'activité du Sénat se déroule dans le strict respect des conditions sanitaires dictées par la nécessité d'enrayer la pandémie du COVID-19.

Contact(s) presse :