Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Coronavirus : le Sénat interroge La Poste sur son dispositif de gestion de crise


Mercredi 8 avril 2020

Mercredi 8 avril 2020, le bureau de la commission des affaires économiques et le bureau de la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat ont auditionné M. Philippe WAHL, président-directeur général de La Poste, pour faire le point sur l’incidence de la crise du Covid-19 sur l’activité des services postaux et bancaires, dans le cadre du respect, par le groupe, de ses obligations de service public.
Tout en saluant l’engagement des postiers, les sénateurs ont fait part au président-directeur général des nombreuses remontées de terrain qui reflètent le mécontentement des clients, des élus et de la population. Ils ont souligné un sentiment grandissant de fracture territoriale dans l’accès aux services postaux et bancaires et regretté que les territoires ruraux aient été délaissés dans l’organisation de la continuité des services de La Poste, cette dernière ayant assuré en priorité l’ouverture des bureaux des grands espaces urbains au détriment des petites centralités.
En conséquence, les sénateurs des deux commissions ont appelé La Poste à faire davantage d’efforts pour rouvrir le maximum de bureaux de postes, en priorité dans les zones les plus fragiles, rurales ou "Quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV)", en concertation avec les élus locaux et en préservant la santé des postiers. M. WAHL a annoncé qu’à la fin de la semaine, 2 500 bureaux de postes seraient ouverts, et 5 000 à la fin du mois d’avril. Il a également souligné que contrairement à d’autres postes européennes, l’entreprise a fait le choix de limiter le nombre de bureaux ouverts mais avec une amplitude horaire importante plutôt que d’ouvrir un maximum de bureaux mais selon des horaires d’ouverture limités à trois heures. Répondant aux critiques, il a affirmé que "le rural sera une priorité très importante de notre dispositif". Il a sollicité les maires, en relation avec l’AMF, pour la réouverture concertée des bureaux de poste communaux et éventuellement pour que des solutions de garde d’enfants soient proposées pour le personnel de La Poste, une large part de l’absentéisme des postiers y étant liée.
Les sénateurs ont évoqué leurs interventions pour que la presse soit distribuée plus régulièrement, et non pas trois jours d’affilée, afin que tous nos concitoyens aient accès à l’information. La distribution de la presse devrait être rétablie quatre jours par semaine et de nouveau assurée sur cinq jours la semaine du 20 avril. La question de la distribution du courrier a également été évoquée, le choix de recourir à trois jours successifs posant des problèmes aux entreprises et aux particuliers.
Après la sécurisation de la santé de leurs salariés, la priorité a d’abord été donnée, selon M. WAHL, à l’accès aux espèces et en premier lieu au versement des prestations sociales en fin de semaine dernière. Sur ce sujet également, les sénateurs ont regretté une insuffisante prise en compte des assurés fragiles résidant dans les territoires ruraux
Sur les activités ne faisant pas partie de ses missions de service public, le président WAHL a rappelé que la décision a été prise de maintenir la distribution de médicaments six jours sur sept et de rendre gratuit le service « Veiller sur mes parents ». S’agissant du colis, interrogé sur la distinction entre les colis essentiels et non essentiels, le président de La Poste a affirmé : "je ne ferai pas la morale des colis", et rappelé que le service, bien que dégradé, est toujours actif, selon des modalités adaptées ("sans contact").
Interrogé sur la polémique naissante sur le "stock caché" de masques, M. WAHL a répondu que "les masques n’ont jamais été cachés et font partie du stock normal d’une entreprise stratégique. Les syndicats sont au courant depuis janvier. Nous avons cherché à réagir en protégeant nos postiers et nos clients dans une situation sans précédent." Il a également précisé que ces stocks ont été partagés avec d’autres services publics.
Pour la présidente de la commission des affaires économiques, Sophie PRIMAS, "cette audition nous a permis de mieux comprendre les difficultés rencontrées par La Poste. Nous saluons la mobilisation des postiers. M. WAHL nous a annoncé des éléments positifs, laissant augurer d’une véritable amélioration du service. Une fois la crise passée, il ne faudra pas s’interdire d’en tirer les leçons. Nous appelons La Poste à réfléchir à un plan de continuité de l’activité permettant de mieux répondre aux besoins prioritaires des populations les plus fragiles et ce, en lien avec leurs principaux partenaires sur le territoire : les élus de la République. Ces évènements mettent également en évidence qu’aucune autre entreprise ne dispose d’un réseau aussi puissant de desserte de tous les territoires, en proximité des français. C’est un enseignement pour la sortie de crise.".
Pour le président de la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable, Hervé MAUREY : "la crise actuelle démontre une nouvelle fois le rôle essentiel de La Poste pour la cohésion des territoires. Le Sénat a toujours porté une attention particulière à la densité du maillage territorial et à la consistance des obligations de service public du groupe. Les décisions de fermeture de bureaux de poste, prises sans concertation avec les élus et les citoyens, sont regrettables et ont été mal perçues. Le sujet de l’accessibilité bancaire demeure très préoccupant, notamment dans les territoires ruraux où certains maires doivent parfois avancer des espèces à leurs administrés en cas de fermeture des distributeurs et guichets, ce qui n’est pas acceptable. Les territoires ruraux doivent être traités avec beaucoup plus d’attention".

La commission des affaires économiques est présidée par Mme Sophie PRIMAS (Les Républicains – Yvelines).

La commission de l'aménagement du territoire et du développement durable est présidée par M. Hervé MAUREY (Union centriste – Eure).

Contact(s) presse :